.

.

mercredi 24 mai 2017

Arboretum de l’école Du Breuil

C'est maintenant qu'il faut aller visiter l'arboretum de l'école du Breuil, dans le bois de Vincennes. Toutes les nuances de vert n'ont pas encore été fanées par les chaleurs de l'été.
Allez-y en semaine et, si vous le pouvez, choisissez d'arriver dès l'ouverture (le matin à 9h30), quand la lumière n'est pas encore trop verticale.


C'est probablement l'espace vert le plus beau de Paris et paradoxalement, c'est le moins fréquenté.
La surface ? Près de treize hectares.


Vous commencerez sans doute par emprunter les allées bien tracées,


Vous vous enfoncerez dans les sous-bois



Contre-jour ? Je suis pour !


Entendez-vous  les oiseaux? 


Un petit ruisseau serpente et glougloute ... 


Des conifères de toutes sortes ont l'air d'avoir été posés sur une pelouse de golf



D'autres parties du domaine font inévitablement penser à la savane africaine



Ici, les allées ont été tracées à la tondeuse, au milieu des graminées (J'ai cru voir un gras minet !) 


Je me demande s'il y a des crocodiles dans cette zone humide...




Mais vous réalisez que nous sommes à Paris ?



50 Route de la Pyramide, Paris XII°.

mardi 23 mai 2017

We all are mancunians

Comment appelle-t-on des hommes qui attaquent des gosses ?

Des lâches.


lundi 22 mai 2017

Square du cardinal Verdier (2)

C'était en 2012, j'avais photographié ce reste de pompe ou supposé tel, planté au beau milieu d'un square où personne ne va (Clic !).


Cinq ans plus tard, j'ai eu confirmation qu'il s'agissait bien d'une pompe à bras. Celle-ci faisait partie du bastion 73 de l'enceinte de Thiers.



La caserne n°11 desservait ce bastion 



La caserne n'est plus une caserne, mais elle en porte toujours le titre:



1 rue Thureau Dangin, Paris XV°.

Ça se bouscule au portillon !

Un nouvel ouvrage vient d'arriver dans la bibliothèque de Paris-Bise-Art.
C'est par là: Clic !




Érotica

En octobre 2016, nous avions effectué une dernière visite au musée de l'érotisme avant sa fermeture définitive.
Aujourd'hui le musée a bel et bien disparu, l'immeuble est en travaux, les promoteurs se frottent les mains. Le contenu ? Il a été vendu aux enchères.
Doit-on pour autant en déduire que les collections du musée sont définitivement perdues pour le public ?
Que nenni (j'allais écrire queue nenni)! Figurez-vous que j'ai pu, par l'entremise de quelqu'un très concerné par la chose, faire la connaissance de la personne qui a racheté la plus grande partie des collections du défunt musée.
Une partie de ces pièces est entreposée dans une maison particulière, donnant une atmosphère... comment dire... particulière et stimulante !
Suivez-moi, sauf si vous avez moins de dix-huit ans ! 


L'adorable maison où je vous conduis se cache quelque part dans Paris, invisible de la rue.


Les habitués du musée de l'érotisme reconnaîtront quelques objets familiers 



Toutes origines et toutes provenances


Les splendides miniatures sous vitrines sont là !


La photo du bas vous prouvera s'il en était besoin qu'il y a bien un os dedans !


J'ai une affection toute particulière pour cette délicate faïence batracienne:


Je ne traduirai pas ce qui est inscrit sur la bouée posée près du jacuzzi, mais c'est approprié...




En passant devant la salle de bain, mes yeux se sont posés par hasard sur ce savon et je n'ai pas pu m'empêcher de le prendre... en photo!


Quel intérêt, me direz-vous, de vous montrer cette collection si vous n'y avez pas accès ?
Et bien justement, parce que l'acquéreur de ces objets va, dans un avenir proche, ouvrir un lieu où vous pourrez les admirer. Vous serez les premiers informés, Paris-Bise-Art est à l’affût ! 

vendredi 19 mai 2017

Le Marais médiéval

Retrouvez l'extrait de l'émission Visites privées  avec Stéphane Bern concernant le Marais médiéval et l'association Paris historique.
Vidéo de 14 minutes.

