.

.

jeudi 30 mars 2017

Palais-Royal printannier

C'est notre lecteur Claude P. qui nous envoie ces photos prises dans les jardins du Palais-Royal le jour du printemps.









N'oublions pas les "confidents" de Michel Goulet que nous avions déjà vus (Clic !).


Merci à Claude P. !

Jardins du Palais-Royal, Paris I°.

mercredi 29 mars 2017

Jeu de printemps - Mars 2017 (1)

Nous venons de changer d'heure, mais vos neurones fonctionnent-ils toujours ?

Oukcéti ?



Le phare breton de Paris a été démoli

J'ai emprunté ce titre au journal Sud-Ouest qui illustrait ainsi le chagrin des bretons de Paris, mais aussi de tous les autres, devant cette nouvelle destruction.
Les bulldozers de madame Hidalgo ont bien fait leur travail, détruisant ce symbole auquel les habitants du XV° étaient si attachés.
Mais rassurez-vous, on va couler du béton à la place: 251 studios accueilleront des étudiants, des jeunes travailleurs et des travailleurs migrants. Ils dormiront bien le long des voies ferrées...


Rue de Castagnary, Paris XV°.

Musée de la Marine

Il est urgent de vous rendre au musée de la Marine car il va fermer pendant cinq ans afin de se refaire une beauté, comme son voisin le musée de l'homme.


C'est en effet le vendredi 31 mars 2017 que le musée fermera.


Vous direz au revoir au canot  de Napoléon:


La mer et la peinture ont toujours fait bon ménage


De grosses maquettes anciennes...


De nombreuses maquettes contemporaines



Jusqu'au porte-avions Charles de Gaulle



Soyez le commandant dans sa cabine:


Une lentille de Fresnel côtoie un antique scaphandre


à dans cinq ans !


Accès gratuit pour ces derniers jours.

17, place du Trocadéro, Paris XVI°.

Bercy-Charenton, des tunnels sacrifiés ?

C'est au siège de l'association Paris historique que se tient cette exposition-dossier consacrée aux projets de bétonnisation du secteur Bercy-Charenton et de sa gare frigorifique souterraine.
Les lecteurs de Paris-Bise-Art connaissent déjà bien cet endroit (Clic !).



photo Tedy Vousemer


L'exposition se tient à la maison d'Ourscamp, magnifique siège de l'association jusqu'au 1er septembre 2017.  Entrée gratuite.

44 rue François Miron, Paris IV°.

lundi 27 mars 2017

Revoir Paris

Un nouvel ouvrage vient d'arriver dans la bibliothèque de Paris-Bise-Art.
C'est par là: Clic !


Rencontre avec Jean Serolle

Ça commence par un petit cochon dont le sourire m'attire alors que j'étais en train d'attacher mon fougueux destrier...
Je m'approche pour le photographier quand soudain un homme sort et pose à terre un panneau "atelier Jean Serolle".



L'entrée est libre, profitons-en !
Une seule petite grande pièce aussi bien rangée qu'un atelier d'artiste, c'est normal, c'en est un !


Ne trouvez-vous pas qu'il y a du Jackson Pollock chez cet homme ? (tableau à droite)


Justement, cet homme, le voici ! Il a tenu à vous saluer, je vous présente Jean Serolle:



Une belle rencontre... Ça, c'est Paris !




67 rue Broca, Paris V°.

Graffiti rue de Lisbonne

On sait ici combien je déteste les graffiti d'aujourd'hui lorsqu'ils consistent pour des presqu'humains à gribouiller partout, un peu à la manière des animaux qui marquent leur territoire en pissant dans les coins.

Il en va tout autrement pour ces gamins de l'occupation déjà résistants qui traçaient des croix de Lorraine sur les murs au nez et à la barbe des nazis. Savaient-ils qu'ils risquaient leur vie ?

Nous sommes rue de Lisbonne, derrière l'église Saint-Augustin, où un poste de Police occupe le rez-de-chaussée de la mairie.


Regardez bien à gauche de la porte, vous la voyez cette croix de Lorraine ?



Et ici, près du panneau d'affichage (celui de droite), regardez celle-ci tracée à la va-vite, et une autre, plus petite:




Regardez ce document et écoutez Jean Rispal parler des graffiti : Clic !

Merci à Wei Wang qui m'a signalé ce souvenir.

1 rue de Lisbonne, Paris VIII°.

vendredi 24 mars 2017

Youpi !

Voulez-vous que je vous dise ? L'informatique, c'est épuisant !


Rue Broca

La rue Broca, anciennement rue de Lourcine, doit sa sinuosité à la Bièvre qu'elle longeait jadis.
En dépit de plusieurs immeubles bétonneux et cubiques, il subsiste quelques vieilles maisons du côté des numéros pairs. 



Regardez le numéro 28; une solide grille protège un petit passage, mais elle s'ouvre aux jours et heures ouvrables:


Entrons sans faire de bruit...



Rien de spectaculaire certes, mais une certaine qualité de silence






Paris ? C'est tout au bout là-bas !


28 rue Broca, Paris V°.