.

.

.

.

mardi 16 août 2016

Château de Fontainebleau (8) - Vers la chambre de l'empereur

Hors Paris

Nous continuons notre visite des appartements royaux et impériaux.
Nous avions quitté l'impératrice dans sa chambre, retrouvons-la dans son cabinet de toilette. C'est un bijou:



Remarquez la baignoire dissimulée dans une alcôve:



Du cabinet de toilette à la salle du trône, il n'y a qu'un pas que nous franchissons allègrement (ce n'est pas moi qui a fait les plans !).
Nous sommes ici dans ce qui fut jusqu'à la Révolution la chambre du roi et donc le véritable siège symbolique du pouvoir royal.
Napoléon - par superstition ? - souhaita conserver la fonction symbolique du lieu et décida d'y installer la salle du trône.




Un plafond dont la simplicité confine à l'ascétisme...


En dépit du nombre de résidences royales, cette pièce est aujourd'hui en France l'unique salle du trône existant avec son mobilier.


Pour aller de la salle du trône à la salle du conseil, un petit corridor...


Muni d'un miroir pour vérifier sa tenue !


La "salle du conseil" impériale ne fait que perpétuer la fonction du "grand cabinet du roi" de Louis XVI.



Des toiles peintes par Boucher ornent le plafond.


Admirez la finesse des camaïeux bleus et roses:


La "Chambre de l'empereur" est l'ancien cabinet de toilette du roi.
Entre les boiseries, les dorures, les meubles et les cristaux, j'avoue que l'on peut être un peu baba !



Ce velours chiné et rebrodé a été retissé à l'identique entre 1988 et 1995. Je le trouve furieusement contemporain !


Vous ai-je dit que le tapis venait d'Aubusson ?


La "Petite chambre à coucher de l'empereur" était en fait son cabinet de travail. Le lit de camp n'est là que pour permettre à l'empereur de se reposer (ou dicter du courrier !).


L'imposant bureau est de Jacob-Desmalter. Conçu à la demande de Napoléon, il se dépliait et permettait à l'empereur d'étaler ses papiers.



Le plafond représente une allégorie du retour des Bourbon en France; encore cet imbroglio de l'histoire !


à suivre...

Aucun commentaire: