.

.

lundi 18 novembre 2019

Le moulin de Sannois

C'est notre lecteur belge Renaud G. qui nous envoie ces photographies d'une escapade sur les hauteurs de Sannois, dans le Val d'Oise.


Nous commençons par gambader dans les vignes. 


Renseignez-vous sur la date des vendanges et venez !


Devinez pourquoi un moulin à vent figure au centre des armoiries de la ville de Sannois !


Parce que la ville de Sannois est, avec Montmartre,  la seule ville de région parisienne à posséder un moulin sur pivot (les autres étant des moulins-tours).


Ses ailes ont une envergure de vingt-deux mètres.


Ça, c'est de la girouette !


Ce moulin en parfait état de marche se visite lors d'opérations exceptionnelles comme les journées du patrimoine ou de la journée des moulins; se renseigner sur le site de la mairie (Clic !).


Merci à Renaud pour ces photos !

Ouverture le 1er dimanche de chaque mois, d'avril à octobre (sauf juillet et août).

26 rue des Moulins, Sannois (Val d'Oise).

Hôtel de Vassé

Hôtel du XVII° siècle vendu en 1672 par Fontenailles au fils du marquis de Vassé. Celui-ci fera reconstruire l'hôtel en 1745 et lui laissera son nom.
Comme nombre d'hôtels du Marais, il sera dénaturé au cours du XX° siècle. Il abritera entre autres l'horloger Etienne Maxant vers 1900. On sent bien à sa façade qu'il a connu des jours meilleurs...  


Mais pendant que je photographiais la façade, mon oeil de faucon fut attiré par une petite porte ouverte portant la même plaque (n°4) que l'entrée principale.
C'est sur la pointe des pieds que je m'approchait, espérant trouver un possible passage vers la cour ou l'entrée principale...


Et voici ce que je trouvai:


Un magnifique escalier à la rampe ouvragée qui lui aussi avait dû connaître des jours meilleurs...



Regardez l'usure des marches !



Voila, c'est tout, aucun passage. Il semble qu'hormis cet escalier donnant accès à l'étage noble, tout le reste du bâtiment ait été converti en local professionnel.

4 rue de Saintonge, Paris III°.

Deux cours toutes simples

Quand on parle du 19 rue Jean-Jacques Rousseau, tout le monde regarde vers la gauche, vers l'entrée de la galerie Véro-Dodat... Tout le monde, sauf Paris-Bise-Art !


Car ce bel immeuble a deux portes, et celle de droite est fort belle:



La large entrée cochère est rarement ouverte, le digicode est rétif... Mais comme nous sommes les plus gentils, nous sommes invités à entrer !



Dans l'entrée, deux statues nous regardent...



Nous sommes dans une grande cour; au fond, une statue est posée sur un piédestal qui fut sans doute un abreuvoir.




Au centre de la cour, une pierre à bois.



Au fond de la cour à droite, surprise, un passage s'ouvre:


Ce passage ouvre sur une seconde cour similaire à la première mais plus petite.




Il y a comme une couture dans le sol pavé de la cour. C'est élégant, mais c'est la preuve qu'il ne s'agit pas du pavage original. En effet, il n'était pas d'usage de placer la pierre à bois en plein milieu d'une cour mais plutôt dans un coin. 


Réjouissons-nous quand même que lors de cette rénovation du pavage, les deux pierres à bois de cet immeuble n'aient pas fini à la benne !


Par ici la sortie !


19 rue Jean-Jacques Rousseau, Paris I°.

Photographes de Paris - Henri Guérard

Un nouvel ouvrage vient d'arriver dans la bibliothèque de Paris-Bise-Art.
C'est par là: Clic !




samedi 16 novembre 2019

Onze ans !

Encore un 16 novembre !
Encore un article d'autosatisfaction de JPD !
Bah oui, et croyez bien que j'en suis le premier surpris.


Jamais je n'aurais cru en démarrant ce blog qu'il entamerait un jour sa douzième année, et pourtant nous y sommes.
Car c'est vous, amis lecteurs qui, par vos messages, vos commentaires ou vos envois, m'encouragez à aller plus avant.

***

Nous allons bientôt entrer en période électorale. Il est parfois difficile de ne pas prendre parti et il m'arrivera de le faire. Mais je veux préciser une chose: Paris-Bise-Art se préoccupe du patrimoine grand ou petit, du cadre de vie des parisiens et donc de l'environnement au sens large. C'est donc sur ces bases que parfois, il m'arrivera de donner un avis. À l'inverse, vous ne m'entendrez pas parler des politiques sociales, d'éducation, de santé, etc... Ni de politique politicienne.


Mes lecteurs fidèles savent bien qu'il m'arrive d'encenser des réalisations de villes de gauche comme de droite, de même que je conchie parfois des municipalités de droite comme de gauche.
Dans tous les cas, rappelons-nous que les maires et leurs adjoints sont évidemment plus exposés à la critique que leurs opposants.
La critique est facile mais l'art est difficile ! 

