.

.

Commentaires

Certains d'entre vous me signalent que leurs commentaires ne sont pas publiés. Ce dysfonctionnement affectant Blogger m'oblige à aller les chercher manuellement.
Si vous ne voyez pas apparaître vos commentaires après un délai raisonnable (bah oui, on n'est pas aux pièces non plus !), merci de me le signaler à l'adresse paris.bise.art@gmail.com .

lundi 9 juillet 2018

Où il est question de pompes à bière, de gîtes et d'un four...

En dépit d'un aspect peu sexy, l'avenue de Flandres recèles nombre de pépites (Clic 1 et Clic 2), en voici une.

Regardez cet immeuble. Construit en 1913 par l'architecte Auguste Waser, il s'inscrit dans une étroite et longue parcelle de terrain qui offrait un accès direct au canal par l'arrière.
Destiné à abriter une fabrique de robinetterie et de pompes à bière, l'immeuble offrait autour d'une cour de nombreux logements et au fond, les bureaux et ateliers.


L'entrée est encore ornée des plaques originales



Nous entrons (ouvert les jours ouvrables). Le porche est décoré de jolies faïences fleuries:



La longue cour est coupée en son milieu par une grille


À main droite, la belle loge de concierge (en activité).


Les murs des escaliers sont recouverts de petits carreaux biseautés, comme dans le métro.


Installée là certainement pour me faire plaisir, une magnifique queue de cochon surplombe l'accès aux caves:


Le fond de la cour impressionnant. Les deux niveaux inférieurs, très élégants, donnaient accès aux bureaux et aux ateliers.



La petite porte à gauche du perron porte encore les inscriptions habituelles dans une usine. Entre le deuxième et le troisième étage, l'activité principale est encore gravée:


Nous entrons.
Plus question d'ateliers ici, nous sommes au siège de la Fédération des Gîtes de France.
Un moderne open-space que je ne photographierai pas remplace les anciens ateliers.


Ces deux vues aériennes (1949 et 2017) nous permettent de constater que le terrain a été amputé de sa partie proche du canal (où l'on a édifié des horreurs !)


Par bonheur, je rencontre un responsable intéressé par l'histoire du site; il m'emmène dans les sous-sols.
Dans une salle de réunion, on découvre le côté d'un ancien four en briques qui n'est pas sans rappeler certains fours de boulangerie:


L'autre côté du four abrite la machine à café !


La gueule du four se trouve dans une salle de douche ! 


Bravo aux aménageurs qui ont su moderniser cet espace en conservant une trace du passé !


Retour à la surface; la sortie est tout au bout, là-bas !



Un grand merci au personnel des Gîtes de France !

40 avenue de Flandre, Paris XIX°.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Ca, c'est par sa qualité un véritable monument historique civil témoignant de la vie économique parisienne juste avant 1914 !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...