.

.

.

.

vendredi 30 septembre 2016

Le palais Brongniart

Voulu par Napoléon en 1807, construit sur les ruines du couvent des Filles-saint-Thomas par l'architecte  qui lui donnera son nom, le Palais Brongniart abritera la bourse de Paris jusqu'en 1998.


Géré aujourd'hui par une société d'événementiel, il abrite des salons, expositions et autres galas; vous pouvez y organiser votre anniversaire !


Pour beaucoup, la bourse, c'était ça:


Aujourd'hui, il y a moins de monde...


"La nef" fut pendant près de deux siècles le cœur vibrant de l'économie française


Un plafond qui laisse voir le ciel...



La salle "Réaumur" laisse voir la structure:


L'escalier d'honneur, superbe:


En haut de l'escalier, une somptueuse tapisserie de la manufacture de Beauvais:


 Nous pénétrons dans le "salon d'honneur", qui fut jadis le siège du Tribunal de Commerce.



On savait faire des plafonds à l'époque !


 On appelle cette salle le "club du Palais" aujourd'hui; elle sert souvent de restaurant.


Nous nous dirigeons à présent vers "l'espace corbeille".


Au passage, nous remarquons cette cloche: c'était celle qui sonnait le début et la fin des séances. Elle était actionnée par un ancien combattant.


"L'espace corbeille" est un petit espace muséographique qui rassemble quelques vestiges
La corbeille proprement dite n'est en fait qu'un tas de sable destiné à recevoir les cigares éteints, cerné par une balustrade


Les cabines téléphoniques (bah oui, il n'y avait pas de portable !)


La machine à perforer les coupons qui restera en usage jusque dans les années quatre-vingt:


 Dans ce petit box-vestiaire, le nouvel agent de change échangeait sa tenue de ville contre une queue-de-pie à l'occasion de sa première montée au parquet:

 

La pendule de l'entrée s'est arrêtée sur midi...


Dernière pièce à visiter: le "bureau historique" du président de la Bourse



Voila, vous savez tout. Aujourd'hui, la Bourse vit d'événementiel, jusqu'à quand ?
Et si madame Hidalgo la transformait en camp de nudiste ?

Place de la Bourse, Paris II°.

4 commentaires:

le grand barde de PBA a dit…

camp de nudisteS avec un S car l'Amère Anne en voit de milliers

JPD a dit…

C'était pourtant une idée singulière ! :-)

le grand barde de PBA a dit…

magnifique jeu de mots

le grand barde de PBA a dit…

cher JPD ,
Je viens de voir un excellent reportage sur France 5 ,sur les souterrains et égouts de Paris . La cerise sur le gâteau était la sortie depuis les égouts par la chaussée pour une révision d'un bateau servant habituellement à désensabler les égouts