.

.

.

.

lundi 10 août 2015

Jeu de l'été 2015 (17)

C'est sur une idée de Jean-Yves G. que je vous propose cette dix-septième énigme de l'été.
Ce lecteur de PBA est également le créateur du site "Rue Lhomond" que je vous encourage vivement à visiter. Vous le retrouverez désormais dans le chapitre  Sites et blogs parisiens de quartiers de notre  fameuse colonne de droite !

Regardez d'abord cette photographie de Robert Doisneau prise en 1952, où l'on voit Jacques Prévert promener son chien sous le regard pressé d'une bonne sœur. Nous sommes au croisement des rues Lhomond et Rataud, dans le V° arrondissement. 
Je suis sûr qu'à cet instant, le poète a récité in petto un "Je vous salis ma rue"...


Approchez-vous du haut de la photo, près de la plaque...
Vous voyez ce disque comme enfoncé dans la façade ?
Qu'est-ce que c'est ?


Bonne chance à tous !

Pour participer, cliquez sur le libellé "commentaire" ci-dessous.

14 commentaires:

marc a dit…

n'est-ce pas un vestige d'un moulinet d'un réverbère à gaz?

Thérèse a dit…

Une solution un peu simple mais bon j'essaye avant que Tilia ou quelqu'un d'autre ne s'en mêle. :-)
L'emplacement pour un signe de stationnement gênant ou interdit ?
Vous êtes proche de la vérité la photo est intitulée « Je vous salue ma rue. »

JPD a dit…

Bien essayé mais ce n'est pas ça !

Pour tout vous dire, j'ai reçu la bonne réponse à 16h16, mais comme je suis fourbe et malhonnête, je l'ai retenue de toutes mes forces afin de ne pas "tuer" le jeu trop vite !
Je devrais avoir honte, peut-être...

Anonyme a dit…

Bonjour
Je découvre ce blog avec beaucoup de plaisir ..
Peut être un échappement de cheminée bouché?
S

Tilia a dit…

Je viens tard, occupée que je suis à peaufiner mon prochain billet.
C'est bien de retenir les bonnes réponses.
Comme ça je peux essayer de trouver sans être influencée.
Alors je dirais tout simplement, une plaque maintenant un tirant ancré dans le mur de cet immeuble

Tilia a dit…

Oups ! je viens de répondre en oubliant de me déconnecter de mon profil gogol, du coup ma réponse va atterrir dans le spam du blog !

JPD a dit…

Non, non, non, rien de tout ça !

Je dois vous donner une nouvelle qui me ravit : Super-Matthieu ne parvenant pas à répondre sur le site, il m'a donné sa réponse par des moyens détournés et... elle était fausse !!!! Nyark, nyark, nyark !

Tilia a dit…

Le machin au milieu du disque est différent sur la photo récente, de ce qui se trouve sur la photo de Doisneau. Dans cette dernière, je maintiens qu'il s'agit d'un ancrage de tirant. D'ailleurs, on en voit un second (dans autre genre) sur le mur qui fait angle avec celui où se trouve la plaque de la rue Lhomond.

Pour comparaison, voir la figure 15 dans cette page.

Anne a dit…

Je propose le support d'une lanterne suspendue servant à l'éclairage public...!!???
Pour une fois, la réponse n'est pas livrée avec votre nouvelle énigme. Car vous êtes tous très forts. Anne

Tilia a dit…

Sinon, le machin sur la photo de Doisneau ressemble fort à ce que mes amis avignonnais ont quasiment identifié comme étant des accroches pour les fils du tram.


À moins que ce soit un anneau pour les accrochages de fils soutenant des suspensions lumineuses, éclairage public ou guirlandes de fête de fin d'année.


Plus sérieusement : je viens d'aller faire un tour "sur place" (merci Maps) et je me demande si ce dispositif serait en rapport avec ce qu'il reste de la grille qui autrefois fermait l'entrée de la rue Rataud...

Thérèse a dit…

Ouf! Je peux chercher encore un peu...

JPD a dit…

Je viens de publier la réponse de Marc ( tout en haut de la page ) qui est la réponse que j'attendais. En effet, je m'étais fié au guide "Paris méconnu" (éditions Jonglez) qui, page 157 nous dit : "Il est en réalité le vestige du moulinet d'un réverbère à gaz qui éclairait le carrefour."

Le problème, voyez-vous, c'est qu’entre-temps, j'ai réfléchi (si, si !), aidé en cela par certaines de vos réponses.
Il se trouve que j'avais déjà planché sur l'éclairage public avant l'électricité ( http://paris-bise-art.blogspot.fr/search/label/Eclairage%20%C3%A0%20huile ).

Or, si les éclairages à huile étaient suspendus à une corde, elle-même manœuvrée par un cabestan ( ou un moulinet ), je ne vois pas comment, à une époque où les tuyaux de gaz étaient en plomb, on aurait pu rendre mobile cette installation.
Les becs de gaz étaient fixes et c'est l'allumeur de réverbères qui devait s'adapter à l'aide d'une perche ou d'une échelle.

Donc, j'en arrive aux conclusions suivantes :
1 - Les guides ne sont pas infaillibles (les blogs non plus d'ailleurs... ).
2 - Il est certain que ce n'est pas un éclairage au gaz.
3 - Corollaire de ce qui précède : la réponse de Marc est fausse !
4 - Je ne sais pas ce que c'est !

Voila, voila...

Thérèse a dit…

Mise à jour et commentaires bien utiles pour la suite.

Jean-Yvs G. a dit…

Rien n'est simple rue Lhomond, après la tortue du 21, voilà "the thing" du 34.
Comme la mention à la page 3 du livre "Paris méconnu" nous y invite, j'ai écrit aux auteurs leur demandant la source ayant conduit à la publication et leurs commentaires sur l'éventualité que ce soit un ancrage de tirant plutôt qu'un moulinet de réverbère à gaz.
Croisons les doigts en espérant des détails permettant de résoudre cette énigme (capitale).