.

.

.

.

lundi 3 octobre 2016

Ambassade du Brésil - Hôtel Schneider

À Paris, les ambassades occupent souvent de luxueux hôtels particuliers qu'il est impossible de visiter à moins d'être invité à une soirée de l'ambassadeur...
Les journées du patrimoine (en septembre) sont l'occasion pour certaines résidences d'ouvrir leurs portes au grand public; ce fut le cas cette année de l'ambassade du Brésil.
Située cours Albert I°, peu avant d'arriver au tunnel princessicide, cette ambassade occupe l'ancien hôtel Schneider (prononcez Schneidre), du nom de la célèbre famille d'industriels.


Dans le hall d'entrée, un alignement de drapeaux nous rappelle que la jeune histoire du Brésil n'a pas été exempte de tourments; on y voit le drapeau impérial !



On disait naguère que l'escalier était représentatif du statut social, ici pas de doute, on est à l'aise !


L'immense espace, la somptueuse rampe en fer forgé et bronze doré nous conduisent à l'étage noble...



Tout ça sous un plafond à caissons de toute beauté:



Un autre escalier plus discret mais adorable dessert l'étage privé.


Au travers d'une fenêtre, nous voyons les anciennes écuries qui aujourd'hui abritent des chevaux-vapeur.


Au premier étage, la grande galerie dessert les pièces de réception.
Nous ne manquons pas de saluer M. Santos-Dumont, le célèbre aviateur franco-brésilien.


Des ors et des amours décorent ce premier salon...



... la salle-à-manger est digne d'un château.


Notez les deux rafraîchissoirs en marbre rouge


Le petit jardin séparant l'ambassade de la rue, vu ici à travers une vitre (d'où le reflet ! Grrr...).


"Que d'or, que d'or !" aurait sans doute dit Mac Mahon...
(J'ai honte parfois)


Nous sommes dans le secrétariat de l'ambassadeur


Comme dans toutes les pièces, la décoration fait la part belle aux artistes brésiliens.


Nous sommes maintenant dans le bureau de son excellence.
Nous sommes aussi dans le trésor de cet hôtel, l'ancienne salle de bal:


Les panneaux peints représentent des oiseaux et des plantes exotiques



Chaque panneau est souligné par ces macarons en grisaille inspirés des fables de La Fontaine:



Les portes semblent identiques; elles sont toutes différentes, peintes dans le goût chinois


C'est quand même plus beau que du béton, non ?


Avant de partir, un dernier coup d’œil à cette fausse fontaine de style congélation qui n'a d'autre usage que décoratif...


Un grand merci au personnel de l'ambassade pour son accueil et sa gentillesse !

34 cours Albert I°, Paris VIII°.

1 commentaire:

le grand barde de PBA a dit…

Article époustouflant comme d'habitude
dès la première ligne une question se pose à moi , comment se prononce donc ce Schneider ?
4 lignes plus loin j'ai la réponse
dites moi entre nous puisque vous parlez d'artistes brésiliens y avez vous croisé des jolies cariocas danseuses de carnaval ?