.

.

.

.

lundi 4 janvier 2016

Le bonnet phrygien de Saint-Eustache

Pillée à la Révolution, l'église Saint-Eustache sera transformée en "Temple de l'agriculture", puis rendue au culte en 1803. Par chance, elle a pu conserver son banc d'oeuvre, l'un des rares à Paris.
Celui-ci, situé face à la chaire, était le "carré VIP" où les notables de la paroisse avaient leur fauteuil réservé !


Beaucoup de bancs d'oeuvre ont disparu à la Révolution ou après Vatican II, certains moisissent encore dans des réserves.
Saint-Eustache a conservé la disposition originelle : la chaire à droite de la nef, et le banc d'oeuvre juste en face.


Mais observons de plus près ce magnifique travail sculpté par Pierre Lepautre.


Regardez l'arc supportant "l'apothéose de Sainte Agnès" et surplombant un christ en croix ; on voit en son centre une sorte de médaillon...



En s'approchant et en bénéficiant de l'éclairage adéquat (soleil de fin d'après-midi), on distingue sur ce médaillon la forme d'un bonnet phrygien dessiné là sous la Révolution !
Étonnant, non ?



2 Impasse Saint-Eustache, Paris I°.

5 commentaires:

charlie pierre a dit…

Lu dans le gratuit 20 minutes de ce jour
La Mairie de Paris cherche un avenir pour les 70 tonnes de cadenas d'amour
si vous avez une idée contactez l'Amère Anne

JPD a dit…

J'ai bien une réponse qui me vient spontanément... mais je vais encore être taxé de vulgarité

Anonyme a dit…

Je suppose que tu prévoyais de les mettre ... dans Anne? Oui, c'est vulgaire!

Heu, par contre, je suis assez surprit qu'après toute ses visites à Saint-Eustache, le retable de Keith Haring n'a pas été mentionné.

Une bonne idée pour une prochaine visite ;)

Anonyme a dit…

il y en a un autre (qui lui ausi "buche" des symboles religieux), un peu plus loin sur l'une des portes laterales par lesquelles on entre dans la Visitation Saint-Antoine :-)

marc a dit…

Superbe église que St Eustache. St Sulpice est aussi connue pour ses "retouches révolutionnaires" (cf le livre sur les monuments parisiens conseillé par PBA).
Pour le retable de Keith Haring, qui rend hommage aux victimes du Sida, on a la preuve d'une paroisse qui vit avec son temps.
Une oeuvre contemporaine, celle de John Armleder (pour la corporation des charcutiers), est aussi à voir. Dommage que la projection de la croix bleutée sur l'ouvre d'Armleder ne fonctionne plus, faute d'ampoules adequates, d'après le sacristain.