.

.

vendredi 16 novembre 2018

J'ai dix ans !

Attention, nous sommes le 16 novembre et comme chaque année, vous n'échapperez pas à ma séance d'autosatisfaction !
Paris-Bise-Art et Commerces immarcescibles fêtent aujourd'hui leurs dix ans !


Le 16 novembre 2008 donc, Paris-Bise-Art commençait à vagir sur la toile.
Je pensais à l'époque que ce prurit exhibitionniste n'aurait qu'un temps... Vous savez ce qu'il en est.

Au fil des ans, cet exercice solitaire s'est mué en un travail plus participatif, des lecteurs n'hésitant pas à me soumettre leurs idées et/ou leurs photos, certains m'invitant même dans des lieux inaccessibles au grand public. C'est, je pense, ce qui est à la source de cette longévité (dix ans, sur la toile, c'est un siècle). Le plaisir de partager mes découvertes est ainsi décuplé par vos apports, continuez !  


et pardon à ceux que j'oublie.

***


Les nouveautés cette année sont pour l'essentiel contenues dans la célèbre colonne de droite de Paris-Bise-Art que vous ne regardez pas assez !

Les rubriques "Les meilleurs blogs et sites parisiens non commerciaux" et "Blogs et sites parisiens de quartiers" se sont enrichies, tandis qu'une petite nouvelle voyait le jour: "Les blogs et sites d'outre-périph."

Notons également l'extraordinaire effet d'amplification de Twitter qui, par le biais des "retweets", permet d'atteindre un nombre considérable de personnes.

***

À présent, quelques chiffres.

Paris-Bise-Art, c'est:

De 700 à 3000 visiteurs par jour
Des lecteurs venant de 150 pays
2881 articles
20821 photographies
284 abonnés-membres
208 abonnés-courriel

et sur Twitter, c'est:
16600 tweets
1142 abonnés

***

Parisiens de Paris ou d'ailleurs, lecteurs réguliers ou occasionnels, je veux vous exprimer ma reconnaissance pour votre fidélité; elle m'est précieuse.
Laissez-moi vous offrir une coupe de champagne !


Et comme il est d'usage, en France tout finit par des chansons...

Heu... désolé, Grand barde, pas vous !



Je vous le disais, j'ai dix ans !



jeudi 15 novembre 2018

Jeu d'automne - Novembre 2018 (2) - La réponse

Encore une fois le lectorat de Paris-Bise-Art a montré son excellence !

C'était bien le petit escalier que l'on trouve dans le couloir de service longeant la salle à manger des appartements impériaux, au Louvre.



Bravo à tous les participants !

mercredi 14 novembre 2018

mardi 13 novembre 2018

Le projet Netter-Debergues

C'est l'histoire d'un de ces petits coins de Paris non encore défigurés, à échelle humaine, et qui lutte pour sa survie.
Nous sommes dans le XII° arrondissement, rue du Rendez-vous, près de l'église de l'Immaculée-Conception. Devant nous, la cité Debergues, récemment réhabilitée, et à gauche l'entrée du jardin Debergues; c'est elle que nous choisissons.



C'est plutôt joli la lumière froide de l'automne...




Au fond du square, un fort grillage nous dissimule à peine une autre zone arborée interdite au public. Ce vaste espace possédant une entrée avenue du docteur Netter, est supposée accueillir un immeuble R+9, un immeuble R+7 et une barre R+6.



Les bulldozers sont déjà arrivés...




Ce cèdre de l'Himalaya, qui le protège ? 



Les populations du quartier se mobilisent:


Si le projet est mené à son terme, ceci est la seule vue que les habitants auront de "leur" espace... 


L'entrée côté avenue du docteur Netter:



Une association s'est crée, qui lutte courageusement contre les bétonneurs.
Aidez-les ! 


Une pétition est en place, qui n'attend plus que votre signature: Clic !
Signez-la !


lundi 12 novembre 2018

Marthe Chenal chantant la Marseillaise

Notre envoyé spécial Claude P. a été vu rue de Courcelles !
Qu'allait-il y faire, me direz-vous ?


Et bien figurez-vous que, dans les milieux prétendument bien informés, on affirme qu'il entretiendrait une liaison crapuleuse avec une cantatrice...


On dit que celle-ci, du nom de Marthe Chenal, aurait pour habitude de chanter la Marseillaise sur son balcon...


J'avoue avoir douté de la parole de notre envoyé spécial...


Jusqu'à ce qu'il m’envoie l'enregistrement de ladite cantatrice.
Pardonnez la qualité du son, Claude P. ne disposait à l'époque que d'un appareil-enregistreur très simple.



Merci à Claude P. pour cette prouesse !

Sur le fil de Paris


Coup de cœur pour cette boutique discrète installée au tout début de la rue Saint-Paul, en vue du quai des Célestins où, grâce à une politique municipale efficace, des milliers de voitures sont bloquées chaque jour et multiplient les tonnes de gaz carbonique dont la mairie est si friande...
Alors, plutôt que perdre votre temps, arrêtez-vous et visitez cette caverne d'Ali Baba !


Vous rencontrerez une passionnée qui, comme votre serviteur, s'intéresse à tout ce qui concerne notre capitale et qui va chiner des trésors qu'elle propose à la vente.


Livres anciens et modernes, affiches, cartes, plans, etc...







J'y ai trouvé des introuvables !





Je suis resté baba devant ce panneau représentant la totalité des barrières de Ledoux !




Allez voir son site internet: Clic !


2 rue de l'Ave Maria, Paris IV°.

Rue Eginhard

Cette minuscule rue porte le nom du biographe de Charlemagne depuis Napoléon III; elle s'appelait rue neuve Saint Anastaze auparavant.

Nous l'abordons par la rue Saint-Paul:


Longue d'à peine quarante mètres, elle forme un coude pour ressortir rue Charlemagne.


Un ancien puits muni d'une fontaine garnit la partie en cul-de-sac; comme d'habitude à Paris, il n'y a plus d'eau.



Regardez ces impostes ornées du monogramme SA:


Elles sont le souvenir des Hospitalières de Saint-Anastase, qui firent construire de ces bâtiments. 


Ces arcades nous indiquent la présence d'anciennes boutiques:



Au coin de la rue Charlemagne, l'ancien nom de la rue se lit encore dans la pierre.




Rue Eginhard, Paris IV°.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...