.

.

.

.

vendredi 23 janvier 2015

Métro : La RATP détruit notre patrimoine (2)

Vous êtes nombreux à être anxieux quant au devenir des anciennes voitures de métro stockées dans la boucle de Villiers (Clic ! ).
La RATP ne veut pas communiquer... c'est son droit le plus strict dès lors qu'aucun de ces matériels ( dont elle est propriétaire ) n'est classé "Monument Historique".
J'ai quelques informations - dont je ne peux faire état - qui me laissent penser que tout n'est peut-être pas perdu, mais rien n'est gagné. 


Mais avouons que la RATP a le mauvais rôle dans cette affaire. Lors de sa création en 1949, elle a hérité des trains commandés par la CMP et le Nord-Sud, et la mission qui lui a été confiée consistait à transporter des voyageurs. La conservation de matériel historique, voire la création d'un musée ne sont pas dans son cahier des charges.
Elle se trouve donc entre le marteau de l'état et l'enclume de l'histoire, confrontée à des problèmes bien réels de garage de ses trains.


Jusqu'à présent, la préservation du matériel historique a été sous-traitée par la RATP à des particuliers ou à des associations. Seule, une rame Sprague "verte et rouge" avait été préservée grâce au classement "MH" en 1998.


Mais les autres véhicules subsistants constituent un patrimoine irremplaçable. C'est toute l'histoire du métro, l'histoire des transports en commun, l'histoire de Paris qui est en cause.


Que la RATP ne soit pas en mesure d'assurer la conservation de ce patrimoine, je peux le comprendre. Mais décider sa destruction pure et simple, c'est aller trop loin !


Ce que Jack Lang a fait jadis, est-ce impossible à faire aujourd'hui ?

La ville de Paris est la seule grande capitale à ne pas avoir de musée des transports ; ne serait-ce pas là un beau projet à mettre en oeuvre, Madame Hidalgo ?

Et la région Île-de-France, elle ne dit rien ?


Et puis, rêvons un peu... Le président Pompidou a voulu Beaubourg, le président Giscard d'Estaing a voulu Orsay, le président Mitterrand a voulu le grand Louvre, le président Chirac a voulu le Quai Branly... et si le président Hollande voulait un musée des transports ?


Il y a urgence.

Ferrailler ces matériels, c'est prendre une décision fatale, c'est nier notre histoire. Mesdames et messieurs les décideurs, réfléchissez bien avant de signer l'arrêt de mort de notre vieux métro.  



6 commentaires:

charlie pierre a dit…

Moi je crois plutôt que le Président Hollande préferera
donner des moyens supplémentaires à un musée déjà existant , à savoir celui du scooter sis à Montjean sur Loire dans le Maine et Loire

Anonyme a dit…

Les rames et les stations, quand ces wagons étaient en service, sentaient le métal...souvenirs, souvenirs! Il faut garder espoir. Hélas nos élus, les éventuels mécènes se déplacent peu en métro aussi n'ont-ils pas la nostalgie des différents wagons mis en circulation. Un de mes frères "étaient RATP" mais il est décédé depuis trois ans.
Anne

Anonyme a dit…

ou le musée des transports amoureux

Anonyme a dit…

Il en faudrait de la place , mais on peut la trouver si on veut
savez vous qu'il a été question un moment d'un musée de l'aéropostale à Paris RP rue du Louvre
ce projet était porté par Patrick Jacquet cadre dirigeant de La Poste
depuis comme vous le savez La Poste a décidé de faire une opération immobilière sur ce site

JPD a dit…

Vous avez raison, créer un musée est un geste politique et il est difficile de trouver un homme politique qui colle les timbres ou qui prend le métro !!!
Quand à la poste de la rue du Louvre, PBA avait relayé la campagne lancée par Paris Historique ( http://paris-bise-art.blogspot.fr/2014/01/la-poste-du-louvre-mort-dun-monument.html )

Eric P. a dit…

http://www.lumieresdelaville.net/2015/02/17/diaporama-les-vestiges-du-metro-parisien/