.

.

.

.

vendredi 4 mars 2016

Trois cours et deux pierres à bois !

Cet ensemble construit entre la fin de l'ancien régime et la Restauration est représentatif de la spéculation immobilière qui eut lieu à l'époque dans ce quartier.
La porte est ouverte... entrons !


Passé l'immeuble sur rue, nous nous retrouvons dans une longue et étroite ruelle :
 

Sur notre gauche, une grille nous interdit l'accès à une première cour :
 


Toujours sur la gauche mais un peu plus loin, ce porche impressionnant donne accès à une deuxième cour :
 


... Où nous découvrons une pierre à bois ( certains disent "pierre à fendre" ).
 

Tout au fond du passage, la troisième cour sert de parking aux résidents :
 

et on y trouve une seconde pierre à bois !
 

Demi-tour, il est temps de retourner vers la grande ville...
 

Paris ? C'est là-bas, tout au fond, où vous voyez la lumière !
 


32 rue du faubourg Poissonnière, Paris X°.

8 commentaires:

Anne a dit…

Vous nous étonnerez toujours ! Merci.

JPD a dit…

Ce n'est pas moi, c'est Paris qui est une ville étonnante !

Matthieu Rubin a dit…

La pierre à bois, la caravane passe.

Matthieu Rubin a dit…

La pierre à bois, et j'ai soif.

Matthieu Rubin a dit…

La pierre est à fendre, on espère pas trop cher.

JPD a dit…

Il a osé !

Matthieu Rubin a dit…

J'admets avoir peut-être dépassé les bornes (d'appel pompiers ?)

charly pierre a dit…

On ne dit pas "dans cette cour les dames attendent que le brasseur fende " , mais

ce n'est pas de ma faute , c'est Mathieu qui m'a inspiré