.

.

mercredi 24 août 2016

Jeu de l'été 2016 (21) - La réponse

Bravo Tilia, bravo Anne, vous avez reconnu l'horloge dominant la cour de mai, au Palais de Justice de Paris. 



Château de Fontainebleau (14) - Le boudoir turc

Hors Paris

Suite de notre visite du château de Fontainebleau.

Les corridors tortueux, les escaliers dérobés, tous ces passages secrets 
ou inconnus constituent l'envers du décor d'un palais royal... Suivez-moi !


Le téléphone à cadran a beau être ancien, il est postérieur au règne de Louis XVI !


Montons...



Cette lucarne m'intrigue...


Surprise !



Tiens, une seconde lucarne...


Rhôôô !


Vous avez compris que ces petites fenêtres ultra-discrètes permettaient à la reine de voir ce qui se passait dans les grands appartements.



Mais ce que nous sommes venu voir se cache derrière une glace: le boudoir turc de Marie-Antoinette.

En 1777, Louis XVI souhaite offrir à sa femme un endroit bien à elle, loin des contraintes de la cour. Ce sera le boudoir turc, dessiné par l'architecte Richard Mique. Les boiseries sont des frères Rousseau.
Pourquoi turc ? Parce que la France de Louis XV avait noué des relations diplomatiques avec l'empire Ottoman, ce qui avait entraîné une mode orientalisante dans les salons parisiens.
Cette toute petite pièce très meublée ne peut pas accueillir beaucoup de visiteurs; c'est pourquoi les visites se font obligatoirement guidées et par petits groupes, sur réservation à l'accueil.


Figurez-vous une pièce noyée dans la pénombre afin de ne pas endommager les soieries... Vous êtes derrière une vitre... C'est un cauchemar pour le photographe !
De plus, la fenêtre est fermée par un astucieux système de miroirs coulissants qui rentrent dans les boiseries...


Souvenez-vous, j'avais mentionné la présence d'une fenêtre continuellement close dans le jardin de Diane:


Voici la vue qu'avait la reine quand elle ouvrait ses volets: le jardin de Diane, alors appelé le jardin de la reine.


La décoration fait appel à des "turqueries" comme des croissants, des turbans, etc...




L'ameublement (Jacob-Desmalter) qui nous est présenté est celui choisi par l'impératrice Joséphine en 1806, les meubles de Marie-Antoinette ayant été vendus à la Révolution.




Contrairement à une idée reçue, les princesses... vont à la garde-robe !


La restauration exemplaire de ce lieu précieux fut lancée en 2007 et dura huit ans.


Avant de partir, je vous suggère de visionner cette vidéo "made in Château de Fontainebleau" qui vous montrera les différentes phases de la restauration ainsi que le fonctionnement du miroir mobile: 


à suivre...

mardi 23 août 2016

Jeu de l'été 2016 (21)

Vous aimez les horloges ?
Alors dites-moi où se trouve celle-ci:


Bonne chance à tous !

Château de Fontainebleau (13) - De la Porte dorée au Grand canal

Hors Paris

Suite de notre visite du château de Fontainebleau


Après cet excellent déjeuner, peut-être préférerez-vous ce charmant attelage à la marche à pied ?


Arrêtons-nous d'abord devant ce bâtiment, le plus haut du château. Il s'agit de l'ancienne "Porte dorée", ou plus exactement "Porte d'orée".
Doublement inspiré par les châtelets médiévaux protégeant les accès et la renaissance italienne, il fut voulu par François I° et décoré par le Primatice.


Cette porte dorée fut longtemps l'entrée principale du château, donnant accès à la cour ovale. 



Fresques signées Le Primatice



La loggia intermédiaire fut fermée sous Louis XIII car Madame de Maintenon - dont c'était l'appartement - était frileuse !


Nous nous dirigeons maintenant vers la longue allée qui longe la cour des offices.


Sous Henri IV, ce pont servait au personnel des cuisines. 


Une curiosité dans cette allée: ces fenêtres en trompe-l’œil


Toujours dans cette allée, une majestueuse porte s'ouvre à droite sur la cour ovale. C'est la porte du baptistère, édifiée là par Henri IV pour commémorer la naissance et le baptême de son fils Louis XIII.
Cette porte remplacera la porte dorée comme accès principal au palais. 


Cette même porte vue de l'intérieur de la cour ovale:


Sur cette autre vue de la cour ovale, nous tournons le dos à la porte du baptistère et faisons face au donjon, seule pièce conservée du château fort médiéval.


Un grand merci à Hana "de Prague" qui m'a envoyé les deux photos précédentes. Allez voir son blog sur Paris, c'est un des meilleurs !

Nous nous éloignons à présent du château vers l'est en direction du grand canal.


Long de 1,2 km, le grand canal fut créé sous Henri IV entre 1606 et 1609, c'est à dire soixante ans avant celui de Versailles.



Partant du bassin des cascades - à l'est du grand parterre, le grand canal court vers l'horizon en direction du village d'Avon.



Au retour, nous nous arrêterons dans le parc où cette vue si souvent peinte s'offre à nous !


Van der Meulen m'a copié !

Photo Château de Versailles, RMN-Grand Palais/J-M Manaï
à suivre...

lundi 22 août 2016

Jeu de l'été 2016 (20) - La réponse

Cette chose curieuse se trouve au pied de l'immeuble abritant la Maison de l'institut national agronomique de la Cité universitaire (AgroParisTech), dans la Cité universitaire de Paris, boulevard Jourdan.

Un grand bravo à tous les participants ! 



Château de Fontainebleau (12) - Le jardin de Diane

Hors Paris

Suite de notre visite du château de Fontainebleau

Le Jardin de Diane occupe l'emplacement de l'ancien jardin privé de la reine. Il était jadis entièrement fermé par l'aile des Chevreuils et l'aile de la Volière; ces deux ailes seront détruites sous Louis-Philippe et le jardin s'ouvrira alors sur la ville.


Aujourd'hui le jardin s'articule autour de la fontaine (créée par Francini en 1603) qui a donné son nom au jardin.



Le sud du jardin est dominé par l'aile de l'appartement intérieur. Une fenêtre est aveugle: celle du boudoir turc.




A l'est, l'aile des princes qui abrite la galerie de Diane.



Au-delà de l'aile des princes, cette allée file droit vers le Grand parterre en faisant le lien avec la cour des offices (à gauche).



Les parties du jardins éloignées du château ressemblent à un parc municipal. Les bellifontains en font bon usage





A l'ouest du jardin, on retrouve la tour de l'escalier dont la "porte aux cariatides égyptiennes" (XVI° siècle) constitue un témoignage de l'architecture sous François I°.


Quelqu'un peut me dire pourquoi il y a un casque là ?



Un étonnant bâtiment vitré dénote dans cet ensemble


Il s'agit de la salle de jeu de paume (étoile bleue sur le plan), encore en service de nos jours (accès par la cour d'honneur).


Savez-vous qu'il n'existe plus que trois salles de jeu de paume en activité en France ? (Fontainebleau, Paris et Pau).


La première salle de jeu de paume avait été construite sous Henri IV, mais elle a été détruite par un incendie en 1702. La salle que nous avons sous les yeux est la deuxième du château, reconstruite en 1732 et restaurée en 1812.


Vous profiterez d'être près du centre-ville pour aller vous restaurer dans un des nombreux petits restaurants qui fleurissent le long des rues piétonnes... Car il vous faut prendre des forces, la visite n'est pas terminée !

à suivre...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...