Membres

Res publica


Chacune de ces photographies représente un objet, un lieu ou un site accessible ou visible gratuitement et sans bris de clôture.

...

Dans certains cas exceptionnels et/ou méconnus, les visites payantes seront clairement mentionnées.

...

Je ne m'interdis pas de passer le périphérique pourvu que ça en vaille la peine.

.

.

vendredi 21 novembre 2014

Galerie Gagosian - Le Bourget

Hors Paris

Quelle que soit la raison pour laquelle vous n'êtes pas allé à la Fiac (trop de file d'attente, ticket à 40 € trop cher, pas le temps, etc...), vous allez pouvoir vous rattraper !
Direction aéroport du Bourget, vers les terminaux réservés aux avions privés, là où naguère des centaines d'ouvriers travaillaient dans les ateliers de mécanique et de chaudronnerie aéronautique.
Au numéro 800, la galerie Gagosian vous accueille dans un grand hangar blanc.


A part les très élégantes hôtesses, vous vous retrouvez tout seul dans cet espace impressionnant, face à un Jeff Koons qui vous toise :


Nous sommes cernés par des maxi-toiles d'Andy Warhol


Il y a quand même moins de monde qu'au Grand-palais, non ?


Au premier niveau, une mezzanine vous donne de la hauteur...


... Et vous propose d'autres Warhol :


Ici, un grand collage de Damien Hirst (2,60 m de diamètre) fait avec de vrais papillons morts


Deux gribouillis toiles de CY Twombly...


Ici, nous vérifions la pertinence du principe de Peter : j'ai largement dépassé mon seuil d'incompétence pour comprendre ça :


Oups, excusez-moi, ce sont les toilettes de la galerie... Je crois que je pensais à Marcel Duchamp !


Ici, un tableau à décommander formellement dans les zones sismiques : c'est un pilulier géant !


Last but not least, cette œuvre de Damien Hirst qui, vue de loin, ressemble à un miroir noir plein de jolis reflets, mais qui, de près, s'avère être une gigantesque tartine de mouches mortes prises dans de la résine ( 1 mètre de diamètre ).
Qui a dit beurk ?
  

Pour terminer, une œuvre d'Urs Fischer qui m'a laissé circonspect... (no pun intended !)
Il s'agit d'une sculpture en cire à taille humaine avec des mèches partout et qui se consume pendant l'exposition.
Question bête : Comment fait le galeriste pour gagner sa vie avec une oeuvre qui fond avant d'être vendue ?


Alors, bien entendu, n'espérez pas voir ces œuvres-là si vous allez au Bourget la semaine prochaine. Nous sommes dans une galerie qui, tout au long de l'année, présente des artistes différents.
Les images de cet envoi on été prises en mars 2014, ce qui prouve que je ne suis pas en avance dans le tri de mes photos !

Galerie Gagosian, 800 avenue de l'Europe, Le Bourget (Seine saint-Denis).

jeudi 20 novembre 2014

Le Bois Dormoy va mourir

Il y a vingt ans, la ville de Paris était bien contente que des habitants se prennent par la main pour nettoyer ce qui n'était encore qu'un terrain vague mal famé.


Depuis, sous l'égide d'une association labellisée "Main verte" par la mairie de Paris de l'époque, ce petit bout de nature avait grandi et bien grandi.


Entretenu par des bénévoles, il réunissait les enfants le mercredi, les familles le dimanche, bref, c'était un bel endroit plébiscité par tout un quartier.


Anne Hidalgo, le 28 mars 2014, disait au micro de France Info ; "Moi, je veux encore trente hectares nouveaux d'espaces verts dans les temps nouveaux si je suis élue maire..." ( Clic ! ).)


Mais les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent et aujourd'hui, c'est bien la signature du maire qui figure au bas du permis de construire numéro 075 118 14 V 0006 délivré le 30 octobre 2014 au profit de la société Espacil habitat de Rennes.


Donc, après avoir bétonné la place de la République en supprimant deux squares ( Clic ! ), l'hôtel de ville va faire disparaître un autre petit coin de verdure... Schizophrénie ou cynisme ? 


Certes, celui-ci est plus petit, plus discret ; il est dans un quartier populaire et hors des grands axes... On peut donc couler du béton sans crainte ! Bah voyons... 


Allez voir le blog de l'association du Bois Dormoy ---> Clic !
et
Signez s'il vous plait la pétition lancée aujourd'hui ----> Clic ! 


Et puis, pour finir, écoutez cette chanson de Jacques Dutronc et Jacques Lanzmann ; n'est-elle pas prémonitoire ?


Le Bois Dormoy, 2 bis cité de la Chapelle, Paris XVIII°.

Autrefois Paris... (3)

Troisième étape de notre promenade dans le vieux Paris










à suivre...

mercredi 19 novembre 2014

Hôtel Bouthillier de Chavigny

Au 7 rue de Sévigné, ce petit immeuble ne retient pas l'attention.


 C'est dommage car si l'on franchit la porte bleue, on découvre une façade classique fort élégante : il s'agit de l'hôtel Bouthillier de Chavigny, construit en 1622 par François Mansart.



 La corniche supérieure est ornée d'amusants masques de carnaval :


 L'hôtel est occupé depuis 1813 par les sapeurs-pompiers de Paris.



 Si vous êtes souriant, bien élevé, diplomate et tout et tout, peut-être pourrez-vous être autorisé à admirer au rez-de-chaussée du bâtiment cette vénérable pompe à bras soigneusement rénovée ainsi qu'un grand tableau la montrant en action.


Si vous n'êtes pas souriant, pas bien élevé, pas diplomate, etc... vous devrez attendre les journées du patrimoine, le bal du quatorze juillet ou une visite guidée par l'association Paris historique.



 L'entrée principale de cette caserne de pompiers classée Monument historique se situe au 9 rue de Sévigné. Nous y avions vu une borne d'appel préservée (Clic !).


7 rue de Sévigné, Paris IV°.

mardi 18 novembre 2014

lundi 17 novembre 2014

Les reliques de sainte-Faustine

Paris regorge de reliques !
Si vous voulez voir celles de sainte-Faustine, allez à l'église Saint-Sulpice.



 Le saviez-vous ? Faustine était polonaise.


Zoomons sur la fleur... Je crois que c'est un bout d'os !
 

Ils auraient pu nettoyer la vitre !
 

Eglise Saint-Sulpice, place Saint-Sulpice, Paris VI°.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...