.

.

.

.

mercredi 15 avril 2015

Magasins de décors de l'Opéra de Paris

On passe devant sans les voir, et pourtant c'est une oeuvre de Charles Garnier ! Les magasins de décors de l'Opéra de Paris sont même l'unique réalisation industrielle du célèbre architecte.
Ils ont été bâtis en 1895, après le catastrophique incendie des anciens entrepôts de la rue Richier en 1894.


Nous sommes sur d'anciens terrains militaires ; lors de la construction, l'enceinte de Thiers est toujours en place.


C'est ici que sont conçus tous les décors de l'Opéra :



Minutieusement stockés comme un énorme puzzle, les décors attendent la prochaine représentation



des représentations parfois lointaines...



La grande nef centrale a les même dimensions que la scène de l'opéra :


Les décors y sont montés "grandeur nature"


Et c'est aussi sur cette scène que l'on répète les spectacles


Sur cette photographie, on distingue l'inclinaison du plancher de la scène, comme dans la réalité ( 5% ).


Avant de partir, observez les semi-remorques qui transportent les éléments de décors vers l'Opéra : elle sont beaucoup plus étroites que des camions ordinaires...


La raison en est qu'une fois arrivées à l'Opéra, les remorques sont placées dans ce monte-charge qui les emporte trois étages plus haut, au niveau de la scène.

photo dansomanie.net
 32 boulevard Berthier, Paris XVII°.

5 commentaires:

Boris Mestchersky a dit…

Impressionnant et curieux à la fois !

Anonyme a dit…

Et vous en connaissez un rayon sur les remorques et les camions
les routiers sont sympas

charlie pierre a dit…

Sainte Rita n'est pas encore foutue
une messe pontificale aura lieu dimanche 19 avril à 10h
l'église à la sortie du métro Alésia , St Pierre de Montrouge je crois à la partie supérieure emmailloté dans un espèce de bas de contention géant pour éviter les chutes de pierres
c'est désolant

JPD a dit…

... et ne parlons pas des bornes de l'avenue du général Leclerc !

charlie pierre a dit…

c'est vrai
j'ai complètement oublié ces bornes malgré que je sois passé à pied devant le cinéma et l’hôpital de la Rochefoulcaud
faut dire aussi que rien ne m'y a fait m'en souvenir
pour l'Eglise ça m' crevé les yeux en sortant du métro