Membres

Res publica


Chacune de ces photographies représente un objet, un lieu ou un site accessible ou visible gratuitement et sans bris de clôture.

...

Dans certains cas exceptionnels et/ou méconnus, les visites payantes seront clairement mentionnées.

...

Je ne m'interdis pas de passer le périphérique pourvu que ça en vaille la peine.

.

.

mercredi 1 octobre 2014

Cellule de la prison de la Grande Roquette - Notre-Dame des otages

Un coup d'oeil à l'église Notre Dame des otages inaugurée en 1938 ( architecte Julien Barbier )... un coup d'oeil à l'intérieur sobre et clair...




 Nous contournons l'église par la droite ( ou nous la traversons ) pour accéder à la vaste esplanade servant de terrain de jeu à la paroisse (presque toujours ouvert, sinon demander au curé très aimable).
Nous passons entre l'église et la maison en brique et pierres :

 Et puis devant nous, au milieu d'un environnement horriblement bétonné, un petit auvent qui abrite une porte de cellule et une grille provenant de la prison de la Grande Roquette.




 Juste à côté, une stèle avec un long texte que vous lirez sur le site de la paroisse ; il vous expliquera également l'histoire des otages mieux que je ne saurais le faire ---> Clic !



 De la rue du Borrégo voisine ( au 51 ), vous pouvez avoir une vue d'ensemble à travers la grille généralement fermée :


Eglise Notre Dame des otages, 81 rue Haxo, Paris XX°.

mardi 30 septembre 2014

La mairie de Paris communique...

ou la mairie de Paris comme unique...

L'année dernière, l'hôtel de ville nous avait gratifié d'une mâle contrepèterie ( Clic ! ) :


Cette année, le niveau ( d'orthographe ) baisse :


lundi 29 septembre 2014

Fontaine Wallace bleue

C'est une lectrice - Isabelle F. que je remercie - qui m'a signalé l'apparition de ce nouvel opus dans notre grande série "des fontaines Wallace de toutes les couleurs" !


 Cette fontaine bleue a été plantée dans le nouveau quartier qui remplace la gare de Rungis. La fermeture d'une gare de marchandises se traduira par des camions en plus sur les routes et justifiera le combat anti-déplacement, cqfd.



 Cette dernière photo montre la dégénérescence de l'architecture parisienne : à gauche, habitat social (HBM) du début du XX° siècle, à droite ces bunkers sont l'équivalent, un siècle plus tard...

Rappel : Pour voir la collection complète, cliquez sur le libellé "Fontaine Wallace" ci-dessous.

Place Pierre Riboulet, Paris XIIIe.

dimanche 28 septembre 2014

Budget participatif de la ville de Paris - Quid du patrimoine ?

Dans une opération inattendue de démagogie, l'hôtel de ville de Paris a décidé de consacrer 5% de son budget d'investissement ( soit 426 millions d'euros ) aux "projets préférés" des parisiens ---> Clic ! 


Quinze projets et pas un seul consacré au patrimoine existant ! 
Voilà qui est symptomatique du manque de vision de l'hôtel de ville.
Parmi les propositions, notons en vrac:
 - "Reconquête urbaine" ou, pour faire simple, taguer sous le périphérique...
 - "Des tipis et des bougies" (si, si !) ou installer des tipis un peu partout dans Paris...
 - "Des piscines éphémères", deux bassins de 25 mètres qu'on baladera un peu partout... Ne pourrait-on pas déjà ouvrir les piscines existantes ?
 - "Sport urbain en liberté" ou installer des - je cite - "Playground" et des "City Stade" pour les fanas des "Street Games", notament sous le métro aérien. J'informe l'hôtel de ville que ces terrains existent déjà sous la ligne 2, mais ils sont squattés par des sdf.


Alors, que faut-il faire ? Se taire et ignorer ce projet démago-populiste en sachant par avance que la tendance actuelle du nivellement par le bas fera émerger le moins disant culturel ?
Ou en parler et, en dépit de l'absence totale de mention du patrimoine existant, essayer de sauver les meubles et voter quand même ?

Je voterai pour le projet "Musées parisiens 3.0", même si je déplore qu'uncun budget ne soit prévu pour l'entretien de l'existant, la réparation de ce qui se dégrade, la conservation de notre patrimoine...
Et que dire d'un budget qui aurait permis de rouvrir les salles actuellement fermées dans nos musées ?

vendredi 26 septembre 2014

Jardin du couvent des soeurs de l'adoration

En juillet 2010, lorsque nous avions visité la chapelle souterraine ( Clic ! ), j'avais indiqué que les jardins ne se visitaient pas.
Bonne surprise l'an passé, les jardins du monastère ouvraient leurs portes pour la fête des jardins !
C'est donc par le même étroit passage que nous découvrons cet espace surprenant en plein Paris.


