.

.

.

.

lundi 15 août 2016

Château de Fontainebleau (7) - Vers la chambre de la reine...

Hors Paris

Suite de notre visite du château. 
Nous sommes toujours dans les grands appartements.

Après le salon Louis XIII, voici le "salon des tapisseries" où l'éclairage tamisé met en valeur le décor.
Ancienne salle des gardes de la reine, cette pièce est devenue salon de réception sous Louis-Philippe.


Les tapisseries tissées à Paris illustrent l'histoire de Psyché.


Ce salon François I° a été successivement la chambre de la reine sous François I°, seconde antichambre de la reine sous Louis XVI, salle à manger sous l'Empire et enfin salon de réception sous Louis-Philippe.


Tapisseries des Gobelins



La cheminée décorée par le Primatice


La visite se poursuit par "l'antichambre de l'impératrice":


Ancienne salle des gardes de la reine, cette pièce est décorée de trois tapisseries des Gobelins représentant les saisons.



 L'escalier de la reine, somptueux, où un cerbère imbécile m'interdit de prendre des photographies (même sans flash). Vous n'en verrez donc pas plus !


La galerie de Diane tient son nom de la première décoration réalisée sous Henri IV; il n'en reste rien.
L'actuelle galerie fut reconstruite sous Napoléon, mais le plafond peint date de la Restauration et les bibliothèques de Napoléon III. Quelle histoire ! 


Notons qu'avec 80 mètres, la galerie de Diane est la plus longue du château.
Pourquoi n'y pénétré-je pas ? Parce qu'elle est fermée !


La décoration du "Salon blanc" ne date que du XIX° siècle. Ce fut le petit salon de la reine Marie-Amélie, puis le salon des dames de l'impératrice Eugénie.


Les sièges sont de Jacob frères


Sur la cheminée, une curieuse horloge tournante


Nous sommes maintenant dans le "Grand salon de l'impératrice" qui fut, sous Louis XVI, utilisée comme salon de jeu. C'est pour Marie-Antoinette qu'elle fut, en 1786, redécorée dans un style antiquisant.


Sous le règne de Napoléon, cette pièce devint le grand salon de l'impératrice. Son mobilier a été intégralement conservé jusqu'à aujourd'hui.


Hormis les deux fauteuils réservés aux souverains, les chaises et les tabourets étaient pour les dames tandis que les messieurs devaient rester debout (pourquoi tant d'injustice ?).


La "Chambre de l'impératrice" est une splendeur !
Depuis Marie de Médicis jusqu'à l'impératrice Eugénie, toutes les souveraines de France ont occupé cette chambre. Le décor qui en résulte est une sorte d'addition de toutes ces époques, depuis le plafond du XVII° siècle jusqu'aux soieries murales qui ont été retissées à Lyon entre 1968 et 1986 !


Le plafond - tout simple - est en bois doré:


La balustrade qui délimite l'espace privé de la souveraine est une survivance de l'ancien régime; mais elle est d'époque Empire !


Qui a oublié son plumeau ?


à suivre...

1 commentaire:

marc a dit…

la galerie de diane n'est ouverte qu'en cas d'expo temporaire, mais la photo du reportage en montre l'essentiel