.

.

vendredi 24 février 2017

Une piscine de chocolat !

Si vous vous rendez au 28 boulevard Bonne-Nouvelle, vous trouverez le musée du chocolat, nommé aussi "Choco Story" car les frenchies understand bien mieux quand c'est in english, comme pour les olympic games qui sont comme chacun sait, "made for sharing".


Nous prenons un ticket et descendons vers des espaces où tout vous est expliqué: de la cabosse à votre chocolatier !



C'est bien simple, la seule visite de ce musée vous fera prendre un kilo !


Seulement voyez-vous, certains détails de la décoration me font réfléchir...


Des carreaux de faïence avec des poissons ? et ce ne sont pas des poissons en chocolat.


Et puis, cette déco. tout en carrelage fait plus penser à une piscine qu'à un musée, non ?


Regardez cette fontaine ? Si encore du chocolat chaud y coulait...


La dernière pièce du musée vous proposera de goûter à différents crus de chocolat et même, sous les conseils avisés d'un maître chocolatier, de confectionner vos propres chocolats... dans un cadre surprenant !



Regardez ces photographies anciennes:


Nous sommes dans la première piscine à vagues parisienne construite au début des années trente par l'architecte Lucien Bréguet, la piscine Neptuna.
C'est ce même architecte qui construira quelques années plus tard la piscine Lutétia, déjà vue sur PBA ( Clic !).
Après guerre, cette piscine deviendra un lieu très gay avant que ce mot ne soit en usage.
Le bassin de la piscine a été détruit pour construire un parking, mais les annexes subsistent, comme cet ancien hammam.


Le site du musée: Clic !

Prix d'entrée: 11,00 €

28 Boulevard de Bonne Nouvelle, Paris X°.

mercredi 22 février 2017

Musée Raymond Devos

Hors Paris

Merci à Claude P. (c'est sa journée) qui nous a envoyé ces photographies de la maison de Raymond Devos.


Cette belle maison bénéficie du label "Maisons des illustres"



Elle domine la vallée de l'Yvette



Beaucoup de souvenirs...



Sa loge reconstituée:


Raymond Devos n'était pas seulement un génie de la langue française, il était également un véritable musicien qui jouait de plusieurs instruments



Émouvant car resté en l'état, son bureau:



Le site du musée: Clic !


Encore merci à Claude P.

Musée Raymond Devos, 10 rue de Paris, Saint-Rémy-lés-Chevreuse (Yvelines).

Maquettes de cirques

Vous avez raté cette exposition de maquettes de cirques qui se tenait récemment au cirque d'hiver ? Moi aussi !
Heureusement, notre lecteur Claude P. avait emporté son appareil-photo; il nous envoie ces images:




Moi qui suis incapable de planter un clou, j'ai beaucoup d'admiration pour la patience des maquettistes.










Le saviez-vous ? Madame Bouglione a 106 ans !




Un grand merci à Claude P. !

Cirque d'hiver, 110 rue Amelot, Paris XI°.

lundi 20 février 2017

Passage d'Antin: le passage oublié

La cité d'Antin existait avant que le boulevard Haussmann voit le jour. Cette voie privée (accessible au public) avait été construite sur les terrains des hôtels de Montesson et d'Orléans.
Elle était, sur les plans anciens, reliée à le rue de la chaussée d'Antin par une galerie couverte, le passage d'Antin. Ici, des plans de 1839, 1855 et 1910:
Qu'est devenu ce passage ?


Prenons un peu de hauteur et regardons... Vous voyez ce que je vois ? 


Rendons-nous maintenant rue de la Chaussée d'Antin, au numéro 46. Nous y trouvons l'entrée d'un hôtel et un magasin Parashop...

capture d'écran Google earth

Faisons le tour et rendons-nous dans la cité d'Antin.
Au numéro 29, surprise ! Une porte nous indique l'entrée des bureaux de la société Parashop.


La façade laisse penser qu'ici, naguère, on trouvait un restaurant.Toc, toc, toc !


Grâce à l'amabilité du personnel, j'ai pu entrer dans les bureaux et prendre par une fenêtre ces photographies:


Au fond, avec ses deux gros machins ronds (qu'est-ce ?), l'immeuble surélevé des Galeries Lafayette (27 rue de la Chaussée d'Antin).


L'actuelle verrière est récente. Elle remplace l'ancienne structure en bois dont on voit encore des morceaux de charpente. 


Un détail comme je les aime: d'anciens isolateurs en porcelaine nous rappellent qu'à Paris, les fils électriques n'ont pas toujours été enterrés.


N'espérez pas pouvoir déambuler dans l'ancien passage. Un bureau de type "open-space" occupe la plus grande partie du volume sous la verrière. Des gens y travaillent (si, si !), c'est pourquoi je n'ai pas pris de photo.


J'adresse mes remerciements les plus chaleureux au personnel de la société Parashop pour son accueil et sa disponibilité.

46 rue de la chaussée d'Antin et 29 cité d'Antin, Paris IX°.