.

.

.

.

mardi 16 juillet 2013

Les berges sont à vous (Contrepèterie municipale)

Je ne sais pas si c'est l'atmosphère estivale, mais la Mairie de Paris semble avoir l'esprit coquin !
Faisant la promotion de ses "Jeux Détente" (sic) installés sur les berges de la Seine, l'Hôtel-de-ville nous offre la plus belle contrepèterie de l'année.
Je n'ai pas résisté au plaisir de vous la montrer:


Un des innombrables panneaux Decaux qui fleurissent dans les rues de Paris:



Me sentant moi aussi d'humeur primesautière, j'ai rédigé un petit texte qui plaira - je l'espère - aux distingués contrepèteurs présents sur ce blog:

Les berges sont à vous !

Mais sont-ce les berges du verger ou les berges du ravin ? et attention car souvent la berge précède le vide... 

Allons-y voir ! 

Vous y verrez des mineurs au visage pâle déboucher en riant, des jeunots danser comme des ballots, des jeunes filles se laissant habiter par les muses... Vous pourrez faire une escapade sur des roulettes, faire tomber des piles de boîtes, jouer à Conan le barbare, et même vous prêtez au jeu du néant ! Il faut dire que le Maire est assez ferme quant au sport... (Ah la mine orgueilleuse du Père !).

Loin des sites de banlieue, vous pourrez y revoir le vieux lycée Ampère et constater la raideur des berges de visu, tout en pensant à cet enfant de Paris qui s'est efféminé et qui prend les choses en riant. Ah ! Que cette vieille terre est ouverte aux militantes !  
Je crois même qu'on peut y dîner en pensant.  

Et au milieu de cette admirable beauté de sites, pensez que rien n'est trop beau dès qu'il s'agit de grandeur. Mais pourquoi cette tristesse ? Est-ce votre peine qui vous mine ? Abandonnons cette mine piteuse et envoyons-nous dans la culture !
Laissons-nous aller à quelque douceur: pourquoi pas une pâte-à-choux accompagnée d'un vieux marc très doux ou d'une vieille fine sans dépôt ?

Rubrique élection:

Même si certains adjoints tiennent à être en curé au plus fort de l'élection, on peut dire que le Maire a mis ses élus dans le meilleur camp. Mais il ne se représente pas; ce sont toujours les bons qui nous quittent...
La dauphine désignée jouit d'un nom bien côté, même si elle a hésité à dévoiler son but devant tant de candeur. Au risque de transformer délires en peines, elle veut de solides garants en période d'élection.

Mais je parle trop: quand je laisse travailler ma bile, je me déteste. Alors, si la contrepèterie est l'art de décaler les sons, je terminerai par ce vers de Victor Hugo (authentique):
" Le poète qui rêve est un néant fécond ".

---> Si vous trouvez les quarante et une contrepèteries contenues dans ce texte, j'offre le champagne !

7 commentaires:

Fillow a dit…

Bravo !
est-ce réellement le tout de votre cru ?

JPD a dit…

Et une de plus, bravo !

Matthieu Rubin a dit…

Pour ce qui est du Champagne, je privilégie les fines appellations. Et tant pis si M. Le Maire préfère le goût du blanc.

Anonyme a dit…

Vous, vous n’hésitez pas à dévoiler votre but devant tant de candeur ! Sans doute un coup de blanc vous a grisé !
Otto.

JPD a dit…

Mais c'est un festival !

mrpignon a dit…

Ca donne envie d'habiter Paris, voici une annonce immobilière :
Duplex à saisir!

JPD a dit…

Avec plaisir ;-)