.

.

mercredi 2 mai 2018

La Défense: une statue et un CNIT

Le quartier de la Défense doit son nom à une statue de Louis-Ernest Barrias choisie par concours en 1879 afin de commémorer la défense de Paris face aux Prussiens en 1870-71.
Cette statue fut placée en 1883 au milieu d'un vaste rond-point qui terminait la perspective voulue par Le Notre entre le Louvre, les Champs-Elysées et la Défense.
Depuis 1870, ce rond-point avait en son centre un socle vide, la statue de Napoléon qui l'occupait auparavant ayant été prudemment démontée lors de l'arrivée des Prussiens. Cette statue du "petit caporal" a fait son chemin puisque c'est elle que l'on peut voir aujourd'hui aux Invalides (Clic !).


La statue de Barrias telle qu'on pouvait la voir entre 1883 et le milieu des années soixante:


Cette vue aérienne nous montre le rond-point fermant la perspective de Le Notre avec en son centre notre statue.
Au premier plan, les travaux de construction du CNIT viennent de débuter. Nous sommes en 1956.


Septembre 1958: le général de Gaulle inaugure le palais du CNIT.  
Le Centre des Nouvelles Industries et Technologies est le premier bâtiment construit dans le nouveau quartier de la Défense. Il est appelé à compléter le Grand Palais, trop exigu pour contenir les grands salons.


L'ensemble est fait d'une voûte autoportante de 22 500 m2 pour seulement 6 cm d'épaisseur et 218 mètres de portée, le tout constituant un record du monde.


Pendant des années, le CNIT va attirer les foules vers cette énorme voile de béton.
Salon des Arts Ménagers, SICOB, Salon de l'enfance, Salon nautique, Floralies internationales, etc...



Il faut réaliser que ce que nous nommons aujourd'hui le quartier de la Défense n'existait pas encore. Au-delà du CNIT, s'étendaient de vastes bidonvilles et des champs, c'est tout. En l'absence de RER ou de Métro, il fallait donc amener les visiteurs par une noria d'autobus de tous types faisant la navette avec le métro Pont de Neuilly.



Ce n'est qu'en 1978 qu'est construite l'immense dalle piétonnière appelée parvis de la Défense.
Cette surélévation du sol a pour effet d'enterrer plus d'un tiers de la hauteur du CNIT qui ainsi perd une bonne part de sa majesté:


En 1983, pour son centenaire, la statue de Barrias est sortie du terrain vague où elle s'ennuyait, et placée presque exactement à son ancien emplacement, dans l'axe de la perspective.
Le problème, c'est qu'à cet endroit, la dalle s'ouvre afin de laisser un peu de lumière à la nouvelle gare routière... Qu'à cela ne tienne, on place la statue sur un gros piédestal cylindrique pour lui redonner de la hauteur et de la visibilité ! 



Le CNIT quant à lui a perdu sa finesse originelle; ce n'est plus qu'un empilement de bureaux, commerces et hôtel, tant et si bien que sa surface intérieure utile est passée de 100 000 à 200 000 m2.




La statue a subit un énième déménagement et se trouve maintenant au niveau du sol, un peu plus loin. 



Et la Défense dans tout ça ?
C'est le plus grand quartier d'affaires d'Europe, tout simplement.

***

à suivre...

5 commentaires:

Anonyme a dit…

J'étais agréablement surpris de voir la statue remontée sur le parvis lors de mon dernier tour à la Défense, elle est quand même beaucoup plus en valeur !

Le grand barde a dit…

Pour moi le CNIT évoque un timbre poste .Effectivement en consultant une revue philatélique j'ai eu la confirmation qu'un timbre avait été édité en1959 .cette revue précise aussi que la forme caractéristique du CNIT est du à la forme triangulaires des parcelles des anciennes usines Zodiac sur lesquelles il est bâti

JPD a dit…

Vous allez rire mais ce que vous dites est vrai !

Le grand barde a dit…

Je vous remetcie de croire à la véracité des mon commentaire , premier depuis longtemps que j'ai déposé en étant sobre

JPD a dit…

Ça s'arrose !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...