.

.

mercredi 15 novembre 2017

Barrière des paillassons

La barrière des paillassons faisait partie de ces "petites" barrières ouvertes dans l'enceinte des fermiers généraux pour favoriser les échanges locaux, mais qui n'ont pas laissé de trace dans l'histoire parisienne.
Son nom viendrait de la proximité d'une fabrique de... paillassons.
Elle se trouvait à l'extrémité de l'avenue de Ségur, entre la barrière de Sèvres et la barrière de l'Ecole Militaire, là où à présent le métro aérien survole le boulevard Garibaldi.


Dotée d'un simple pavillon carré dessiné par Ledoux, cette barrière ne se distinguait que par les deux colonnes qui entouraient l'entrée.



Et bien si le pavillon a été détruit, il subsiste une trace de cette barrière: les deux colonnes.
Dirigeons-nous vers l'hôtel Eiffel-Ségur, au numéro 34 du boulevard Garibaldi (côté sud).


Ce petit hôtel trois étoiles présente une décoration clinquante qui doit plaire aux touristes (?). C'est doré et argenté à souhait !
Mais regardez mieux au milieu de la photo. Cette photographie noir et blanc si "parisienne"... Les voilà nos deux colonnes !


Elles ne s'attendaient sans doute pas à finir leur carrière comme ça, mais n'est-ce pas mieux que la destruction ?
Et merci à la charmante hôtesse d'accueil pour sa gentillesse.  


34 boulevard Garibaldi, Paris XV°.

6 commentaires:

marc a dit…

Etonnant, mais ne sont ce pas des reproductions?, la texture, la couleur? plâtre peint?
J'avoue un gros doute sur l'authenticité, même si l'idée est originale et un bon clin d'oeil au passé du quartier.

JPD a dit…

Il semblerait que ce soit vrai. Les colonnes sont en pierre, même si elle ont été revêtues d'un papier peint ou d'un pelliculage argenté.
D'ailleurs, elles sont évoquées sur le site du décorateur: http://www.ph2b.com/fr/newsletter-12/

le grand barde de PBA a dit…

Le grand schisme est en marche
Marc met en doute les affirmations de JPD , ça va chauffer

JPD a dit…

Un jour, Kierkegaard a dit à Heidegger: "Le doute m'habite"; il ne faisait que reprendre la bonne vieille méthode cartésienne. Car le doute est fécond, il mobilise nos neurones et est à la base de toute philosophie.
Et puis je ne suis pas comme Pie IX (je serais plutôt comme Pie VII): je ne suis pas infaillible ! (quoi que...).

marc a dit…

Alain disait le "doute est au-dessus du savoir" mais Henri Durville disait que les paroles de doute se réalisent donc le réfectoire médiéval a été abîmé

marc a dit…

je viens de visiter l'hôtel. C'est très curieux, l'immeuble (je dirais 1850/1860) n'est pas situé là où se trouvait la barrière (qui d'après le plan était au début de l'avenue de Ségur), il est bizarrement désaxé par rapport au boulevard, j'en ignore la raison. Pourquoi avoir remonté là les 2 colonnes? mystère

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...