.

.

.

.

vendredi 23 octobre 2015

Née d'une histoire d'amour : la péniche Louise-Catherine



Louise-Catherine Breslau, peintre suisse d'origine allemande, a vécu plus de quarante ans avec sa compagne Madeleine Zillhardt. Après la mort de l'artiste en 1927, Madeleine Zillhardt, sa légataire universelle, voulu perpétuer la mémoire de son amie à travers des dons à différents musées ainsi qu'à la construction d'un asile de nuit pour les sans-logis.
Elle fut aidée dans ce dernier projet par Winnaretta Singer, Princesse de Polignac (et héritière des machines à coudre), qui était très liée avec le couple. C'est elle qui imposera l'architecte Le Corbusier pour aménager en asile flottant une ancienne péniche en ciment armé, le Liège, qui croupissait dans le port de Rouen.
Exigence des deux femmes : la péniche porterait le nom de Louise-Catherine.
Et c'est ainsi qu'est inauguré en 1930 cette péniche un peu pataude que bien des parisiens se souviennent avoir vue amarrée au quai d'Austerlitz.



C'est l'Armée du salut qui gérera cet asile jusqu'en 1994.


Il faut imaginer des convois de chalands identiques, chargés de charbon, remontant la Seine de Rouen à Paris. Le lourd volant servait à manœuvrer le gouvernail.



A l'occasion du lancement d'un livre, une exposition consacrée à l'architecture contemporaine est organisée dans notre péniche ; profitons-en !


On ne se croirait pas sur un bateau ; l'environnement minéral (ciment) fait penser à un hangar...


L'exposition ?
Oui, alors, expliquer que la Grande Motte est un modèle d'architecture et Le Corbusier un génie, ça ne va pas être possible !!!
Je suis là pour la péniche.



L'intérieur de la pointe avant du bateau :


Louise-Catherine... Le nom est toujours affiché à la proue du navire mais bien peu de gens savent qu'il est le lointain écho d'une histoire d'amour.


A titre indicatif, voici une vue d'artiste du projet en cours de réalisation... No comment.


L'exposition qui permet de visiter la péniche Louise-Catherine se tient jusqu'au 31 octobre.
Entrée gratuite.
Péniche Louise-Catherine, quai d'Austerlitz, Paris XIII°.  

7 commentaires:

Pierre BOYER a dit…

Intéressant....
Bonne journée,

Pierre

marc a dit…

je m'étais laissé dire que la péniche avait été classée à l'inventaire des monuments historiques mais n'ai pas retrouvé l'arrêté de classement.
De même je n'ai pas d'informations sur le projet d'aménagement de la péniche.
A titre personnel, je trouve cette péniche fort laide (elle rappelle en plus moche celle de Conflans "Je sers" également en béton et qui sert d'entraide pour les mariniers. Elle dispose d'une chapelle.....Je suis un fan de la série TV l'homme du Picardie)

JPD a dit…

En tous cas, à l'entrée du bateau, un calicot le revendique : "seul bateau classé MH sur la Seine".
L'homme de Picardie ? Trop rapide pour moi !!!

marc a dit…

Le classement est en effet de 2008
La péniche a été construite en 1919 sous le nom de Liège en ciment/béton. Et oui cela flottait et était censé durer plus que les bateaux en bois
Les belges en ont construit 15, il n'en reste plus que 3 celle-ci relookée par Le Corbusier., celle de Conflans Ste Honorine ("Je sers") et une troisième dans le port de Clichy
L'homme du Picardie fut une série des années 60. Une certaine idée de la France où on prenait son temps. Voir dans la même veine, les Maigret avec Jean Richard souvent tournés dans des quartiers de Paris aujourd'hui disparu (le marché au vin de Bercy, le bassin des carênes, le canal St Martin...)

Laurence a dit…

Bonsoir,
merci pour l'information. Vous connaissez les horaires pour accéder à cette exposition ?

Merci
Et bravo pour votre blog, une mine d'or !

JPD a dit…

C'est ouvert du mercredi au dimanche, de 14h à 20h.
Mais attention, ça ferme samedi 31 octobre au soir !

Merci pour votre commentaire.

Laurence a dit…

Merci beaucoup ! Péniche visitée samedi grâce à vous