.

.

.

.

jeudi 1 septembre 2016

Trois orfèvres à la saint-Éloi...

Depuis le moyen-âge, les différents métiers étaient obligatoirement regroupés au sein de corporations, sortes de syndicat à la fois patronal et ouvrier. A cette époque où la religion était partout, chaque corporation était placée sous la "protection" d'un "saint patron" (St Honoré chez les boulangers, ste Rose chez les fleuristes, etc...).

Au tout début du XV° siècle, la corporation des orfèvres édifia une chapelle au 8 rue des orfèvres. Celle-ci était adjacente à la "maison commune" de la corporation qui comprenait aussi un hôpital.

La première chapelle - en bois - laissa en 1566 la place à celle que nous voyons encore aujourd'hui.
La Révolution supprimera les corporations et notre chapelle sera vendue comme "bien national" en 1797.

La chapelle St-Éloi sur le plan de Turgot (1739):


De la rue des lavandières sainte-Opportune, nous regardons l'étroite rue Jean Lantier:


En levant la tête, nous remarquons un motif sculpté:


C'était l'emplacement du blason de la confrérie des orfèvres qui se trouvait là.
Aujourd'hui, le blason a disparu...


... Sauf pour les lecteurs de PBA, bien sûr !


L'autre extrémité du pâté de maisons croise la rue... des orfèvres !
Le deuxième immeuble, à droite sur la photo, porte le numéro huit. Cette façade était celle de la chapelle des orfèvres avant la Révolution. Même si elle a été fortement remaniée, on retrouve dans cette façade celle dessinée sur le plan de Turgot (voir plus haut).


 Si nous revenons dans la partie étroite de la rue Jean Lantier, nous devinons en transparence la présence de motifs sculptés à l'intérieur de l'immeuble:


Au n° 15 rue Jean Lantier, la société Elogie possède des bureaux que je trouve plus élégants qu'une tour à la Défense...


Au passage, ne nous privons pas d'un bel escalier !


Dans la cour, ce vestige:


Ce mur subsistant appartenait à notre chapelle; on y distingue encore un départ de voûte, ainsi qu'un visage. Cet ensemble a été inscrit aux Monuments historiques (ISMH) en 1974.


Je tiens à remercier chaleureusement le personnel de la société Elogie qui m'a permis de faire ces photos.


Nous sommes dans un lieu privé, donc pas de visite. Cependant pour les amateurs, une ouverture est prévue lors des prochaines journées du patrimoine (17 et 18 septembre 2016).

15 rue Jean Lantier, Paris I°.

5 commentaires:

le grand barde de PBA a dit…

aïe aïe JPD
la dernière fois que j'ai parlé syndicat , j'ai pris une volée de bois vert , et voici que ça recommence au Havre
ici dès les premières lignes quand j'ai lu ce mot, je n'ai pas pu aller au bout de l'article , la blessure était encore trop vive

JPD a dit…

Au Havre ???

le grand barde de PBA a dit…

c'est vrai que écrit de la sorte on pourrait croire à une volée de bois vert au Havre
,JPD, je vais vous narrer les faits nonobstant des problèmes avec la centrale de Montreuil
La police répressive aux ordres du gouvernement réactionnaire n'a rien trouvé de mieux mercredi que d'interpeller des dockers havrais et CGT , soupçonnés injustement de dégradations lors des dernières manifestations et ce jour là au Havre se tenait une réunion avec le charismatique Martinez qui a très pris comme une provocation et très mal apprécié la garde à vue de ses militants , donc port bloqué et tout le tintouin


Tilia a dit…

Bizarre que le Grand Barde ne nous ait pas pondu un couplet de derrière les fagots à propos du bon St Éloi..

JPD a dit…

C'est vrai ! J'attendais aussi Otto sur les 3 orfèvres...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...