.

.

vendredi 16 avril 2021

jeudi 15 avril 2021

Rue de la pute y muse

 Notre envoyé spécial Claude P est encore allé se perdre dans des lieux de perdition, jugez plutôt: 


Ce bizarre nom de rue serait une correction moralisatrice de son ancien nom, rue de la pute y muse, ainsi nommée eu égard à la population féminine qui y faisait commerce...
D'autres acceptions sont proposées, mais moi j'aime bien celle-là. 


Au numéro 20, habitait le peintre Jean-Eugène Baudelocque (Ah bon, vous ne connaissez pas ? Moi non plus !).


Une cour pleine de charme organisée autour d'un grand arbre dont les racines accusent le grand âge: 






Et le cadeau du jour: une pierre à bois de toute beauté !



Merci à Claude p pour cette exploration !

20 rue du petit musc, Paris IV°.


Les fontaines de Paris: des fables ?

 Le sort des fontaines de Paris est assez comparable au reste, un désastre...

En août 2017, Didier Rykner écrivait dans La Tribune de l'Art un article remarquable sur le sujet. Nous ne prétendons pas ici être aussi exhaustif que lui, mais jetons quand même un regard sur quelques-unes. 

La fontaine du conservatoire Jacques Ibert, avenue Jean Jaurès dans le XIX° avait jadis fière allure.

Notons que cette fontaine est l'œuvre de l'architecte Fernand Pouillon.


Et voici ce qu'elle est devenue:



Cette jolie fontaine n'a pas vu d'eau depuis des années. Elle trône dans une des cours annexes de l'hôpital Lariboisière:


Ce charmant bassin orné du petit faune de Marcel Courbier a carrément disparu !


Plus de bassin, plus de sculpture, les employés municipaux se sont contentés de combler le bassin avec de la terre; on croirait une tombe...


La place d'Italie avait son jet d'eau en plein milieu d'un square bien agréable. Aujourd'hui à la place, une étendue de béton gris destiné à être un jour un miroir d'eau...


La défunte fontaine de la Porte de la Chapelle, disparue lors des travaux de comblement du souterrain, et depuis introuvable selon la mairie...



Deux buffets d'eau semblables se faisaient face; où sont-ils à présent ?


Dans les jardins des Champs-Elysées, on a sacrifié ces élégantes fontaines pour y replacer les deux fontaines aux dauphins arrachées à la place de la République. Mais celles-ci, où sont-elles ? Perdues aussi ?


Elles semblent oubliées, et pourtant elles étaient bien agréables ces deux fontaines qui ornaient les jardins des halles (ancienne version). Où sont-elles ?



Last but not least, les jolies fontaines du rond-point des Champs-Elysées ont aussi disparu, remplacées par des robinets d'évier géants... et moches.



à suivre...


mardi 13 avril 2021

Jeu du troisième confinement, du couvre-feu et de la vaccination réunis - Avril 2021 (2)

Notre lecteur Olivier nous a envoyé une énigme que je n'ai pas su résoudre...

Mais je suis confiant dans le talent du lectorat le plus cultivé du ouaibe pour nous trouver la solution !

Je voudrais savoir qui sont ces gens et où l'on peut les voir:



Preuve de ma bonté: je vous donne le numéro, à vous de trouver la rue !


Bonne chance à tous !


lundi 12 avril 2021

Le pavillon Gabrielle de l'hôpital Saint-Louis

Créé par Henri IV en 1605, l'hôpital Saint-Louis a conservé dans sa partie historique la formidable architecture faite de pierres et briques qui a fait dire à certains que dans sa partie centrale, c'était une place des Vosges bis qui avait été réalisée.

Mais aujourd'hui, nous nous intéresserons au Pavillon Gabrielle, ainsi nommé en hommage à Gabrielle d'Estrée, la favorite du roi. Celui-ci fut d'abord connu sous le nom de Pavillon royal, car à l'époque, toute construction d'importance se devait de pouvoir accueillir le roi.

Ce pavillon existe toujours. Situé à l'opposé de la chapelle, il délimitait le domaine de l'hôpital au sud-est. 


Devenu inutile en tant que pavillon royal, il abrita d'abord des femmes et des jeunes filles, puis finalement des hommes (dont Verlaine). Depuis 1911, il abrite les salles de garde des internes.




Les deux photos suivantes prises en 2014, attestent du bon état du bâtiment. 



Les salles de gardes étaient décorée comme il se doit dans une salle de garde...
J'ai volontairement laissé les vignettes toutes petites afin de ne pas choquer les âmes sensibles (s'il y en a); pour les autres, je me contenterai de donner le lien vers le site des internes: Clic ! (chercher les fresques).


De l'extérieur de l'hôpital et en dépit d'un environnement assez laid, notre pavillon se dressait fièrement dans l'axe de l'avenue Parmentier (vue de 2015):


Mais sur ces photos prises la semaine dernière, on voit notre pavillon maculé de gribouillis jusqu'au toit et si l'on remonte un peu le temps, on s'aperçoit que ce n'est pas de cette année.


Alors, qui tenir pour responsable ? L'APHP qui n'entretient pas ses bâtiments ? Le Ministère de la Culture qui ne vient pas souvent dans ce quartier ? La ville de Paris pour qui les tags sont de l'art contemporain ? 


Je ne connais pas d'autre endroit sur terre où des monuments du XVII° siècle sont ainsi méprisés.

