Membres

Res publica


Chacune de ces photographies représente un objet, un lieu ou un site accessible ou visible gratuitement et sans bris de clôture.

...

Dans certains cas exceptionnels et/ou méconnus, les visites payantes seront clairement mentionnées.

...

Je ne m'interdis pas de passer le périphérique pourvu que ça en vaille la peine.

.

.

jeudi 2 juillet 2015

Paris-Bise-Art en grève ?

Mais non !
L'ordinateur en revanche, a quelques petits soucis de santé. Je ne peux donc utiliser que mon portable de secours pour l'instant.
Merci d'être patients !


NB : Sur Twitter, les publications continuent.

mercredi 1 juillet 2015

Trou de balle rue d'Arcole

A Paris, les combats de la Libération dureront jusqu'au 25 août 1944. Ils seront particulièrement durs sur l'île de la Cité, notamment aux abords de la Préfecture.
L'Hôtel-Dieu quant à lui sera sera victime d'un char allemand. Cette trace d'obus en témoigne :




Face au 15 rue d'Arcole, Paris IV°.

lundi 29 juin 2015

Le musée caché de l'Art déco...

Juste à côté de la mairie du XIV°, ce massif bâtiment de briques rouges n'attire pas particulièrement l'attention. Il s'agit de la "mairie annexe, c'est marqué dessus !


La gentillesse du personnel d'accueil nous permet d'entrer ; merci à eux !


Le grand escalier ne déparerait pas une mairie à part entière :


Le style est clairement Art déco. 



Dans l'escalier, une stèle se souvient du général Leclerc :


Le premier étage abrite l'immense salle des fêtes. Cet espace modulable est intégralement "dans son jus". Tout est d'origine.


Outre la décoration, ce qui frappe ici, ce sont les immenses peintures... Sommes-nous dans un musée de l'Art déco ?



Robert Poughéon, Jean Despujols, Fernand Hertenberger, Jean Dunand, Charles Picart Le Doux, etc... Je connais des musées qui donneraient cher pour posséder un tel ensemble.




Observez les vitraux du maître verrier Louis Barillet :  



Aucune faute de goût, les luminaires sont assortis au style :


Un grand bravo aux équipes municipales successives qui ont su conserver intact cet ensemble Art déco remarquable datant des années trente.

Rue Pierre Castagnou, Paris XIV°.

vendredi 26 juin 2015

Paris à la fin du XIV° siècle

Vous ne pourrez qu'admirer le travail accompli par les équipes de Dassault Systèmes en collaboration avec le Centre des Monuments Nationaux pour reconstituer en 3D la Sainte-Chapelle et son environnement à la fin du XIV° siècle.
Mettez-vous en plein écran et regardez !

jeudi 25 juin 2015

Une ordonnance de Louis-Philippe

La prochaine fois que vous passerez rue Saint-Denis, observez le côté droit de l'église Saint-Leu-Saint-Gilles, rue de la Grande truanderie, vous y verrez une interdiction datant de Louis-Philippe apparemment toujours en vigueur.



De l'autre côté de l'église, une inscription quasiment illisible stipule qu'il est "interdit d'uriner contre les murs de cette église".

Rue de la Grande truanderie et rue du Cygne, Paris I°.

mercredi 24 juin 2015

Hôtel de Botterel-Quintin d'Aumont

La rue des Petites écuries tire son nom de la présence des... "Petites écuries du roi" qui se trouvaient sur l'emplacement actuel de la cour des Petites écuries et du passage du même nom.
Cette rue suit, avec la rue du Château d'eau et la rue Richer, le tracé de l'ancien "grand égout de Paris" qui ne fut couvert qu'en 1769.
Le n° 44 présente une façade d'immeuble de rapport comme il y en a tant dans le quartier...


Poussons la porte (ouverte aux heures ouvrables).


Derrière le premier immeuble, se cache l'hôtel de Botterel-Quintin d'Aumont, construit en 1780 par l'architecte Pérard de Montreuil pour Charles-André de la Corée, alors intendant de Bourgogne.


Récemment rénové pour devenir le siège parisien d'un fabricant américain de chaussures (Wolverine), la façade classée et son péristyle à colonnes doriques sont comme neufs.



A l'intérieur, nous ne verrons malheureusement pas les deux pièces de réception (classées) du premier étage ; nous nous contenterons d'admirer un rare escalier Directoire lui aussi rénové.




Dans la cour, l'abreuvoir à chevaux a lui aussi été préservé.   


44 rue des Petites écuries, Paris X°.

lundi 22 juin 2015

Hôpital Charles Foix - Ivry

Hors Paris

C'est sous le second empire que l'architecte Théodore Labrouste construisit l'hospice des incurables d'Ivry qui allait devenir en 1976 l'hôpital Charles Foix.


Cet ensemble encore intact est représentatif des conceptions à la fois hygiénistes et esthétiques de l'époque.


L'hôpital Charles Foix est aujourd'hui consacré au grand âge. Au milieu d'une ville où les bétonneurs s'en sont donné à coeur-joie, il constitue un havre de paix et d'harmonie.



Seul élément classé monument historique, la chapelle - construite également par Labrouste en 1869 - est une des premières à posséder une charpente métallique. 




Un orgue Merklin-Schutze de 1869 restauré en 1984.


Des fonts baptismaux dans un hôpital gériatrique, est-ce bien raisonnable ?


La chapelle possède une étonnante collection de statues en bois peint


Une surprise cachée dans une chapelle latérale : ce tombeau en marbre du cardinal François de La Rochefoucauld sculpté par Philippe de Buyster. Le cardinal avait fondé l'Hospice des incurables.


Nous continuons notre promenade à l'abri des galeries couvertes reliant les différents bâtiments


En coproduction avec le musée du Louvre, des reproductions de tableaux animent certaines galeries :


De grands arbres magnifiques donnent à chaque cour un cachet particulier



Autre coproduction du Louvre, ces moulages en résine reproduisent des sculptures célèbres :


Bonne promenade !


Hôpital Charles Foix, 7 avenue de la République, Ivry-sur-Seine (Val de Marne).

vendredi 19 juin 2015

Chapelle Notre-Dame des anges

Si l'on ne lit pas la plaque, on peut très bien passer devant cette chapelle sans la remarquer à moins d'observer les fenêtres factices qui doivent bien cacher quelque-chose...


En plus, l'entrée se situe dans l'immeuble à côté !
Nous sommes chez les pères maristes dont nous avions déjà visité le jardin il y a quelque temps ( Clic ! ).


Une fois franchi l'étroit vestibule, c'est la surprise : nous nous trouvons dans une vaste église comportant trois travées.


Construite au XIX° siècle, cette "chapelle" possède de fort beaux vitraux.






Le buffet d'orgue se cache dans l'obscurité...


Des expositions de peinture ainsi que des concerts sont régulièrement organisés.


102 bis rue de Vaugirard, Paris VI°.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...