Bon, c'est sûr, pour un athée, il y a beaucoup de bondieuseries...
 


Si, si, vous êtes bien dans le centre de Paris !
 





Pensez-y lors de la prochaine fête des jardins !
 

Prendre le passage au 39 rue Gay-Lussac, Paris V°.

mercredi 24 septembre 2014

La collection d'art contemporain de la Société Générale

La Société Générale s'est engagée depuis longtemps dans une politique de mécénat culturel ayant pour axes la musique et l'art contemporain. Les œuvres d'art collectées ne sont plus réservées aux seuls bureaux directoriaux ; elles s'exposent dans les couloirs des tours de la Défense, donnant un peu d'humanité à cet univers rectiligne.
Cette collection s'ouvre désormais au grand public, profitons-en !


Après vous être perdu dans cet univers où l'être humain est réduit à sa fonction de fourmi ouvrière, vous atteindrez ( peut-être ) les colossales tours de la Société Générale.
 

Dès l'entrée, vous êtes accueillis par un gros machin en fer une œuvre d'art qui monte à l'assaut de l'atrium.
Puis, votre guide vous emmènera vers le "show room" (en anglais salle d'exposition) où vous découvrirez les premières œuvres:

Les 16 côtés du carré de François Morellet

AST 126 de Stéphane Dafflon
 Cette sculpture en bronze (oui, oui) est la préférée des enfants :

Lévitation de chaise de Philippe Ramette

19.10.76 de ZAO Wou-Ki
 Oups, excusez-moi, ceci n'est pas une œuvre :



Ce curieux ensemble de colonnes est réalisé avec des bandes vidéo :
 
Columns de Zilvinas Kempinas
 Un Soulages en couleur ! Mais oui c'est possible, car ce n'est qu'à partir de 1979 que notre illustre ruthénois basculera dans le tout noir ; cette toile date de 1958.

Peinture 14 mai 1958 de Pierre Soulages
 Un très décoratif assemblage de bouliers où l'artiste a peint ces petites boules de toutes les couleurs... Ça a dû lui prendre du temps !

Equation (7280) de Stephen Dean
 Ma préférée, cette performance où l'artiste s'est peint puis a été photographié dans la salle des coffres de l'agence centrale de la Société Générale. Une sorte de passe-muraille :

Hide in the city - Paris - 03, Safes de Liu Bolin

Iron Maiden 4 de Morgane Tschiember
 Cet artiste est un détourneur d'objets. Par exemple, ce miroir qui réfléchissait convenablement a été recouvert de peinture acrylique... résultat, il réfléchit beaucoup moins bien !

Cléanthis de Bertrand Lavier
 Regardez ! Moi aussi je suis une œuvre d'art !


Cette...heu... ce... bidule est en marbre rose :
Vain Portugal pink Madonna and Child de Sigalit Landau  
Vous l'avez compris, je ne suis pas expert en art contemporain, loin de là !
Il faut cependant reconnaître que parmi les dizaines d'œuvres exposées, si certaines me resteront hermétiques à jamais, d'autres témoignent d'un véritable talent.
J'ajoute que le guide qui vous emmènera dans ce parcours a un talent monstrueux pour vous raconter les œuvres. L'art contemporain et l'œnologie ont en commun la nécessité d'un discours (très) élaboré pour atteindre les âmes simples...

Pour visiter, il est nécessaire de réserver. Rendez-vous sur le site de la collection ---> Clic !
Visite gratuite.

17 cours Valmy, Puteaux - La Défense  (Hauts de Seine).

mardi 23 septembre 2014

Commission du vieux Paris - Merci !

Les téléscripteurs crépitent, les minitels sont en surchauffe, une bonne nouvelle vient d'arriver !

La mairie de Paris annonce que la Commission du vieux Paris est reconduite dans ses fonctions. Les menaces pesant sur sa composition et sur sa visibilité semblent levées.

 

Bien sûr, Paris-Bise-Art seul n'aurait pas pu faire fléchir Madame Hidalgo. Mais nous avons participé à la vague de protestations qui, malgré le creux de la période estivale, est parvenue à se faire entendre.

A vous tous qui avez signé notre pétition, un très grand merci !


Vous êtes formidables !

lundi 22 septembre 2014

Eclairage public à huile derrière l'Institut


 A l'angle de la rue de Seine et de la rue Mazarine, sur la face arrière de l'Institut, on peut encore voir la trace de l'ancien éclairage public à huile. Rappelons que ce mode d'éclairage utilisant de l'huile de tripe fut utilisé entre 1745 et 1830 et remplacé ensuite par les becs de gaz.





 Ce n'est pas la première fois que nous rencontrons de tels vestiges ---> Clic !


Angle rue de Seine et rue Mazarine, Paris VI°.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...