.

.

.

.

lundi 9 mars 2015

La gare de l'est sens dessus-dessous.

Ouvert en 1849 sur les terrains où se tenait autrefois la foire saint-Laurent, "l'embarcadère" de Strasbourg ne comptait que deux voies abritées dans ce qui est à présent le hall ouest (grandes lignes). L'ingénieur Pierre-Sophie Cabanel, baron de Sermet et l'architecte François-Alexandre Duquesney construiront ce qui sera longtemps considéré comme la plus belle gare du monde.
Notons que ce n'est qu'en 1930 que la gare de l'est sera doublée et prendra l'aspect que nous lui connaissons aujourd'hui en dupliquant ( presque ) à l'identique la première construction.


Nous accédons au premier étage où une vaste terrasse intérieure domine le hall grandes lignes


Symbolisant le triomphe des nouvelles techniques, l'immense verrière en fonte rappelle les roues des premières locomotives à vapeur.



Une vue inhabituelle sur le hall :


Zoomons sur le dallage


Avouez que vous ne l'aviez pas remarqué, ce point zéro !


Sortons sur la vaste terrasse qui sert de fumoir aux employés de la gare


Rien de moins qu'une sculpture pour habiller le mécanisme de l'horloge :


Vue plongeante sur la place du 11 novembre 1918 :


En zoomant, on aperçoit dans l'axe du boulevard de Strasbourg le dôme du Tribunal de commerce de Paris. Cette perspective avait été voulue par Napoléon III ( Clic ! ). 



Tout là-haut, la statue de Strasbourg nous rappelle le nom de baptême de cette gare.


En cliquant sur ce lien ( Clic ! ), vous verrez que la gare de l'est nous réserve bien d'autres surprises.

à suivre...

Place du 11 novembre 1918, Paris X°.  

3 commentaires:

Thérèse a dit…

J'aime beaucoup le "à suivre."

Anonyme a dit…

surtout quand il s'agit de suivre la bonne voie !

JPD a dit…

Et je confirme : à suivre ! ;-)