.

.

.

.

lundi 7 mars 2016

Ruines de l'abbaye de Longchamp - Le dénouement

Résumé des chapitres précédents :
La découverte inopinée d'une tour en ruine près du château de Longchamp nous avait plongé dans des abîmes de perplexité : était-ce un ancien moulin à vent comme le prétendaient certains ? Était-ce une fabrique ? Autre chose ?


L'hypothèse "moulin à vent" eut très vite du plomb dans l'aile. Le moulin de l'hippodrome - même reconstruit - paraissait avoir été l'unique moulin de ce secteur ; son emplacement actuel semblait correspondre ...
 

... Comme on le voit sur ce dessin pris depuis Suresnes :
 

 Le livre au secours d'internet !
C'est auprès des éditions franciscaines que je me suis procuré ce petit livre qui s'est avéré être un trésor !
Regardez d'abord la couverture qui reproduit une huile sur toile de Jean-Marie Féret exécutée vers 1715 
( les légendes ont été ajoutées par votre serviteur ). Elle représente le domaine de Longchamp vu depuis les coteaux de Saint-Cloud.

Musée historique du domaine de Saint-Cloud. J.C. Doerr
 A l'intérieur de cet ouvrage, se trouve une très intéressante carte du secteur, extraite du plan de Roussel (1731).


 En positionnant le nord en haut et en zoomant, on obtient une "vue aérienne" de bonne qualité.
Un élément va nous permettre de situer avec précision notre abbaye et son moulin, c'est le bac de Suresnes...



 La toponymie est une aide précieuse en l’occurrence : sur cette carte contemporaine, le rue du bac nous conduit à l'emplacement de l'embarcadère. En traçant un trait, on arrive sur la rive droite en plein camp de camping ! Mais prolongeons notre trait et nous sommes sur le "chemin de l'abbaye", jadis "chaussée de l'abbaye".


Quand je vous disais que le plan de Roussel était une vue aérienne !
 

A présent, nous sommes je l'espère tous d'accord pour dire que notre tour  n'avait rien à voir avec un moulin à vent. Si l'on positionne l'abbaye sur une carte actuelle, notre tour était incluse dans les bâtiments abbatiaux ( étoile rouge ) .
Je laisse le dernier mot à Gabrielle Joudiou, auteur du livre "Isabelle de France et l'abbaye de Longchamp" :

"La petite tourelle que l'on voit posée sur une voûte gothique au milieu de l'ancien site défiguré de Longchamp, est-elle l'ultime vestige d'un escalier de l'abbaye menant à l'étage du dortoir et des cellules des religieuses ?"


Route des moulins, bois de Boulogne, Paris XVI°.

6 commentaires:

charly pierre a dit…

Trop fort cher JPD ?
Vous nous parlez de bac , mais avez vous été bricolé chez le passeur ?

BBurdin a dit…

Bravo cher JPD!
Une enquête passionnante, un plaisir de suivre votre blog.
Bien Cordialement

Tilia a dit…

Bravo pour la découverte et pour cette belle démonstration, d'une logique sans faille.

Voilà qui accrédite parfaitement la notice de la gravure reproduite dans Gallica "Ruines de l'Abbaye de Longchamp dans le parc de Mr. Chantaud".

Reste à savoir le pourquoi de l’appellation "Route DES MoulinS".
À une certaine époque, ce qui reste de cette tourelle a sans doute était confondu avec les ruines d'un moulin... Je ne vois que ça comme explication.

André Fantelin a dit…

Bravo!
A Paris Myope nous n'aurions pas fait mieux si nous avions voulu traiter de ce sujet.

Anne a dit…

Coiffe bas..! Nous sommes bien dans une abbaye aux dames...Et votre dénouement livré le jours dédié aux femmes et l'objet de l'enquête se situant au Bois de Boulogne...C'est du grand art. Si l'on considère l'article précédent du jour
vous faites dans la dentelle. C'est toujours un grand moment que de découvrir vos messages où j'apprends beaucoup, les commentaires apportent tout autant aussi, même si parfois certains se lâchent. Ils me font bien rire néanmoins (ou nez en plus car vous en avez beaucoup) ! Merci.

JPD a dit…

J'ajoute cet extrait d'un e-mail reçu de Hélène R. qui s'est donné la peine d'aller à la BHVP :

"Commission du Vieux Paris, 6 octobre 1923, pages 138 à 142
"Au fond du parc, près de la route des moulins, existe une vieille tour en ruines. Elle se trouve sur une plate-forme. Par sa position, elle paraît être la tour d'encoignure nord-est du mur d'enceinte de l'abbaye. Dans tous les cas, cette tour est tout ce qui reste d'intact, c'est-à-dire non restauré, de l'ancienne abbaye. Elle doit être conservée précieusement."

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5820400v/f12.image.r=Longchamp


Par ailleurs grand article sur l'abbaye dans
société historique d'Auteuil et de Passy, 1904-1906, p. 7- 47, p. 147-165.

Notez la rectification page 165 (en bas à droite)
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6496759j/f31.item.r=longchamp.zoom
"

Un grand merci à notre lectrice Hélène R. qui apporte sa pierre à l'édifice !