.

.

mercredi 30 janvier 2019

Une authentique maison de meunier

Si vous vous promenez rue Polonceau, vous ne pourrez qu'être surpris de découvrir une petite maison du XVII° siècle, un peu écrasée au milieu des immeubles environnants...


Rappelons que nous nous trouvons sur l'ancienne "butte des couronnes", dite aussi la "butte des cinq moulins". Pourquoi ce nom ? Vous avez quatre heures.
Avant l'urbanisation du quartier au XIX° siècle, nous étions à la campagne...
Cette maison dépendait du moulin dit de la Dame Goudin, disparu entre 1836 et 1846.
Cette maison abritait encore il y a quelques années un temple bouddhique, le "Temple de la loi merveilleuse".


La situation des cinq moulins dans la voirie actuelle:


Je tiens à remercier Jean-Raphaël Bourge qui est sans doute le meilleur connaisseur du quartier de la Goutte d'or et dont le blog fait autorité.


38 rue Polonceau, Paris XVIII°.

On recherche cochons (5)

Rappel: Notre lecteur Wei Wang, en vue du nouvel an chinois qui cette année célèbre le "cochon de terre", recherche des photos évoquant ce charmant animal. Il en a déjà trouvé quelques-unes, mais n'hésitez pas à envoyer vos trouvailles à paris.bise.art  @  gmail.com (sans espace), je transmettrai.

Voici d'abord deux enseignes envoyées par Bernard D. 



Il a l’œil méchant, le cochon de Chiffonnière !


Fulgence nous envoie le sanglier Woinic:


Gino a trouvé celui-ci aux Folies-Bergère !


Enfin, envoyé par Loïc, cet insigne du 91° Régiment d'infanterie:


à suivre...


lundi 28 janvier 2019

Une pierre à bois passage saint-Paul !

Heureusement que certains lecteurs de Paris-Bise-Art sont plus vigilants que votre serviteur lorsqu'ils déambulent dans les venelles sombres du Paris moyenâgeux...
Nous y étions passés en 2012: Clic !




Non mais, comment ai-je pu la rater ?


Un grand merci à super-Matthieu !

Passage saint-Paul, Paris IV°.

Caserne des mousquetaires gris

Sur un terrain ayant abrité de 1636 à 1660 la Halle du Pré-aux-clercs, vaste marché comportant 26 échoppes, la ville de Paris édifia en 1660-1671 une caserne destinée à la première compagnie de Mousquetaires. Ceux-ci étaient surnommés les "Mousquetaires gris" eu égard à la robe de leurs chevaux.
La 2° compagnie, celle des Mousquetaires noirs (même raison), était casernée rue de Charenton (Clic !).


L’œil acéré de notre envoyé spécial Claude P; ne pouvait rater le panneau annonçant des travaux dans cet immeuble:


Mousquetaires ? Vous avez dit Mousquetaires ?



La façade, d'une élégante simplicité, n'a pas changé.





L'insigne distinctif des mousquetaires figurait-il sur le linteau d'origine ? J'en doute.
Toujours est-il que la reconstitution est fidèle, comme en atteste cet insigne - authentique, lui -  figurant sur la giberne des mousquetaires:




Bravant tous les dangers, notre envoyé spécial s'introduit dans les lieux !


Grâce lui soit rendue, cela nous permet de découvrir ce magnifique escalier:


Vous ai-je dit que j'aimais les escaliers ?



La cour quant à elle a perdu toute trace du passé; nous sommes bien dans le septième arrondissement au XXI° siècle !



Merci à Claude P.

15 rue du bac, Paris VII°.

On recherche cochons (4)

Je me demande si Paris-Bise-Art n'est pas en train de devenir le blog le plus cochon de France...

Rappel: Notre lecteur Wei Wang, en vue du nouvel an chinois qui cette année célèbre le "cochon de terre", recherche des photos évoquant ce charmant animal. Il en a déjà trouvé quelques-unes, mais n'hésitez pas à envoyer vos trouvailles à paris.bise.art  @  gmail.com (sans espace), je transmettrai.

C'est d'abord Jean-Claude L. qui nous envoie ce festival de petits cochons:




Puis c'est au tour d'Anne de nous envoyer ces images, à commencer par cette charmante cohabitation extraite du blog Belcaire-Pyrénées:


Puis ces dessins pariétaux, le premier à Lascaux:


le second à Altamira:


C'est dans le bestiaire d'Aberdeen (XII° siècle) qu'Anne a trouvé cette image:


Un projet auquel je n'ai rien compris, sauf qu'il était conçu par un certain Seth Honnor. Vu ici à Marseille:


Un cochon anthropomorphe de Savoie habillé en ramoneur:


Cette montre de circonstance créée par Chopard spécifiquement pour le nouvel an chinois, comme tous les ans:


Envoyé par Guillaume, ce couple de cochons décore les rues d'Adelaide, en Australie:


De Sidonie, nous recevons ce cochon rouge de Montélimar:


Enfin, un cochon qui m'est cher car il indique ma charcuterie favorite dans le marché couvert de l'Olive, à Paris:


Au tour de Tilia de nous envoyer ces trésors:

Commençons par la ville de Wismar, tout au nord de l'Allemagne, où quatre cochons gardent un pont:




Le cochon suivant nous arrive de Pennsylvanie (State college of public art):


Enfin, ces deux cartes de vœux:



à suivre...


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...