.

.

.

.

vendredi 12 février 2016

Forteresse du Mont-Valérien (2) - Le colombier militaire

Hors Paris

Le Mont-Valérien n'est pas seulement un lieu de commémoration. C'est surtout un terrain militaire où se trouve l'état-major du 8° régiment de transmissions (8°RT) élément clef des communications militaires françaises, des systèmes de l'OTAN et du réseau des ambassades. C'est vous dire que sans y être dûment autorisé ( et accompagné ), ne comptez pas aller y faire votre jogging dominical.


Notre ascension se poursuit, nous ne sommes plus très loin du sommet ( 162 mètres ) et l'oxygène commence à manquer !


 Nous arrivons devant le dernier colombier militaire d'Europe.


Il faut savoir que, depuis la guerre franco-prussienne de 1870 et le siège de Paris, les pigeons-voyageurs ont souvent été l'ultime moyen de faire communiquer les états-majors avec les lignes de front.


 Voir à ce propos cette bande-annonce du film "Vaillant, pigeon de combat". Bien que destiné aux enfants, ce dessin animé est basé sur l'histoire bien réelle d'un pigeon qui sauva une centaine de soldats français au fort de Vaux en 1916.



 A l'extérieur, un ancien colombier mobile qui accompagnait les régiments au combat.



 Un seul militaire a la responsabilité de ce colombier et de ses 120 pensionnaires.




 A l'intérieur, un petit musée rappelle les faits d'armes des pigeons-soldats dont certains ont été décorés de la croix de guerre.
Un film fort bien fait complétera votre visite. 


 Pendant la première guerre mondiale, plus de 30000 pigeons furent utilisés !


 Pendant la deuxième guerre mondiale, 16500 pigeons-voyageurs furent parachutés en France par les britanniques pour fournir des informations à Londres. Certains étaient munis d'appareils photo automatiques.



 L'Indochine et l'Algérie furent les derniers terrains où l'armée française utilisa ces petits volatiles.


Aujourd'hui, ce colombier militaire représente une tradition, mais la compétence demeure, on ne sait pas ce que l'avenir nous réserve !

Le sommet est en vue, la visite n'est pas terminée !


à suivre...

12 commentaires:

Anne a dit…

Les pigeons voyageurs furent, aussi, utilisés comme moyen de transport pour les prélèvements à faire circuler entre
les Hôpitaux d'Avranches et Granville dans la Manche; avec beaucoup d'efficacité.
Merci pour deux visites en terre militaire.

charlie pierre a dit…

Enfin nous y sommes , bon le numéro 3 sur le Mont Valérien je ne connais pas le sujet
Le numéro 2 m'a donné l'idée de mon menu dominical , ce sera pigeon aux champignons sur ma table

JPD a dit…

@ Anne : Intéressant. C'était à quelle époque ?

@Charlie Pierre : Vous n'avez pas honte de manger des petits soldats ?

charly pierre a dit…

Malheureux , ne m'accusez pas d'un tel crime , le " complot des pigeons a envoyé il y a plus de 60 ans Jacques Duclos dirigeant du PCF à l'ombre pour quelques jours car on avait trouvé deux pigeons dans son coffre

Tilia a dit…

Des parachutes pour les pigeons ???

Anonyme a dit…

Très belle visite, il ne manque que l'ambiance sonore des "rou rou " à moins que le musée ne diffuse de la musique de Biset (oui oui j'ai honte ;o))

Vivement la suite , qui sera le sommet de la visite.