1, avenue Claude-Vellefaux, Paris X°.

Culturez-vous !

Connaissez-vous le blog "Culturez-vous" ?
On y trouve beaucoup de jolies choses, mais aussi de drôles de choses...
Mettez le son !


 

Massacre à la tronçonneuse à Port-Royal

 C'est notre lecteur Pierre G. - merci à lui ! - qui nous envoie ces photos des platanes du boulevard de Port-Royal qui ont subi un traitement de choc pour le moins surprenant:



Est-ce parce que le nombre de bucherons employés par la ville de Paris a diminué en six ans, passant de 190 à 165, que le travail semble bâclé ?


 Boulevard de Port-Royal, Paris XIV°.

jeudi 8 avril 2021

D'un coupon de rail à la grande histoire...

 Lorsque Super-Matthieu pose son regard sur un morceau de rail, il lui vient des souvenirs...

Encore une fois, cet article ne nécessitant pas ma présence, je lui cède le micro !

***

D’une guerre franco-allemande à l’autre : les aciéries de Micheville, dépôt d’Aubervilliers.

Souvenez-vous : nous avions découvert un bien curieux monument érigé au cœur des Magasins Généraux de la Plaine Saint Denis (Clic !), et constitué de rails de récupération, rappelant l’histoire industrielle des lieux et leur réseau ferré.

Sur ces rails en acier, on peut encore lire cette inscription : « Micheville ».



Créée à Villerupt (Meurthe-et-Moselle) en 1872, ce qui était alors la société Ferry-Curicque faisait partie des nombreuses entreprises sidérurgiques de la Lorraine, dont le sous-sol regorgeait du minerai de fer indispensable à l’élaboration de l’acier.

Rappelons qu’alors, l’Alsace ainsi qu’une partie de la Lorraine venaient de devenir Allemandes : ce ne fut toutefois pas le cas des villes de Thil et de Villerupt grâce à Augustin Pouyer-Quertier, ministre des Finances d’Adolphe Thiers et négociateur du traité de paix à Versailles, en février 1871. Principal actionnaire des Forges de Villerupt, ce généreux plénipotentiaire totalement désintéressé saura intriguer auprès de Bismarck afin que les villes de Thil et de Villerupt ainsi que leurs aciéries demeurassent du côté Français de la nouvelle frontière !




Ferry-Curicque devient en 1914 la Société des Aciéries de Micheville. D’un conflit l’autre : la première Guerre Mondiale verra l’usine de Villerupt, qui exploitait six hauts-fourneaux, fortement endommagée par les bombardements. Le site industriel sera reconstruit dès 1918, porté par la forte demande liée aux travaux de reconstruction et d’industrialisation de la France victorieuse.

La Plaine Saint Denis est alors une zone industrielle en plein essor : entre Aubervilliers et Saint Denis, de nombreuses usines viennent s’implanter de chaque côté du Canal, et le port de Saint Denis devient un important nœud de transit pour marchandises.

C’est dans ce contexte que les Aciéries de Micheville installent leur dépôt d’Aubervilliers, au 85 boulevard Félix Faure. Le site, profondément remanié en 1934, comprend un bâtiment administratif sur rue, des halles de stockage, et des portiques de déchargement permettant (entre autres) de manipuler les lourds rails d’acier produits en Lorraine, et dont certains serviront à construire et entretenir le Chemin de Fer Industriel de la Plaine Saint Denis qui desservira bientôt 140 hectares à la veille de la Seconde Guerre Mondiale.

A cette adresse on trouve aujourd’hui une succursale de La Plateforme du Bâtiment, qui utilise toujours ces halles historiques pour l’entreposage de leurs matériaux.



Côté canal, les portiques ont quant à eux été démantelés en 2010. Il en reste quelques photographies sur l’excellent site dédié au Patrimoine séquano-dyonisien : Clic !




Pour les cinéphiles, on aperçoit ces mêmes portiques dans le film « Le Marginal » lors de la scène de poursuite en Ford Mustang conduite par Jean-Paul Belmondo sur les berges du Canal Saint Denis entre Aubervilliers et la place Stalingrad (magie du cinéma ).


Il reste toutefois une ultime trace des Aciéries de Micheville, gravée au fronton du bâtiment administratif, et bien visible sur le Boulevard Félix Faure :





Déambulant sur ce boulevard de banlieue au riche passé, levez les yeux et vous ferez un voyage dans le temps, de 1871 à nos jours, en passant par 1918… souvenez-vous des mineurs lorrains, des ouvriers des hauts fourneaux, des travailleurs du fer et de l’acier d’hier et d’aujourd’hui…

 Et vive la Commune ! 

***

Un grand merci à Matthieu pour cette remontée dans le temps passionnante !

***



La Commune s'expose à l'hôtel de ville

 J'ai toujours cru qu'un communard était ce sympathique apéritif bourguignon qui se boit sans y penser en attendant de passer à table... J'apprends aujourd'hui que ce terme s'applique aussi aux personnes favorables à la Commune de Paris !

Et bien ce sont ces derniers que la ville de Paris a choisi de représenter très schématiquement sur les grilles de l'hôtel de ville, et que notre envoyé spécial Claude P. - grand amateur de communards lui-même - s'est empressé de photographier !

Suivons-le:









































À la fin de la Commune, l'hôtel de ville fut détruit par un incendie; j'ignore si une reconstitution est prévue...


Merci à Claude P pour ces photos !

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...