.

.

.

.

lundi 14 mars 2016

Carrière Delacroix - Ivry-sur-Seine

Hors Paris

Presque invisible, une porte blindée dans un mur que personne ne remarque :

capture d'écran Google maps
 C'est très bas de plafond... courbons-nous et entrons !


 Nous sommes dans une ancienne carrière de calcaire où des piliers soutiennent le ciel (de la carrière ! ).



 Très vite, nous nous trouvons dans de larges allées taillées pour permettre à des chariots hippomobiles de circuler. Il existait jadis une entrée carrossable qui a disparu lors de la construction de l'avenue Maurice Thorez en 1947.


 En plus de l'extraction de calcaire, cette carrière connut plusieurs utilisations :
- Stockage de vin.
- Champignonnière (jusqu'en 1955).
- Stockage de munitions par l'armée allemande pendant la guerre.



 Une expérimentation eut lieu ici en 1821 : la construction de silos destinés au stockage du grain ; Des silos-prototypes de trois à huit mètres de profondeur furent creusés. L'expérience cessa car le gouvernement, craignant la spéculation, refusa de confier à un particulier les réserves à grain de Paris.




 Un treuil a été reconstitué par l'OCRA.





 L'ouvrage le plus spectaculaire de cette carrière est sans conteste le grand dôme surmontant un carrefour de quatre galeries.


 Large de 7 mètres, haut de 15 mètres (autant qu'un immeuble de cinq étages ), cette construction étonnante se termine par un puit d'accès à la surface. 



 Cette carrière est gérée par l'association OCRA. L'exploitation, l'entretien et la mise en valeur de ce lieu magique sont l’œuvre de bénévoles, bravo ! 
 Elle n'est ouverte au public que lors d'opérations exceptionnelles comme les Journées du patrimoine ( en septembre ) ou Paris Face Cachée ( en février ). De temps à autre, des expositions y sont également organisées. 
 
 avenue du général Leclerc, Ivry-sur-Seine ( Val de Marne ). 

3 commentaires:

Anne a dit…

Absolument passionnant ! Merci. Un grand bravo à l'OCRA pour leurs travaux et le but de cette association dont j'aime le nom; tellement imagé.

charly pierre a dit…

alors là vous m'époustoufépatez ( fallait bien inventer un verbe à la hauteur ) encore plus que d'habitude
voici une association qui comme vous ne ménage pas sa peine
. J'ai vu hier un reportage sur la chaîne histoire dont le sujet était la résistance et on parlait d'un lieu ou beaucoup de partisans avaient étaient torturés , il s'agit du stand de tir de la police nationale situé sur l'ancien champ de manoeuvre d'Issy les moulineaux mais situé à Paris ,
Selon Wikipédia ce lieu a disparu lors du percement du périphérique . Malgré que ce lieu ait été synonyme de souffrance je trouve dommage qu'on ne l'ait pas conservé

Tilia a dit…

Oui, comme le dit Anne, ce reportage aux petits oignons (ou plutôt, champignons :-)) est absolument passionnant et vos photos magnifiques.
L'idée de stocker le grain dans un tel lieu n'était sans doute pas très judicieuse vu la menace, toujours présente, d'une forte crue de la Seine...