.

.

lundi 23 juillet 2018

Jardin du Père Armand David

Ce jardin introuvable porte le nom d'un missionnaire lazariste né en 1826 et qui fut envoyé en Chine par le Muséum d'histoire naturelle. Outre la description de milliers d'espèces végétales et l'envoi de spécimens à Paris, c'est lui qui le premier, identifiera le panda géant jusqu'alors inconnu en Europe.
Mais pourquoi ai-je parlé d'un jardin introuvable ?

Rendez-vous rue du Cherche-midi et placez-vous devant cette suite d'immeubles semblables; ils appartiennent tous à la mission Lazariste dont les bâtiments principaux et la chapelle se trouvent rue de Sèvres (Clic !)


Repérez le numéro 90 et poussez la petite porte verte donnant accès à une résidence étudiante:


Après un premier sas, vous vous retrouverez dans un accès de parking souterrain que vous ignorerez.


Vous choisirez d'emprunter ce large couloir au bout duquel on voit la lumière du jour (sauf la nuit).


 Et là, surprise, nous sommes au milieu d'une petite forêt, avec de grands et beaux arbres!


Devant nous, deux portes. L'une donne accès à la partie "municipalisée" du jardin, l'autre est toujours la propriété des Lazaristes: c'est celle-ci que nous empruntons.
Notons au passage que la ville de Paris a créé à bon compte un "espace vert" qui existait déjà !


Nous avançons vers les bâtiments 


Au passage, saluons une dame en pierre sous son beau dais (j'ai honte).





Ça a de l'allure, non ?


Cette statue a été l'objet d'un jeu d'été récemment (Clic !).


Près d'une petite serre, un large passage s'ouvre:


Il traverse deux cours pour buter sur une porte qui débouche rue de Sèvres, exactement en face de la fontaine du fellah



Nous revenons sur nos pas sans avoir croisé quiconque



En nous approchant de la rue du Cherche-midi, nous voyons des immeubles modernes dont le béton est à peine sec.


Sur cette photo prise en mai 2012, nous voyons le dos des immeubles longeant la rue du Cherche-midi. Ce long mur aveugle était orné de chiffres indiquant les années marquantes dans la vie de Saint-Vincent-de-Paul.
Ne subsistent aujourd'hui que les deux dernières années à droite (1737 = canonisation et 1830 = arrivée de la châsse)


Aujourd'hui, ce mur aveugle a disparu et les nouveaux bâtiments ont été plaqués dessus, arrachant au passage quelques arbres...


90 rue du Cherche-midi, Paris VI°.

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...