.

.

.

.

lundi 30 mars 2015

Hôpital La Rochefoucauld

C'est derrière une grille un peu défraîchie que se cache, au bout d'une allée de platanes, l'ancienne Maison royale de santé, aujourd'hui Hôpital La Rochefoucauld.



Fondé en 1780 grâce notamment aux dons de la vicomtesse de la Rochefoucauld, il deviendra "Hospice de Montrouge" après la révolution. Nous étions alors à la campagne, le rattachement de la commune de Montrouge à Paris n'interviendra qu'en 1860.


L'intérieur de la maison - hormis un grand portrait de la vicomtesse - ne présente guère d'intérêt ; nous sommes dans un centre de gérontologie...



Cet établissement dispose encore de ses jardins. Ceux-ci sont un havre de repos bienvenu dans la bouillante avenue du général Leclerc !




Dans un coin, un appentis attire mon attention...


Outre sa fonction non-officielle de refuge pour chats, cet auvent abrite sous un tas de bois un lavoir ou un abreuvoir selon les sources... Je pencherais plutôt pour un lavoir.


De l'arrière du bâtiment, je ne vous montrerai que cette photo, car je me refuse à étaler complaisamment les tags et autres barbouillages pseudo-artistiques qui défigurent nos monuments.
Vous pourrez néanmoins revoir le regard de l'aqueduc de Médicis qui se trouve sur les terrains de l'hôpital ; lorsque je l'ai photographié en 2010, la ville de Paris n'avait pas encore abandonné toute idée de propreté... Clic !


Dans les jardins, vous ne manquerez pas cette sculpture intitulée "Évocation du passé". Je connais peu de statues aussi déprimantes...


Décidément, une allée de platanes, c'est ce qui se fait de mieux !


15 avenue du général Leclerc, Paris XIV°.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Très simple ! Normal ! Comme deux vieux déracinés, ils s'emmerdent.

marc a dit…

L'entrée est elle facile? faut -il montrer patte blanche? car c'est une maison de repos en fait.

JPD a dit…

Je ne vous conseille pas d'arriver avec un groupe de 40 touristes en chemise hawaïenne et bob Ricard sur la tête ! En revanche, en semaine, si vous avez l'air civilisé, soit on ne vous demandera rien, soit vous demanderez le secrétariat.