.

.

mercredi 1 juillet 2015

Trou de balle rue d'Arcole

A Paris, les combats de la Libération dureront jusqu'au 25 août 1944. Ils seront particulièrement durs sur l'île de la Cité, notamment aux abords de la Préfecture.
L'Hôtel-Dieu quant à lui sera sera victime d'un char allemand. Cette trace d'obus en témoigne :




Face au 15 rue d'Arcole, Paris IV°.

4 commentaires:

Jeanmi a dit…

Glorieuse cicatrice ! Dans le domaine de l'étrange, je vous conseille le musée de la Franc-maçonnerie 16 rue Cadet 75009, vous y découvrirez un monde qui, finalement, n'est pas si bizart que ça !...

charly pierre a dit…

SI je puis me permettre une remarque ,le tenancier de ce blog a fait un article sur le dit musée en février 2014
Dans celui ci sur la Rue d' Arcole son sens de l'observation est toujours aussi aiguisé , pour ma part s'il n'avait pas fait si chaud j'aurais blagué sur le trou de balle , mais je n'en ai plus la force

Anonyme a dit…


Il y a trou de balle, certes, mais le viol n'est pas consommé. Il y a seulement tentative. Ah ! la résistance, c'est quèq'chose !
Otto

marc a dit…

A propos de la rue d'Arcole, je mettais laisser dire que ce nom n'aurait rien à voir avec la bataille dudit pont mais serait le nom d'un insurgé de la révolution de 1830 (dont le nom n'apparaît pourtant pas sur la colonne de Juillet)????

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...