.

.

vendredi 27 mars 2020

Les bas-reliefs du beffroi de Montrouge

Avec ses airs de petit château, l'hôtel de ville de Montrouge a un charme fou:


Face à lui, l'annexe est aussi appelée "beffroi" à cause de son campanile, le plus important d’île de France avec ses 43 mètres de hauteur et son carillon réputé.


Construit en 1934 par l'architecte Henry Decaux, cet ensemble réunit un centre administratif, une salle des fêtes,des installations sportives (boxe et gym) ainsi qu'un vaste espace d'exposition.


L'originalité de cette construction tient beaucoup aux bas-reliefs le ceinturant au niveau du premier étage. 


Les bas-reliefs de Louis Sajous (1934) représentent la vie des habitants de Montrouge ainsi que les principales activités économiques de l'époque.











Si vous en avez la possibilité, jetez un oeil à l'intérieur du bâtiment. L'escalier d'honneur - si l'on excepte quelques coups de pinceaux noirs et blancs incongrus - est un hymne à l'Art déco:






Place Emile Cresp, Montrouge (Hauts de Seine).


jeudi 26 mars 2020

Jeu du confinement - Mars 2020 (7)

Attention, double effet qui se coule !

Je vous demande:

 - 1 Où se trouve ce machin (je connais la réponse)
 - 2 Ce que c'est, pourquoi c'est là, qu'est-ce que ça veut dire, etc... (et ça, je ne sais pas !)
Je veux donc des réponses argumentées, avec des preuves incontestables, toussa, toussa !


Bonne chance à tous !


mercredi 25 mars 2020

La maison de Marie Walewska - Boulogne-Billancourt

Hors Paris

Connaissiez-vous à Boulogne la maison de Marie Walewska ?
Moi non plus !
C'est à l'occasion des Journées européennes du patrimoine il y a deux ans que je découvrais cette adresse et comme la mairie de Paris interdisait (déjà) de circuler dans la capitale, je décidai de passer le périph !


Dans une rue tranquille de Boulogne, j'attachais mon fougueux destrier et découvris cette belle demeure patricienne: 


Et voici ce qui est dit à propos de cette maison:
"La Maison dite " de Marie Walewska ", fut louée par Napoléon Ier de 1811 à 1812 pour accueillir sa jeune maîtresse. La demeure, longtemps oubliée, est inscrite au titre des monuments historiques en 1986. Intacte extérieurement mais vidée de son contenu, elle conserve néanmoins des signes tangibles de l’aménagement de la riche demeure qu’elle fut."




La vérité m'oblige à dire qu'il n'y a rien à voir dans cette maison, hormis peut-être ce plafond et une peinture (auteur inconnu) cachée par un rideau...





La maison appartient aujourd'hui à la ville de Boulogne qui la loue pour des événements privés.





Le jardin a lui aussi connu des jours meilleurs...



7 rue de Montmorency, Boulogne-Billancourt (Hauts de Seine).

Jeu du confinement - Mars 2020 (6)

Et vive le sport !
Où ai-je pris cette photo ?


Bonne chance à tous !


Hameau de Passy

Au 48 rue de Passy, une enseigne attire notre attention: "Hameau de Passy". S'agit-il d'un de ces "villages" pour happy few gardés par un Cerbère et interdit au vulgum pecus ?


Nous entrons dans une sorte de galerie qui semble là pour distribuer des commerces...


Mais après cette galerie, la réponse à notre questionnement: le "Hameau de Passy" est le nom (bien choisi) d'un hôtel, caché au fond d'un petit passage, et à l'abri des bruits de la ville.




Vous le voyez, rien de bien spectaculaire si ce n'est le calme et le bruit des oiseaux !






48 rue de Passy, Paris XVI°.

mardi 24 mars 2020

Confinés mais pas inactifs !



Je sais que certains d'entre vous répugnent à se lancer sur les "rézosossios". Pourquoi ne pas mettre à profit cette période pour vous y mettre ?

Paris-Bise-Art est présent sur Twitter. Chaque jour, en plus des publications que vous connaissez déjà sur le blog, des rediffusions d'articles anciens vous plongent dans le Paris méconnu. En outre, des envois plus contemporains, souvent en lien avec l'actualité, vous permettent de vous faire une opinion ! On dit même que je suis parfois "clivant"...

Comment faire ?
Vous prenez votre doigt, vous le posez sur les touches de votre machine à écrire électronique et vous écrivez https://twitter.com/ParisBiseArt


Je vous y attends !

À Montmartre, c'est la guerre !

C'est à l'occasion du tournage du film de Fred Cavayé "Adieu monsieur Haffmann" que la rue Androuet a été redécorée dans le plus pur style "occupation".
Des commerces factices certes, mais aussi des affiches plus vraies que nature et dont la lecture glace le sang...

Bien connue des cinéphiles, l'épicerie Collignon est toujours dans l'état où Audrey Tautou l'avait connue dans le Fabuleux destin d'Amélie Poulain:  


Juste en face, on trouve un contresens: ce "Père Lunette" ne ressemble pas au vrai cabaret, mais ça, les lecteurs assidus de Paris-Bise-Art le savent déjà (Clic !).




Les vraies échoppes se mêlent aux décors de cinéma:


Il faut reconnaître que les décorateurs ont bien du talent.



Je doute que pendant l'occupation, ces affiches eussent été déchirées...



Ces affiches débordent rue des trois frères et rue Berthe.











En raison de l'épidémie de coconnavirus, le tournage a été interrompu temporairement.

Rue Androuet, Paris XVIII°.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...