.

.

Commentaires

Certains d'entre vous me signalent que leurs commentaires ne sont pas publiés. Ce dysfonctionnement affectant Blogger m'oblige à aller les chercher manuellement.
Si vous ne voyez pas apparaître vos commentaires après un délai raisonnable (bah oui, on n'est pas aux pièces non plus !), merci de me le signaler à l'adresse paris.bise.art@gmail.com .

mardi 30 novembre 2010

Chapelle de l'hôpital Saint-Joseph

Au beau milieu d'un hôpital sans grâce, une chapelle enserrée dans les autres bâtiments; on y accède par les couloirs de l'hôpital. Outre le calme du lieu, vous pourrez y voir une surprenante série de vitraux ainsi qu'un tableau de A.L. Dapoigny d'une folle gaîté...






















































Et un peu de joie de vivre pour terminer !










185 rue Raymond Losserand, Paris XIV°.

lundi 29 novembre 2010

La Tour de Jean sans Peur - 2

Les Ducs de Bourgogne avaient adossé leur palais parisien à la muraille de Philippe Auguste. Une maquette nous montre la disposition des constructions à l'époque.



Au rez-de-chaussée, le bureau du responsable est installé à l'intérieur d'une tour subsistante de la muraille de Philippe Auguste; serait-ce le bureau le mieux insonorisé de Paris ?



Du haut du Palais, à travers une vitre, la vieille tour s'inscrit encore dans le bati actuel.












Descendez au sous-sol où des expositions se tiennent, et vous pourrez toucher la base de la tour ainsi que la muraille; huit cents ans et toujours solide !



















Enfin, à l'extérieur, la tranche de la muraille est bien visible à la base du palais ducal. Un plan de situation est même gravé dans la pierre.













20 rue Etienne Marcel, Paris II°.

samedi 27 novembre 2010

Impasse de Mont-Louis

Une petite impasse en cours de boboïsation quelque-part dans le onzième... on y distingue encore sur un fronton "Robinetterie Générale". Et puis soudain, surprise: une imprimerie avec des gens qui travaillent ! Tout n'est donc pas perdu !





















Impasse de Mont-Louis, Paris XI°.

vendredi 26 novembre 2010

Musique place des Vosges

L'été, l'après-midi, sous les arcades de la place des Vosges, au coin de la rue de Béarn, soudain une musique...
.
Place des Vosges, Paris III°.

jeudi 25 novembre 2010

Les escaliers du métro Abbesses - On remonte !

A la demande (quasi) générale, voici le second escalier de la station Abbesses, celui réservé à la montée. (Le descendant est ici).
Lors de la rénovation de la station (2007), la RATP a commandé ces oeuvres à des membres de l'Association des artistes "Paris-Montmartre".
Allez, en avant, marche ! (même Antiqua !)







Eh oui ! Michou dans le métro ! au milieu de nos petits Poulbots.






































Je suis un petit peu fatigué,moi ! Je ne sais pas pourquoi...
Rassurez-vous, il y a des ascenseurs pour les moins courageux !
.
Métro Abbesses (ligne 12), Place des Abbesses, Paris XVIII°.

mercredi 24 novembre 2010

Heinrich Heine

Allemand, juif, athée mais surtout poète, Heinrich Heine est le Baudelaire allemand. Dès 1831, il s'installe à Montmartre où il aura une dizaine de domiciles. Depuis sa mort en 1856, il y repose toujours; sa tombe attire de nombreux admirateurs.





Cimetière de Montmartre, 27° section, avenue Rachel, Paris XVIII°.

mardi 23 novembre 2010

Le Salon Colonial de la mairie du XII°

En 1931, l'Exposition Coloniale Internationale de Paris se tint dans le bois de Vincennes, c'est-à-dire sur le territoire du XII° arrondissement parisien. La mairie, ne voulant pas être en reste, fit aménager par le fameux peintre africaniste Louis Jean Beaupuy, un extraordinaire "salon colonial" selon la terminologie de l'époque; aujourd'hui, on doit dire "Salon de la France d'outre-mer".
Ce salon existe toujours. Je vous laisse le regarder. Le regard du peintre sur nos colonies d'alors est... comment dire... parfois un peu daté !





















130 avenue Daumesnil, Paris XII°.

lundi 22 novembre 2010

La tombe de Napoléon à Sainte-Hélène

A l'ouest de l'église des Invalides, empruntez le "corridor de Nîmes" et trouvez la fenêtre qui a été transformée en baie vitrée. La tombe à peine cachée que vous voyez dans les arbustes est la première tombe de Napoléon, celle qui fut rapportée de Sainte-Hélène avec la dépouille de l'Empereur en 1840.










































Cette cour n'est pas accessible au public mais si vous allez jusqu'au bout du couloir, vous verrez un escalier; grimpez une volée de marches et vous aurez cette vue:






















Bon, d'accord, c'est moins spectaculaire que le majestueux tombeau de Visconti, mais c'est plus tranquille, non ?




Pour voir le blog du Conservateur des domaines français de Sainte-Hélène---> Clic !






.







Hôtel des Invalides, Paris VII°.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...