.

.

.

.

vendredi 25 mars 2016

Musée des Cosaques - Courbevoie

Hors Paris

Visite exceptionnelle aujourd'hui : nous nous rendons au "Musée des régiments de Cosaques de la Garde impériale et du passé militaire russe".
C'est dans une petite rue résidentielle de Courbevoie que nous trouvons cette grosse maison aux volets clos :



Cette petite fiche pour se remémorer l'histoire des cosaques :


Vous serez accueillis dans une vaste pièce où, devant la cheminée, on vous résumera l'histoire passionnante des cosaques. 


Saviez-vous que les cosaques étaient des hommes libres issus de toutes les classes sociales ? 


Ici les portraits de tous les généraux qui commandèrent le régiment :


Des uniformes authentiques :


Nombreuses pièces de vaisselle et d'orfèvrerie, certains provenant du Palais d'hiver :
 

Ne pensez pas que cette visite se résume à une exposition de vitrines poussiéreuses !
La valeur ajoutée vient du fait que la visite est conduite par d'authentiques descendants de cosaques ou d'officiers de marine. Plus que de simples guides, ce sont donc des personnes ayant vécu dans leur propre famille l'histoire de la "grande Russie" et qui, si on les pousse un peu, deviendront intarissables !
   

Chaque pièce renferme des trésors :


Nous montons à l'étage. A côté de l'emblème des cosaques, un tableau nous montre la bataille de la Dvina où les cosaques attaquèrent les français dans la tenue d'Adam !


Chaque chambre du premier étage est un petit musée. Ici, des pièces d'orfèvrerie, là des décorations, des casques, des sabres, etc, etc...


Saviez-vous que le mot "bistrot" vient du russe  быстро qui signifie "vite". C'est ce que les cosaques disaient 
quand ils entraient dans un estaminet pendant l'occupation de Paris.

 

Une pièce est consacrée à la marine impériale



Une amusante vitrine pour comprendre les uniformes, surmontée par le portrait du tsarévitch :
 

Seul le premier étage est ouvert aux visiteurs. Cette maison n'est pas qu'un musée, c'est aussi un lieu de résidence et de réunions qui vit au quotidien.
On vous montrera fièrement le stylo utilisé par Vladimir Poutine pour signer le livre d'or lors de sa visite.
  

Nous redescendons au rez-de-chaussée où, sous le regard de la famille impériale, une surprise bien agréable vous est réservée, je ne vous dis que ça !
за ваше здоровье !


Vous avez compris qu'en plus de la visite très intéressante de ce musée, les bénévoles qui vous accueillent vous transmettent leur passion.
Cette maison a une âme !

Merci au conservateur Alexandre Bobrikoff qui m'a autorisé à faire ces photographies.
Merci à tous les autres pour leur gentillesse.

Des visites sont organisées par "Tourisme 92" ( Clic ! ).
D'autres articles sur la Russie impériale : cliquez sur le libellé "Russie" ci-dessous.

12 bis rue Saint-Guillaume, Courbevoie (Hauts de Seine ).

5 commentaires:

Tilia a dit…

Grand merci pour ce bel article, si bien illustré, sur ce musée petit par la taille mais grandement intéressant.
En regardant vos photos, j'ai l'impression de revoir ma visite du 20 septembre dernier, lors des Journées du Patrimoine.

Pour avoir longuement conversé avec l'un des membres de l'association des anciens officiers cosaques qui présentait la salle où se trouve, entre autres, toutes les décorations et médailles, je confirme que toutes les personnes présentes dans les différentes salles du musée pour renseigner les visiteurs sont d'authentiques descendants d'officiers du régiment cosaque de la garde impériale russe, membres de l'Association des anciens officiers du régiment cosaque, qui perpétuent ainsi la mémoire de leurs ancêtres, et je m'associe à vous, cher JPD, afin de les remercier chaleureusement.

À propos de décorations, j'ai noté dans mon agenda que la Croix de Saint-Georges (en émail blanc pour les officiers, en argent pour les simples soldats) est l'équivalent de la Légion d'Honneur que Napoléon épinglait sur la poitrine de ses valeureux hussards.
J'ai également noté que l'hymne du Régiment de Cosaques est la marche nuptiale de Mendelssohn. C'est grâce à ce détail que je viens de découvrir ce document, dans lequel l’auteur précise le pourquoi du choix (pour le moins curieux) comme hymne du régiment de cette musique de scène du Songe d'une Nuit d'Été, traditionnellement jouée lors des mariages...

charly pierre a dit…

Etrange et magnifique histoire des cosaques membres de différentes ethnies réunis par un symbiose communautaire sans pareil

Anonyme a dit…


Une révélation ce Musée !
Ces cosaques, c'étaient aussi une équipe de nettoyeurs. Pas trop regardants sur les méthodes.
Quant au mot "bistrot" j'ai lu plusieurs fois une origine contestée.
Otto.

Anne a dit…

Passionnant et merci, aussi, à Tilia pour ce complément d'informations. за ваше здоровье ! avec modération...
Pour chevaucher votre fier destrier.
JOYEUSES PAQUES ! Même si le calendrier orthodoxe met Pâques au 1er mai en 2016...Nous sommes toujours
dans un temps "de cloches " .

charly pierre a dit…

Effectivement le calendrier orthodoxe met Pâques au 1er mai pour tous les orthodoxes du monde sauf pour une petite communauté dans notre pays
Il s'agit des fidèles de l'église orthodoxe de Cargèse en Corse où le prêtre catholique peut célébrer les cérémonies
Ils s'agit des descendants des grecs réfugiés dans l'ile de beauté sous la république de Gênes , il y a encore peu de temps certains de leurs descendants parlaient encore le corse
Leurs noms furent corsisés , exemple Papadopoulos en Papadacci