.

.

lundi 29 avril 2019

Où il est question d'une bâche, de Poppys et d'un merle moqueur...

 Notre envoyé spécial Claude P. surveille avec un soin jaloux les travaux de Notre-Dame:




Il a assisté à l'installation de la bâche géante destinée à protéger la cathédrale de la pluie en attendant une structure plus pérenne.






Quand soudain... Une manif !



Ils ont bien vieilli les Poppys !


Le tout dominé par un merle qui cherchait le temps des cerises mais n'a trouvé que des pommes de pin...


Merci à Claude !

Le corridor sans fin...

C'est Marc S. qui m'avait signalé ce couloir étonnamment long au numéro onze de la rue Saint-Lazare:


On croit qu'un miroir à mi-chemin créé cette impression d'infini, pas du tout ! 




C'est à ma connaissance le plus long "hall d'entrée" d'immeuble de Paris.



Et c'est en discutant avec des résidents que j'ai appris que ce corridor exceptionnel avait des clones.

Par exemple au numéro sept de la même rue:




Après avoir passé la cour, on retrouve bien notre corridor (ou son jumeau) et sa décoration caractéristique:


Et puis, de l'autre côté du pâté de maison, au vingt-deux de la rue de Châteaudun:



Aucun mystère la-dessous; en regardant cette capture d'écran Google earth, on comprend qu'il s'agit d'un seul et même groupe d'immeubles dont les couloirs communiquaient jadis.
Aujourd'hui, pour des raisons que l'on peut comprendre, le passage n'est plus possible.


En vert: 7 rue Saint-Lazare
En bleu: 11 rue Saint-Lazare
En jaune: 22 rue de Châteaudun

Merci à Marc qui voit tout !

***




La rue parisienne (45)

On peine à suivre l'actualité tant les changements de décors sont rapides. On distingue cependant une certaine constance: la saleté.



Je tiens à signaler à l'adjoint au maire Ian Brossat que ses équipes sont moins efficaces que celles de Radio Nova qui elles, passent tous les jours !


à suivre...

Printemps humide à Montmartre

Quand je vous dis que cette ville prend l'eau de toutes parts !



Frede

Un nouvel ouvrage vient d'arriver dans la bibliothèque de Paris-Bise-Art.
C'est par là: Clic !





vendredi 26 avril 2019

Paris dans le Guiness book des records !

On parle souvent du nombre étourdissant de chantiers qui entravent la circulation des parisiens, mais personne ne parle de leur durée.
Sans vouloir me vanter, je crois avoir trouvé le champion du monde: regardez la date de fin de chantier !


Garanti sans trucage.

Carrefour rue Lamarck - rue Caulaincourt, Paris XVIII°.


La rue parisienne (44)

Les choses accélèrent à Paris, comme la décoration de cette rue (voir article publié hier).



Un grand merci à Monsieur Brossat, adjoint au maire de Paris, pour la mise en couleur de ce petit coin de rue...



***
**
*


Théâtre Déjazet - Acte 2

Quittons à présent la scène pour aller découvrir ce qu'on ne voit pas !



Même les escaliers sont beaux!



À la suite du maître des lieux, nous empruntons cet amusant "passage secret" reliant le théâtre à l'immeuble donnant sur le boulevard du temple par lequel nous sommes entrés.


Surprise, nous sommes à l'étage noble (le premier) de cet hôtel qui, rappelons-le, fut celui du comte d'Artois (futur Charles X). 


Encore une fois, c'est Jean Bouquin qui, découvrant ces pièces qu'il ne connaissait pas, décida de les réaménager (parquets, tentures, boiseries).



Ces pièces ont été utilisées pour différents tournages. Vous pouvez les louer pour fêter votre anniversaire (ou votre mariage, divorce, décès, etc...) !


Quelques belles pièces...



Dans une petite niche, le visage de Virginie Déjazet:





La visite touche à sa fin; mettez votre chapeau, on redescend !



Avant de partir, jetons un coup d’œil à cette issue de secours:


Nous nous trouvons dans un passage à ciel ouvert longeant le théâtre; la porte au fond donne sur la rue Béranger.
Mais regardez les arcades à gauche...


Vous retrouvez ces arcades sur cette élévation du Jeu de paume, avant que celui-ci ne devienne un théâtre:


Pour bien comprendre la disposition des lieux, élevons-nous!
Sur cette vue aérienne, vous voyez que le théâtre est encastré dans les autres immeubles.
L'entrée du public (flèche verte) se fait par l'immeuble du boulevard du Temple au premier étage duquel se trouvent les appartements du comte d'Artois.
Le passage/sortie de secours est surligné en bleu; Il donne sur un autre immeuble situé au numéro 14 rue Béranger (photo ci-dessous).



Visitez le site du théâtre: Clic !

Cette visite exceptionnelle a été rendue possible grâce à l'association Culture et Patrimoine.

Je ne peux pas terminer cet article sans remercier chaleureusement Jean Bouquin qui n'a pas ménagé sa peine pour nous faire aimer son théâtre. Sa faconde, son humour, son enthousiasme sont communicatifs; il a même été applaudi !

Théâtre Déjazet, 41 boulevard du Temple, Paris III°.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...