.

.

.

.

lundi 6 octobre 2014

Du meuble à la pub, le nouveau visage de Barbès

Il est loin le temps où les attelages des mareyeurs dévalaient la pente menant aux halles, apportant le poisson pêché le matin-même par ce "chemin des poissonniers" !
Nous sommes à Barbès, quartier en pleine évolution * . Les numéros 146 et 148 forment un bel ensemble haussmannien récemment rénové.
* ou Boboïsation, gentrification, embourgeoisement, rayez la mention inutile.


Sur le linteau du 148, une inscription : Maxime Clair :
 

La société Maxime Clair était une entreprise française qui fabriquait des meubles à Crépy-en-Valois à une époque où  l'on n'allait pas en Suède acheter des kits...
Le magasin d'exposition occupait cinq immeubles dans le faubourg poissonnière, du 146 au 154.


Les portes du numéro 146 sont ouvertes, des grappes de fumeurs occupent le terrain, nous entrons.
 

Après être passés sous le premier immeuble, nous débouchons dans une première courette fermée par une verrière et servant essentiellement de garage à vélo :
 


Il vous faudra passer dans la deuxième cour pour découvrir cet atrium majestueux, magnifiquement rénové :
 


On imagine cet espace lorsque c'était un magasin de meubles...
 

Note à l'attention des gens qui pensent : Ceci est la preuve qu'il n'est pas nécessaire de tout détruire pour obtenir des locaux modernes et fonctionnels...
 

Nous sommes au siège de BDDP unlimited qui regroupe dans ce cadre magnifique des créatifs et des fils de pub !
 

Un grand merci amical à celui qui m'a autorisé à faire ces photos.

146-148 rue du faubourg-poissonnière, Paris X°.
 

9 commentaires:

pierre a dit…

Bonjour
évidemment que c'est en voie de boboisation , c'est la raison pour laquelle Valérie ( l'ex 1ère dame) y faisait ses course il y une semaine et la police a du intervenir sur le marché Dejean pour la protéger de l'empressement des vendeurs à la sauvette
Elle leur a dit la même chose qu'à François , "Merci pour ce moment"
à part ça avez vous déjà visité la salle de jeu de paume du 74 ter rue Lauriston ,
on dit cet endroit très beau

JPD a dit…

Oui, ce jeu de paume est passé récemment de la pile "à faire quand j'aurai le temps" à la pile "Faut trier les photos" et devrait donc tomber prochainement dans la pile "à publier dès que possible".
Stay tuned !

pierre a dit…

et aurons nous aussi une explication des règles ?
elles sont d'une complexité diabolique, bon courage

marc a dit…

J'y ai foncé ce jour, superbe découverte qui rappelle l'espace Clery au 17 de cette rue de Clery
Grand merci

Anonyme a dit…

Quel délice que de visiter Paris en votre compagnie! Etant dans le sud
je ne vient pas à Paris très souvent,merci pour ces merveilleuses
découvertes.Anne

Anonyme a dit…



Mieux vaut cela que la démolition et une reconstruction en jeux de cubes. Là-dessus, on est d’accord.
Evidemment, qui peut habiter ces rénovations ?
La boboïsation grignote avidement aujourd’hui des quartiers jusqu’alors méprisés et même très méprisés. La mixité sociale : quel bobard !
Il faudra s’y faire. Hélas !..........
Otto.

JPD a dit…

Merci à tous pour vos commentaires.

La seule expérience de mixité sociale réussie à mes yeux, ce sont les immeubles haussmanniens où toutes les catégories sociales se croisaient dans le même escalier.
Aujourd'hui, on ne sait faire que des ghettos, de riches ou de pauvres...

Anonyme a dit…

elle est partout cette boboïsatiion
je suis passé cet après midi dans la rue Saint Denis et j'ai remarqué que le bout de cette rue compris entre la rue réaumur et la rue turbigo avait subi divers changements
des ongleries et des épiceries bio ont pris la place de bars et de sex shop
plus aucun dame faisant partie du " folklore " de Paris ,chantée par Lama
les ex hotel de passe ont été transformés en appartements
faut il s'en féliciter ou regretter le bon vieux temps qui n'était pas si rose pour ces dames ,le débat est lancé

Anonyme a dit…

Il y a certainement plus de 30 ans que la rue Saint-Denis est "désertée" par ces Dames quand on se souvient de la densité de leur présence sur les trottoirs et dans les couloirs...La prostitution est repoussée vers l'extérieur par cette boboïsation.
Difficile de s'en féliciter puisque le problème est simplement déplacé.
Vaste et éternel sujet.
Otto.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...