.

.

jeudi 10 janvier 2013

Une ancienne borne en triste état

Regardez-la bien, toute seule au bord du trottoir... Elle a déjà perdu le nombre de kilomètres qui la séparent de Notre-Dame !


                                        

Un repère de nivellement:


La partie arrière est cassée et taguée... Mais pourquoi ceux qui repeignent le réverbère tout proche ne passent-ils pas un coup de pinceau sur cette pauvre borne ?



Devant le 177 avenue de Versailles, Paris XVI°.

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Le "tag" est un Art officiellement reconnu.
Pour l'Art ? ou pour avoir la Paix ?
Dommage que tant de taggers fassent des essais ici ou là, comme le toutou faisait (ou fait ?) son petit caca.
Otto.

JPD a dit…

Je préfère les crottes de chien car elles partent à la première averse !

Et puis les chiens ont une excuse: ils n'ont pas de cerveau (qui a dit les taggers non plus ?).

Tilia a dit…

Le kilométrage depuis N.D. de Paris, non inscrit sur cette borne, a peut-être une explication.
On peut lire dans l'article de Wikipédia "Les premières routes nationales (numérotées parmi la série 1 à 20) partaient des portes de Paris, voire du parvis de Notre-Dame où un médaillon inscrit dans le sol marque le « point zéro des routes de France »."
Sur le site routes.wikia.com, il est précisé que "En 1978, la RN10 est définie comme la route de Paris, porte de Saint-Cloud, à la frontière espagnole".
L'article consacré à la RN10 dans Wikipédia parle du "tronçon initial, de Paris (Porte de Saint-Cloud) au pont de Sèvres". Ce qui semble confirmer qu'avant le déclassement de 2005, cette nationale débutait à la porte de St Cloud. Dans ce cas, la présente borne, avenue de Versailles, serait la borne zéro...

Par ailleurs, la borne et son socle fendus : une détérioration qui ne me semble pas avoir été engendrée par accident extérieur. Un problème dans le sous-sol, alors ? Paris est un gruyère, dit-on !

Anonyme a dit…

En somme, dans un cas comme dans l'autre, on peut glisser dessus, mais avec les toutous, on peut se casser une jambe et devant un tag on se "casse"...
Otto.

JPD a dit…

Et bah oui mais non !!! lol

Ça ne peut pas être la borne zéro car dans un envoi précédent (http://paris-bise-art.blogspot.fr/2012/08/ancienne-borne-kilometrique.html), nous avions vu une autre borne de cette même route nationale 10 qui se trouvait déjà à 6 km de Notre-Dame.

De plus, un intéressant débat avait eu lieu avec André Fantelin (de Paris Myope) à propos de la datation des ces bornes en fonte sous forme de commentaires dans l'envoi http://paris-bise-art.blogspot.fr/2012/12/deux-bornes-kilometriques.html . Je ne saurais trop vous encourager à le lire.
Enfin, en ce qui concerne les dégradations, je crains fort que l'origine en soit humaine car j'ai vu parfois des motos attachées à ces bornes... sans compter que celle-ci est coincée entre la chaussée et une contre-allée où les voitures manœuvrent...

André Fantelin a dit…

Bravo Mr JPD !
Je ne connaissais pas cet exemplaire de borne métallique, type très rare encore en place, surtout à Paris intra muros.
Quant au nombre manquant du kilométrage existant entre cette borne et Notre Dame, je me demande si le chiffre n'était pas rajouté après la fonte de la borne, boulonné ou soudé, ce qui permettait d'utiliser un seul moule par route nationale. Ce qui me fait émettre cette hypothèse, c'est l'état de la borne métallique exposée au musée d'histoire de Issy-les-Moulineaux ( Route Nationale N° 189 ) : à la place du repère de nivellement on voit deux trous verticaux au centre d'une empreinte rectangulaire en creux et quatre sections de tiges métalliques coupées affleurant au 4 coins d'où serait ce repère. Cela montre que cet élément, à l'altitude affichée forcément variante selon l'implantation de la borne, était ajouté après. De là à penser que le chiffre du kilométrage était aussi ajouté ensuite... En regardant de près ma photo de la borne du quai du Président Kennedy, présente dans un de vos posts, il me semble que le relief du chiffre est plus net que celui des lettres, qui parait plus arrondi, né de la fonte.
Dans votre borne est-ce que le chiffre n'aurait jamais été placé ( on ne voit aucune trace )? Ce n'est qu'une hypothèse.
Merci pour l'incroyable quantité de vos trouvailles.
AF

Tilia a dit…

Merci pour vos lumières, JP, voilà qui est passionnant. La borne zéro était de ma part pure hypothèse :)

C'est tout de même rageant de voir que la ville ne prend pas plus de soin de ce genre de petit patrimoine. Ces bornes ont une certaine valeur historique puisque, comme nous en informe André Fantelin (merci à lui), il s'en trouve un exemplaire au musée d'histoire d'Issy-les-Moulineaux.