.

.

mercredi 13 juin 2012

Borne royale rue de Vaugirard

A l'angle de la rue Littré, cette très ancienne borne en pierre refuse de disparaître. Les inscriptions qu'elle portait sont effacées, hélas, de même que sa fleur de lys. 
Cependant, une petite recherche nous indique que lorsque la rue de Vaugirard conduisait de Paris au village de Vaugirard en empruntant la trace d'une voie romaine, cette borne royale signalait que l'on se trouvait ici à une demi-lieue du point zéro des routes de France situé sur le parvis de Notre-Dame (source: Jacques Hillairet).



Unité de distance sous l'ancien régime, une lieue valait environ quatre kilomètres.


85 rue de Vaugirard, Paris VI°.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

C'est une borne vénérable. Elle a eu de la chance !
Il en reste quelques unes en France.
Il faut les protéger.
Otto

Anonyme a dit…

J'en ai vu une dans le Parc des Capucins à Coulommiers. Il est indiqué à côté que ces bornes royales ont été placées sur la route allant de Paris à Esternay situé dans la Marne, sous le règne de Louis XV. La distance entre chaque borne, était de 1.000 toises, soit 1.949 mètres. Les fleurs de lys ont disparu durant la Révolution !

Spleen a dit…

Il existe encore un certain nombre de ces bornes sur les anciennes routes royales d'Ile de France, grandes routes nationales actuelles. Ordinairement, elles ne portent pas d'inscriptions, seulement un nombre (distance en demi-lieues de Paris)et un cartouche contenant une fleur de lys. Les fleurs de lys ont souvent été martelées pendant la Révolution, certaines ayant même été remplacées par un bonnet phrygien.
Paris est une ville passionnante. Continuez à nous faire partager vos découvertes de ce petit patrimoine en voie d'oubli.
Un Parisien qui a fui la capitale mais aime à y revenir.

JPD a dit…

Merci pour votre commentaire.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...