.

.

Commentaires

Certains d'entre vous me signalent que leurs commentaires ne sont pas publiés. Ce dysfonctionnement affectant Blogger m'oblige à aller les chercher manuellement.
Si vous ne voyez pas apparaître vos commentaires après un délai raisonnable (bah oui, on n'est pas aux pièces non plus !), merci de me le signaler à l'adresse paris.bise.art@gmail.com .

vendredi 9 février 2018

Réverbères place de la Concorde

Une hécatombe.
C'est une hécatombe que je découvre jour après jour depuis que j'ai démarré cette série consacrée aux (beaux) réverbères parisiens. C'est à croire que personne ne s'en occupe...

Notre visite aujourd'hui sera circonscrite à la place de la Concorde.

Le premier réverbère est un peu à l'image du patrimoine parisien: de beaux restes, mais une tendance très prononcée à la destruction... Il est situé sur le terre-plein sud:


À quoi correspondent ces trois couleurs ? Un essai ? Des restes de vieux pots ? Qui décide ?


Ici l'un des nombreux réverbères qui ont été étêtés... Par qui ? Depuis quand ?


Faut-il y voir une signification politique ? Le pavillon représentant la ville de Lille est ouvert... Alors je jette un œil. 
Regardez comme la ville de Paris prend soin des rats !


Ce réverbère triple (enfin, il était triple) est devant l'hôtel de la Marine actuellement en travaux.


Au pied d'une statue des chevaux de Marly, enfin un réverbère entier !
Penché mais entier !


Enfin un réverbère vertical; étêté mais vertical !


Voyons si le pavillon de Marseille est plus propre que celui de Lille.
C'est drôle, la porte n'a plus de serrure mais une chaîne de moto assure une semi-fermeture.


Voyons à l'intérieur.
Match nul entre Lille et Marseille !
C'est la saleté qui gagne, nous sommes à Paris...


Serait-ce une nouvelle idée pour les réverbères étêtés ?


Près de la belle grille des Tuileries, à l'ombre d'un énorme manège forain, cet exemplaire d'un réverbère triple... devenu double.


On ne va pas chipoter pour un feu de signalisation incliné, n'est-ce pas ?


Le long de la balustrade* du jardin des Tuileries, un autre triple qui a perdu quelque-chose...
* Cette balustrade a une histoire: Clic ! 


Je sais que d'aucuns pensent que parfois j'exagère, mais comparez ce que vous venez de voir avec les photos prises un matin de l'été 2011 au même endroit et cherchez un réverbère endommagé...

Et rappelez-vous, en tapant le mot "Concorde" dans la boîte de recherche, vous pouvez trouver bien d'autres articles !

2 commentaires:

musard a dit…

La ville va sans doute bientôt installer des réverbères intelligents pour contribuer à l'élaboration d'une Place de la Concorde durable. Quant aux statues des villes, je les trouve un tantinet sexistes, pas vous ? Il faudrait au moins une ville homme et une ville trans pour équilibrer, sans compter que ces dames sont toutes blanches. Au vrai, cette place vouée au trafic automobile nous rappelle une bien triste époque, sexiste, coloniale (avec son obélisque) et carbonée. Mais qui sait si ces réverbères tronqués, loin de marquer un mépris du passé, ne sont pas un hommage (bien dans l'esprit de l'art contemporain) à la guillotine ?

JPD a dit…

Ah ! Mais que voila de bonnes idées !
Je transmets de ce pas votre dossier à madame Hidalgo qui, j'en suis sûr, va vous offrir un poste de premier adjoint !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...