Etienne

JPD a dit…

@ Tilia : Les parachutes - de petite taille - étaient utilisés par les britanniques pendant la deuxième guerre mondiale. Ils envoyaient à la Résistance des pigeons-voyageurs dans ces petits paniers suspendus afin d'obtenir des informations. Rappelons-nous qu'un pigeon ne connaît que le chemin du retour vers son pigeonnier.

charly pierre a dit…

Pourquoi ne connait il que le chemin du retour ?
en cette veille de Saint Valentin la réponse est simple , c'est l'amour
en effet séparé de sa bien aimée le pigeon n'aura de cesse d'être le plus rapidement auprès d'elle ;
La jalousie est un autre levier , certains propriétaires de pigeons mettent un rival dans une cage proche de la bien aimée avant que le pigeon soit expédié loin de là , autant vous dire qu'il va se radiner à tire d'aile ( c'est le cas ) pour s'assurer que sa fiancée n' a pas donné un coup de canif dans le contrat de mariage

Anonyme a dit…


L'environnement est bien mal entretenu : le lierre mange les arbres ! Comme l'alcool chez l'homme il tue lentement, mais il tue.
Otto.

Anne a dit…

Pour JPD voici quelques liens concernant " Les Pigeons et les Hôpitaux d'Avranches et Granville" entre 1980 et 1990.
http://www.wikimanche.fr/Centre_hospitalier_d'Avranches-Granville
http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Valenciennes/actualite/Autour_de_Valenciennes/Pays_de_Conde/2011/09/15/article_le-pigeon-voyageur-partie-integrante-de.shtml

En France, les hôpitaux confient les fioles contenant des analyses de sang au pigeon voyageur. L'hôpital de Granville et le laboratoire de biochimie d'Avranches travaillent ainsi, l'hôpital d'Yeu et le laboratoire des Sables- d'Olonne aussi. Chaque année, plus de 200 échantillons sont envoyés sans qu'aucun ne se perde.

Dans les années 1980 de nombreux départs de concours/courses de pigeons étaient donnés depuis le parvis de la cathédrale d'Avranches. Des camions spécialement aménagés pour le transport des pigeons arrivaient du Royaume Uni et les pigeons étaient lachés TOUS ENSEMBLE -très synchro des deux côtés de la Manche- par centaines...très impressionnant ! Tout ceci était très officiel et TRES SERIEUX, avec prise en compte de la météo, car des paris étaient pris sur le retour et les performances des volatiles dont la valeur montait avec les performances. Il était amusant de voir les éleveurs Normands se précipiter après le lâcher des pigeons pour inspecter les cases dans l'espoir d'y découvrir un oeuf...qui serait couver dans leur élevage. Et aussi repérer les pigeons qui n'avaient pas pris le départ...??? Ceci étaient remis aux organisateurs pour un retour " voyage organisé" en UK, d'autres prenaient leur envol avec bien du retard.
Bien à vous.

JPD a dit…

Merci Anne, c'est passionnant !
On se demande pourquoi il semble que l'hôpital ait arrêté d'utiliser les pigeons en 1990.

Anne a dit…

Je ne peux vous répondre, j'ai quitté Avranches en 1987 et mes amis, personnel médical, travaillant dans cet établissement ont tous pris leur retraite depuis.

Pour revenir aux pigeons...Pourquoi des femelles dans ces convois? D'où les oeufs, puisque ces dames attendent leurs "guerriers" au pigeonnier !!! Lorsque je signalais les centaines d'oiseaux lâchés, il fallait lire PAR CAMION c'est donc plus d'un millier de volatiles qui s'envolaient dans un vacarme ahurissant. A titre indicatif, les plus titrés atteignent des sommes affolantes lors de vente: plusieurs milliers d'euros voire centaines de milliers euros à l'instar de chevaux de courses. Mais quels propriétaires quitterait son "poulain" des yeux lors d'une course ou d'un grand prix. Les pigeons, eux, ont des centaines voir millier de kms à parcourir dans des conditions climatiques très aléatoires voir difficiles. Il faut une belle confiance en ses pensionnaires...Depuis l'ouest de la France, des lâchers de pigeons se font à Fouguères -35-, pour info:
http://www.lachroniquerepublicaine.fr/2014/07/18/les-pigeons-de-la-reine-elisabeth-ii-laches-de-fougeres/
Pour ma part, je n'étais que spectatrice et par deux fois notre fille -4 ans à l'époque- s'est vue "coiffée" d'un pigeon qui préférait ses cheveux à son colombier britannique...