***

À présent, quelques chiffres:

Paris-Bise-Art, c'est:

De 700 à 3000 visiteurs par jour
Des lecteurs venant de 150 pays
3297 articles
24608 photographies
287 abonnés-membres
215 abonnés-courriel

et sur Twitter, c'est:
24600 tweets
1491 abonnés

***

Un problème évoqué par certains d'entre vous concerne ceux qui consultent Paris-Bise-Art sur leur smartphone; ils ne voient que la partie gauche du site. J'ai essayé de modifier cet état de choses, mais malheureusement je ne peux rien y faire, ceci dépendant de Blogger, l'hébergeur des blogs.
La seule chose que je peux dire aux utilisateurs de smartphones, c'est de consulter de temps en temps le site sur leur ordinateur, seule façon d'avoir accès à la fameuse colonne de droite !


***

Encore une fois merci aux contributeurs qui, par leurs envois, enrichissent le blog.
Merci à Christian, Claude, Dominique, Fati,  Frédéric, Gilles, Marc,  Matthieu, Philippe, Renaud, Wei, Yves et à tous les autres.
Merci aux équipes de choc qui sont prêtes à tout pour résoudre mes énigmes, merci à Anne, Tilia, Nina, Fulgence et tous les autres.
Et puis merci à vous, lecteur anonyme qui faites aussi partie de la famille de Paris-Bise-Art.

***

Et puis, comme il est de coutume, levons nos verres à cet anniversaire !
À votre santé !


***

vendredi 15 novembre 2019

Expositions universelles - Musée Roybet Fould

Quel meilleur lieu pour une exposition ayant pour thème "Les Expositions universelles" qu'un authentique pavillon de l'exposition universelle de 1878 !


Paris-Bise-Art s'était déjà arrêté dans ce musée: Clic 1  et Clic 2.


À mon corps défendant, je me suis rendu au vernissage de cette exposition qui doit durer jusqu'au 8 mars 2020. C'est sous le patronage du maire de Courbevoie, monsieur Jacques Kossowski, qu'une petite foule de passionnés a applaudi aux efforts de toutes les bonnes volontés ayant concouru à cette belle réalisation.


N'oublions pas le patron, l'empereur Napoléon III qui initia avec succès la mode des Expositions universelles.


Pour ceux qui connaissent déjà le musée Roybet-Fould, l'effet est saisissant de parcourir ces pièces d'où les flamboyantes peintures de Ferdinand Roybet ont été (en partie) remisées.







Les vestiges des différentes Expositions universelles sont incroyablement nombreux et il se trouve que le département des Hauts de Seine en possède un grand nombre.
Le libellé "Expositions universelles" de Paris-Bise-Art vous proposera plus de soixante articles !


Les matériaux utilisés, comme les tuiles vernissées, la céramique ou la faïence donnent encore à ces vestiges des couleurs chatoyantes. Ce site vous dira tout !


Sans surprise, la dernière "découverte" de ces vestiges, était à l'honneur; les lecteurs de PBA le connaissent déjà, bien sûr... Clic !


Toujours dans les Hauts de Seine, celle que l'on appelle désormais "la gare Lisch" était également à l'honneur. Là aussi, PBA en avait parlé: Clic !


Excusez la piètre qualité de la prise de vue, mais ce n'est pas moi qui ai filmé, ce sont les frères Lumière !



Ces animaux sont toujours exposés au yeux du public; saurez-vous dire où ?



Que les amateurs de peinture se rassurent, toutes les toiles ne sont pas parties !


Ah ! Mais excusez-moi, j'ai un important dossier à examiner...
(J'en ai marre de me sacrifier pour mes lecteurs !)


Vous avez compris que cette exposition, dans le cadre enchanteur du musée Roybet-Fould, était un but indispensable pour tout amateur de Paris et de son histoire.

Saluons la ville de Courbevoie, son maire Jacques Kossowski, et sa politique culturelle exemplaire.
Merci à Yves Jean, adjoint au maire délégué à la culture et au patrimoine de la ville.
Merci à Emmanuelle Trief-Touchard, attachée de conservation du musée Roybet Fould et du Pavillon des Indes.
J'ajoute à cette liste de remerciements Françoise Mary et Philippe Le Port.

***

Pour voir d'autres articles consacrés aux Expositions universelles, cliquez sur le libellé "Exposition Universelle" ci-dessous.
Pour voir les autres articles consacrés à la ville de Courbevoie, cliquez sur le libellé "Courbevoie" ci-dessous. 
***

L'exposition est ouverte du 13 novembre 2019 au 8 mars 2020.
Ouvert du mercredi au dimanche, de 10 h 30 à 18 h.
Fermé les jours fériés et la semaine de Noël.
Entrée gratuite.

178 boulevard Saint-Denis, Courbevoie (Hauts -de-Seine).


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...