Jeu de printemps - mai 2017 (1)

Je voudrais savoir qui est ce petit bonhomme 
(Je tiens à préciser que sa couronne n'est pas d'origine)
Ne connaissant pas la réponse, je vous demanderai vos sources, vos preuves, etc...

Je voudrais également que vous me disiez où j'ai pris cette photo (là, j'ai la réponse, j'y étais !).


Bonne chance à tous !

Vieux bus à la porte de Saint-Cloud (3)

Hier, comme annoncé précédemment, le centre-bus du Point-du-jour faisait la fête. A cette occasion, de vieux bus à plateforme étaient venus renforcer la ligne 72 comme chaque année.
Hélas cette année, eu égard aux inextricables embouteillages crées par la fermeture des voies sur berges, le trajet avait dû être réduit à la portion Alma/Porte de Saint-Cloud.

L'envoyé spécial de PBA était sur place; il nous a rapporté ces photos.


Ce Renault TN4 H de type "Paris" avait une plateforme ouverte à accès direct.


Commandé en 1936, il roulera sur les ligne de la Ratp jusqu'au 21 janvier 1971.


Le Renault TN6 C2 avait une carrosserie plus courte (4 vitres au lieu de 5), mais sa plateforme était plus vaste



Lancé en 1934, cet autobus roulera jusqu'en 1969 en service commercial.


Vous noterez qu'en raison de la chaleur et du temps passé au ralenti, les capots avaient été enlevés afin d'assurer une meilleure ventilation du moteur. 


Merci aux bénévoles de l'Amtuir qui ont prêté et conduit ces autobus.
Merci à notre envoyé spécial Claude P. !

mercredi 17 mai 2017

Vieux bus à la porte de Saint-Cloud (2)

Grâce aux mesures prises par la mairie de Paris visant à créer des bouchons et de la pollution afin de pouvoir lutter contre, le trajet des vieux bus sera cette année limité à Place de l'Alma (métro Alma-Marceau) - Porte de Saint-Cloud.


Plus d'info : Clic !


Hôtel Salomon de Rothschild

Dès 1872, la baronne Salomon de Rothschild (la baronne Adèle) confia à l'architecte Léon Ohnet le soin de construire un hôtel particulier sur des terrains qu'elle avait acquis sur l'emplacement de la Folie Beaujon et du jardin Beaujon.
Son architecte ayant eu le mauvais goût de mourir en 1874, la baronne confia la poursuite des travaux à Julien Ponsard.
De style néo-classique, l'hôtel nous est parvenu intact; il est aujourd'hui la propriété de VIPARIS, société détenue par la CCI de Paris et Unibail-Rodamco (50/50). Il est proposé à la location pour de l'événementiel, des tournages, ou pourquoi pas votre anniversaire !
Nous entrons par la grande porte:



Deux accortes sphinges nous accueillent



L'entrée est plus grande que la mienne...


De l'étage noble - le rez-de-jardin - un superbe escalier grimpe vers l'étage privé où, hélas, je n'ai pas été convié.



Regardez ce volume et cette verrière qui éclaire l'escalier !



Toutes les pièces s'organisent autour d'un spectaculaire atrium où trône une massive cheminée en marbre vert.




Un couloir tout simple doté d'une verrière donne accès à plusieurs salons


Plafond peint, cheminée, colonnes, ce salon d'angle avec vue sur le jardin me suffirait...




Plus sombre parce-que doté d'élégantes boiseries, ce salon vous propose un ciel toujours bleu !



Il communique avec le petit jardin d'hiver:


Plus classique, le salon blanc nous dévoile un gracieux plafond



Il suffisait d'ouvrir les fenêtres pour être dans le jardin...
Une question me taraude: la baronne faisait-elle des barbecues ?


Mais aujourd'hui, le jardin est devenu public, mais ceci est une autre histoire !


Si vous souhaitez organiser votre prochain repas de mariage (ou de divorce), consultez le site de l'hôtel particulier: Clic !

Merci au personnel pour son accueil !

11 Rue Berryer, Paris VIII°.