.

.

.

.

vendredi 4 septembre 2015

Des sculptures animalières de Chaillot à Orsay (et à Nîmes)

A l'emplacement de l'actuel palais de Chaillot, s'élevait depuis l'exposition universelle de 1878 l'ancien palais du Trocadéro. Quatre grandes sculptures animalières étaient installées sur les terrasses qui descendaient vers la Seine.
Sur cette carte postale, cerclés de rouge et de gauche à droite : le cheval, l'éléphant, le rhinocéros et le bœuf :


Lors de l'exposition internationale de 1937, on détruisit en partie le vieux palais pour édifier le palais de Chaillot. Hélas nos quatre grosses bêtes n'avaient pas leur place dans le nouveau décor ; elles déménagèrent donc. 


Trois d'entre elles se rendirent à la porte de Saint-Cloud ( le cheval, l'éléphant et le rhinocéros ) tandis que le bœuf prenait la route de Nîmes. Vous lirez avec intérêt cet article ( Clic ! ) qui vous expliquera comment un bœuf parti de Paris devient taureau en arrivant à Nîmes...


Ces cartes postales nous montrent la porte de Saint-Cloud dans les années soixante-dix.


En 1986, les trois animaux parisiens iront se refaire faire une beauté à la fonderie de Coubertin à Saint-Rémy-les-Chevreuse, avant d'être installées sur le parvis du Musée d'Orsay.


L'éléphant pris au piège d'Emanuel Frémiet




Le rhinocéros d'Alfred Jacquemart



"Le cheval à la herse" de Pierre-Louis Rouillard


Addendum : on a retrouvé le cheval et le rhinocéros de la porte de Saint-Cloud ( Clic ! ).

1 Rue de la Légion d'honneur, Paris VII°.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci, cet article est plein de surprises et de révélations.
Merci, aussi, pour le lien concernant le "bœuf-taureau" parvenu à Nîmes, peu de nîmois doivent avoir pris une paire de jumelle pour vérifier les attributs de leur
taureau. Et pourtant en Camargue, les taureaux ne manquent pas. Toutefois en prenant de la hauteur il devenait "local". J'avoue, aussi, n'avoir jamais remarqué
qu'il était un bœuf. Anne

charly pierre a dit…

bien le discours sur le boeuf symbole de fécondité
on notera la présence lors de l'inauguration de l'ami de Frédéric Mistral , le marquis Folco de Baroncelli , qui s'exprimait et écrivait en provençal contrairement aux gens de sa caste qui considéraient cette langue bonne pour le peuple
le marquis est à l'origine d'un des deux plus importants pélerinages de Provence , celui des Saintes Maries de la Mer , le deuxième plus ancien étant celui de la Sainte Baume