.

.

.

.

mercredi 2 juillet 2014

Résidence de l'ambassadeur de Serbie - Hôtel de la Trémoille

C'est en grimpant la très pentue rue Le Notre que l'on peut voir cet hôtel particulier "belle époque" sur lequel flotte le drapeau serbe.


Construite en 1912 par l'architecte Ernest Sanson pour le député de Gironde Louis, duc de la Trémoille, cette somptueuse maison fut achetée en 1936 par le royaume de Yougoslavie pour y loger son ambassadeur. C'est aujourd'hui la Serbie qui en dispose.


L'étage noble, de plain-pied, présente un enfilade de salons... confortables !



Des œuvres d'artistes serbes contemporains décorent la résidence


Pièce maîtresse, la salle-à-manger est décorée de deux magnifiques boiseries évoquant la chasse:



Je ne suis pas monté dans les étages...


Et cette porte-fenêtre, où nous mène-t-elle ?


... dans le jardin le mieux situé de Paris !


Surplombant les jardins du Trocadéro, la terrasse-jardin bénéficie d'une vue très... parisienne.
J'y prendrais bien mon petit-déjeuner !


On ne pénètre pas dans la résidence d'un ambassadeur sans y être invité. Cependant, certaines expositions et les journées du Patrimoine (en septembre) permettent de visiter cette belle demeure.

Résidence de l'ambassadeur de Serbie, 1 Boulevard Delessert, Paris XVI°.

5 commentaires:

dpc a dit…

Bonjour. J'ai pu y faire une de mes photos de chaises préférées [oui, on peut aimer les photos de chaises] lors de JEP 2012. Je vous la laisse ici : http://www.wallendorff.com/2012/12/16/benoit-siege/
Bonne journée !

JPD a dit…

Merci !

Anonyme a dit…

Vu dans le bimestriel " Dix huit les nouvelles " numéro 23 de cet été un article page 12 sur un très bel endroit proche du rocher de la sorcière
en tant que voisin celà doit vous parler

pierre

JPD a dit…

Vous devez parler du snobissime "Hôtel Particulier" ?
J'y suis allé boire un verre mais je ne suis pas un habitué !

pierre a dit…

exactement cet hôtel sur une surface de 900m2
Tom hanks et d'autres qui ne vous arrivent pas à la cheville en sont les habitués d'après le journal du 18e