.

.

Commentaires

Certains d'entre vous me signalent que leurs commentaires ne sont pas publiés. Ce dysfonctionnement affectant Blogger m'oblige à aller les chercher manuellement.
Si vous ne voyez pas apparaître vos commentaires après un délai raisonnable (bah oui, on n'est pas aux pièces non plus !), merci de me le signaler à l'adresse paris.bise.art@gmail.com .

lundi 12 mars 2018

Eglise Notre-Dame de Bonne-nouvelle

Bien cachée sur l'ancienne "butte aux gravois" (butte artificielle formée de détritus, les gravois), invisible des boulevard et du quartier auquel elle donna son nom, l'église Notre-Dame de Bonne-Nouvelle est la deuxième du nom. Elle est la seule avec Notre-Dame de Paris à avoir été construite sur pilotis.


Lors de la reconstruction au XIX° siècle, on conserva de l'ancienne église le clocher:



Style néoclassique très sobre:


Au centre de la nef, ce récent baptistère surprend par sa taille !



La première pierre de la vieille église avait été posée par la reine Anne d'Autriche:


 Dans le chœur ainsi que sur les bas-côtés, beaucoup de peintures dont deux Philippe de Champaigne.



La chapelle Notre-Dame Consolatrice, très ornée:




Comme dans bien des églises parisiennes, on constate l'outrage du temps...



Ici, un Saint-Jérôme du XVII° siècle en albâtre:


Dirigeons-nous maintenant vers ce coin mal éclairé près de l'entrée:


Voyez-vous dans le coin ce qui ressemble à un débarras ? C'en est un !
Mais grâce à la gentillesse du curé, la porte sera ouverte pour nous...


Et là, au milieu d'un fatras d'objets divers, cette porte de prison !


Cette porte qui était jadis exposée dans l'église témoigne de l'assassinat du curé de la paroisse - l'abbé Bécourt - après un séjour dans la prison de Mazas, pendant de la Commune en 1871.


25 rue de la lune, Paris II°.

3 commentaires:

marc a dit…

regrettable que cette porte soit désormais cachée
Autant la mettre dans la salle des "trésors" de cette église (nombreux souvenirs, robe du curé qui a béni Louis 16 sous l'échafaud...). En général, ils sont sympas et ouvrent la salle

Anonyme a dit…

Cher JPD : Deux Philipe de Champaigne ??? Moi je vois surtout une Annonciation de Lanfranco et une Adoration des bergers d'un collaborateur de Vouet (Jacques de Letin) dont avant sa redecouverte a Nice l'eglise ne conservait plus qu'une bande.....
Dommage d'avoir prefere la porte de prison aux tableaux XVIIe des chapelles et d'avoir oublié la sacristie (il suffit de demander) qui conserve aussi des tableaux (plus petits)

JPD a dit…

Oui mais la sacristie, lorsque je suis passé, était occupée par tout plein de petits enfants !
J'y repasserai !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...