.

.

mercredi 13 février 2019

Jeu d'hiver - Février 2019 (3)

Mais où suis-je ?


Bonne chance à tous !

Une palette sans lentilles

La semaine dernière, je pensais que Claude P, notre envoyé spécial, devenais de plus en plus pieux.
Aujourd'hui, force est de constater que je me suis trompé: il fréquente de plus en plus les bistrots !
Il nous emmène boire un verre à La palette, rue de Seine:




Le décor n'a pas changé depuis 1902 (J'y étais).





Les faïences art déco sont superbes mais non signées.




Allez boire un café pour profiter du décor superbe, mais si vous voulez manger, souvenez-vous que le propriétaire est le même que celui de Sénéquier à Saint-Tropez... Je dis ça, je dis rien !


43 rue de Seine, Paris VI°.

lundi 11 février 2019

Marre !

C'est comme du chiendent. Depuis quelques semaines, les images inspirées par la bêtise, l'inculture, l'intolérance et la racisme se multiplient sur l'internet.
Plutôt que de les reproduire ici (en plus je n'aime pas les graffitis), je préfère mettre en ligne le portrait d'une grande dame qui, tout au long de sa vie, fut l'honneur de la France. 


Ça déboise à Montparnasse.

Regardez ces deux premières photos; Voyez-vous une différence ?
Végétalisez les pieds d'arbres, qu'ils disaient... Et quand il n'y a plus d'arbre ?

Image Street view prise en mai 2018

Photo JPD prise en février 2019
 Au passage, le chantier nous permet de découvrir une petite chapelle qui devait être celle de "La Maison", foyer catholique qui hébergeait des étudiantes (Clic !).



Mais rassurez-vous, les étudiantes pourront bientôt revenir; en effet, dès que ce programme de promotion immobilière sera terminé, elles pourront loger dans des appartements "d'exception" moyennant un chèque de deux millions environ...
Le programme s'appelle "L'écrin des dames"; vous pouvez déjà acheter sur plans !


36 rue du Montparnasse, Paris VI°.

La gare des Gobelins (2)

Plusieurs questions reçues à la suite de notre dernier jeu m'ont incité à développer un peu plus le sujet de cette gare souterraine si mystérieuse...

Cette gare est établie en sous-sol de la dalle des Olympiades, à l'emplacement d'une gare de marchandises bien plus ancienne.
Je vous encourage à (re)voir l'article consacré à cette gare dans Paris-Bise-Art: Clic ! 


Voici notre heurtoir, tout au fond de la gare: 


Les voies ferrées sont toujours là et plutôt en bon état:


Cet immense espace est utilisé par les nombreux commerçants asiatiques du secteur.


Vous noterez la propreté du lieu...



Vers la sortie:



Les voies sortant de la gare menaient naguère vers la Petite ceinture ferroviaire.



Devant nous, le début de la tranchée menant à la Petite ceinture:



Certains diront que la nature reprend ses droits, d'autres diront que c'est une décharge à ciel ouvert... Et tous auront raison !


L'entrée (murée) du tunnel de raccordement à la Petite ceinture:


et son débouché (à droite sur la photo); les voies ont été ôtées l'année dernière.


L'accès routier aux entrepôts souterrains des Olympiades se trouve rue Nationale, près du carrefour avec la rue Regnault, face au passage National (Paris XIII°).

La folie Desmares - Maison du patrimoine - Châtillon

Architecte du roi de France, mais aussi du tsar Pierre-le-grand, Jean-Baptiste Alexandre Le Blond se vit confier la construction de cette demeure en 1705 par Claude Ballon, danseur de Louis XIV et futur maître de danse de Louis XV.
En 1708, le banquier suisse Antoine Hogguer de Saint-Gall rachète la propriété pour y installer sa maîtresse, la "scandaleuse" Charlotte Desmares.
Épargnée pendant la période révolutionnaire, la "folie Desmares" passera entre les mains de différents propriétaires et ce n'est que récemment que la ville de Châtillon en devint propriétaire.


L'ouverture de la Maison du patrimoine, installée dans l'aile gauche, atteste de la volonté de conserver à ce lieu une vocation culturelle. Le corps de bâtiment principal n'est pas encore ouvert; il nécessite de gros travaux de rénovation.


La façade sur jardin est visible depuis la parc des sarments (ouvert au public) comme le prouvent ces photographies trouvées sur un site anglais! (Clic !)


On fit même des cartes postales du lieu à une époque où il était question que la mairie s'y installe:


Ce sont les bénévoles de l'association "Les amis du vieux Châtillon" qui ont la charge d'animer cette nouvelle Maison du patrimoine. Il n'est pas de meilleur choix que de confier à des passionnés un tel lieu d'histoire. La chaleur de leur accueil et leur érudition vous garantissent une visite passionnante, j'en suis témoin !

La visite commence par un espace consacré au passé lointain de Châtillon, sa géologie et son sous-sol:



La grande galerie des sculptures présente entre autres une collection exceptionnelle des créations de l'atelier Lachenal (collection unique au monde).
C'est superbe !



Le vieillard de Rodin:






La galerie des trois peintres est consacrée à... trois peintres châtillonnais dont la réputation a dépassé les limites communales, Paul Baudier, Suzanne Frémont et Eugène Véder:



Nous grimpons vers le premier étage consacré aux arts et traditions populaires, à l'industrie châtillonnaise ainsi qu'au monde des lettres et des arts.


C'est Léo Mallet qui nous accueille à l'étage:



Les industries modernes (espace) ne sont pas oubliées:



Cet extraordinaire navire bien outillé décorait la vitrine d'un quincaillier de la commune:


L'aviation a toujours été présente à Châtillon, mais pas que... 


Jean Giraud dit Moebius et le groupe Indochine sont là aussi:


Nous finissons cette visite par le tambour du garde-champêtre ainsi que ce vin local qui ne manque pas d'humour !


La meilleure façon de faire vivre ce lieu, c'est d'abord de la visiter et peut-être d'adhérer aux Amis du vieux Châtillon

Ouverture les mercredis, jeudis, vendredis et samedis de 14h à 18h.
Entrée gratuite.

13 rue de la gare, Châtillon (Hauts de Seine).

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...