.

.

.

.

mercredi 24 juin 2015

Hôtel de Botterel-Quintin d'Aumont

La rue des Petites écuries tire son nom de la présence des... "Petites écuries du roi" qui se trouvaient sur l'emplacement actuel de la cour des Petites écuries et du passage du même nom.
Cette rue suit, avec la rue du Château d'eau et la rue Richer, le tracé de l'ancien "grand égout de Paris" qui ne fut couvert qu'en 1769.
Le n° 44 présente une façade d'immeuble de rapport comme il y en a tant dans le quartier...


Poussons la porte (ouverte aux heures ouvrables).


Derrière le premier immeuble, se cache l'hôtel de Botterel-Quintin d'Aumont, construit en 1780 par l'architecte Pérard de Montreuil pour Charles-André de la Corée, alors intendant de Bourgogne.


Récemment rénové pour devenir le siège parisien d'un fabricant américain de chaussures (Wolverine), la façade classée et son péristyle à colonnes doriques sont comme neufs.



A l'intérieur, nous ne verrons malheureusement pas les deux pièces de réception (classées) du premier étage ; nous nous contenterons d'admirer un rare escalier Directoire lui aussi rénové.




Dans la cour, l'abreuvoir à chevaux a lui aussi été préservé.   


44 rue des Petites écuries, Paris X°.

2 commentaires:

charly pierre a dit…

l'effet collatéral de votre article c'est aussi que vous avez excité ma curiosité au sujet des chaussures Wolverine , le héros du même nom aux griffes acérées je connais mais pas les pompes
elles semblent pas mal du tout , mais en ce moment les espadrilles de notre béarn ou pays basque suffisent à mon bonheur

Anonyme a dit…


Tiens ! un ancêtre de Théodore ?.....
Jolie crèche !
Trop pour de la godasse.
Otto.