.

.

.

.

mercredi 11 novembre 2015

Galerie Azzedine Alaïa

Kris Ruhs est un "artiste-designer" américain né à New York en 1952. Il présente à Paris "Hanging garden" ( jardin suspendu ) à la Galerie Azzedine Alaïa.
Parler de l'oeuvre de l'artiste ? Je préfère citer un extrait du dossier de presse : " Avec Hanging Garden, il présente une installation holistique composée de près de 45.000 pièces de porcelaine et de cuivre, toutes fabriquées à la main."
Qu'est-ce qu'une installation holistique ? Me direz-vous... Bah... faites comme moi, et recherchez la définition... Et comme moi, après avoir lu la définition, vous n'aurez rien compris !



Une courette abritée nous accueille :


La galerie se trouve au fond de la cour


Dans la cour sont garés deux scooters et un sein...


Nous entrons dans cette longue galerie envahie par tout un tas de pendouilleries...



C'est joli comme une vitrine de Noël !





Au fond d'une petite niche, comme une forêt enneigée :


Bon, vous l'avez compris, nous profitons de cette exposition pour visiter un lieu rare : la galerie Azzedine Alaïa.
Car ce lieu a une histoire :  
Ouvert en 1875 par la fondation Ruel - du nom du fondateur du BHV voisin - cette galerie sous verrière fut d'abord une "pension alimentaire", sorte de resto du cœur avant l'heure, où les petites gens pouvaient manger des repas chauds pour quelques centimes, voire gratuitement pour les plus nécessiteux.
Ce lieu sera longtemps utilisé par le BHV pour différentes activités (locaux syndicaux entre autres) jusqu'à son rachat par la maison de couture Azzedine Alaïa 
Ici, une pleine page consacrée à "La pension alimentaire de la rue de la verrerie", dans la revue l'Illustration :


Ci-dessous les plans de la construction au nom de la fondation Ruel, où l'on reconnait à gauche le fronton de la galerie :


Entrée gratuite -  Ouvert de 11h à 19h.
18 rue de la verrerie, Paris IV°.

7 commentaires:

Thérèse a dit…

Il faut espérer que la verrière n'en souffre pas!

charly pierre a dit…

aucune recherche de définition ne fait peur au meilleur lectorat du web , mais il faut dire qu'entre le holisme ontologique , méthodologique , sémantique ou logique il y a de quoi en perdre son latin

Anonyme a dit…

J'ai lu qq. part :
du grec : holos = tout + de l'anglais = saint.
Bon, déjà, ça éclaire.
Et ensuite : le "terme propose un concept global de la santé, l'être étant considéré dans ses dimensions physiques, énergétique-tiques, émotionnelles, mentales et spirituelles".
Bon, qu'est-ce qui manque là-dedans ?
Vous comprendrez mieux si j'ajoute : "ainsi que dans ses rapports réels, virtuels, imaginaires ou symboliques".
C'est clair, merde !
Encore une louche ?
bien sûr, tout ça "avec son environnement naturel, universel et humain"
Fermez le ban.
Bon : TOUT. Tout, c'est tout. Totalement et universellement tout, of course (ça, c'est anglais...cherchez dans Harrap's). Comment vous le dire autrement ? Tout, c'est tout. Allez, roulez....
Alors, en perdre son latin ? je dis non. Pas le latin. D'ailleurs ça fonctionne pas avec le concept, voyez-vous.
Quant à la ferraille objet de notre admiration, si on en faisait des rayonnages ?
Un concept vraiment BHV.
Otto.

charly pierre a dit…

Mais quelle différence entre l' Ottolistique Ottologique et le méthottologique
attendons le 19 novembre ( beaujolais) pour le savoir

JPD a dit…

C'est vrai que là, on comprend beaucoup mieux !

Anonyme a dit…


Ah ! JPD. Je vous l'fais pas dire.
Ottolos.

marc a dit…

ce lieu fut aussi cantine des personnels du BHV