.

.

.

.

lundi 11 avril 2016

Musée de la poupée

C'est au fond d'une petite impasse, près du jardin Anne Frank, que vous trouverez le Musée de la poupée ( en dépit du refus de la ville de Paris d'autoriser un fléchage sur la voie publique... ).


 Vous passerez d'abord par la boutique, car cette maison unique achète, vend et répare également des poupées anciennes.



 Les collections permanentes du musée sont classée par époques, et nous commençons par la première salle consacrée à la période 1800-1870.


 Les poupées sont à l'image de ceux - privilégiés - qui peuvent les acheter : aristocratiques et élégantes.



 La deuxième salle nous montre la période 1871-1919, âge d'or des bébés à tête en biscuit. La production française s'exporte dans le monde entier.



 Le début du XX° siècle voit arriver des modèles moins hiératiques, plus "fantaisie".



 Troisième salle : 1920-1939.
De nouvelles matières sont utilisées comme le celluloïd.



Vous croyez reconnaître Joséphine Baker ou Maurice Chevalier ? Vous avez raison, c'est l'époque ou des poupées pour adultes s'inspirent des célébrités des années folles.
 

 C'est aussi l'époque où, avec le développement des congés payés, on voit apparaître des poupées folkloriques régionales.


 La quatrième période - et quatrième salle - parlera plus aux visiteurs d'aujourd'hui puisqu'elle court de 1940 à 1959. C'est le moment où de nouvelles matières apparaissent comme le polyéthylène, le polystyrène, le PVC ou le latex.
C'est aussi le temps des derniers feux pour les grandes maisons françaises...




 Réalistes les produits miniatures... Mais comment se fait-il que je les ai connus ? Je suis trop jeune, non ?



 Les deux dernières salles sont dédiées aux expositions temporaires. Lors de ma visite ( mars 2016 ), les héros de l'ORTF étaient à l'honneur.





 Thierry la fronde, Zorro, Babar, les Shadoks, ils sont tous là !






La nouvelle exposition ( 2 avril au 3 septembre 2016 ) a pour titre "Stars d'Hollywood en poupées". 


Outre les collections permanentes et les expositions temporaires, outre la clinique de la poupée, des ateliers créatifs sont organisés pour les enfants. Vous pouvez également y organiser des goûters d'anniversaire.
Vous avez compris que même si je ne suis pas un spécialiste des poupées, ce petit musée privé et les gens qui l'animent m'ont communiqué leur enthousiasme. 
C'est en leur rendant visite que nous pouvons les aider à maintenir à flot ce petit bijou du patrimoine, allez-y !

Entrée : 8 €

Musée de la poupée, impasse Berthaud, Paris III°.

4 commentaires:

charly pierre a dit…

On savait cher JPD que la nouvelle place de la République ne vous plaisait pas , mais de là à défoncer les dalles pour y planter des légumes
d'ailleurs si vous voulez un conseil , pour y planter les tomates il vaut mieux attendre les saints de glace du mois de mai

marc a dit…

Ce musée me semble parfaitement fonctionner (je n'ai jamais entendu parlé de difficultés sérieuses...A vérifier). Phono galerie et le musée de l'éventail ont certainement essayé de s'inspirer de la réussite de ce musée

Anne a dit…

Vrai charmant; nous les filles nous y avons reconnu "notre poupée" car née après la deuxième guerre mondiale, nous ne disposions pas, le plus souvent, de plusieurs poupées...Et une grand merci de nous avoir épargné les vitrines des BARBIES et/ ou un grand bravo au conservateur du musée de ne pas exposer cette demoiselle née...adulte en 1959.

Sophie a dit…

Merci de parler de cet endroit charmant, de ses actions et ses riches collections. Les propriétaires sont en effet aussi passionnés qu'adorables. A visiter absolument.