.

.

.

.

mercredi 6 mai 2015

Enseigne rue Xavier Privas : énigme résolue !

Il y a trois ans, une "vieille enseigne" avait attiré mon attention dans la très touristique rue Xavier Privas : Clic !
Je n'avais à l'époque rien trouvé sur la provenance de ce bas-relief en bois ; le coq m'avait fait penser à une ancienne rôtisserie...


Et bien figurez-vous que j'ai eu la bonne surprise de recevoir hier un message de la fille des anciens propriétaires. Je cite :
"L'histoire du coq au dessus de la porte ... Mon père a tout simplement rebouché le trou au dessus de la porte avec la porte d'une vieille commode ou armoire ou il y avait  ce coq... Un jour il s'est aperçu qu'il y avait des groupes qui s'arrêtaient devant la façade, il a demandé des explications à la guide et c'est comme ça qu'on a appris que le coq avait été classé. Vous imaginez bien la pub pour le restaurant. :-)
 Le restaurant s'appelait " le couscous kabyle " mes parents on vendu vers 1989 il me semble. Ils y étaient depuis les années 50."


La réalité est donc bien prosaïque ! Heureusement, je n'avais pas à l'époque souscrit aux hypothèses fantaisistes que certains guides s'obstinent encore à colporter !
En regardant un buffet Henri II, évidemment, ça saute aux yeux :


Un grand merci à Sabrina A. et rendons hommage à ses parents qui ont su créer un "objet-mystère" qui nous a tenu en haleine pendant trois ans.

5 rue Xavier Privas, Paris V°.

6 commentaires:

Thérèse a dit…

Très amusant, comme quoi quelques-unes des énigmes auxquelles on est affronté ne sont guère trouvables et bien amusantes lorsqu’elles sont résolues !

André Fantelin a dit…


Bravo pour la solution !

J'avais la photo de ce coq depuis un certain temps quand vous l'avez montré sur ce blog... Et je m'interrogeais sur son authenticité.
J'avais aussi pensé à une porte de meuble placée là à une date indéterminée, comme une des hypothèses possibles. Une autre étant que c'était peut-être une vraie enseigne, mais achetée à un brocanteur, donc pouvant même venir de province. Et c'est pourquoi je ne l'ai pas intégrée dans notre billet sur les enseignes sculptées, tant que rien de sur n'était établi sur son identité.
Merci donc d'avoir fait la lumière sur ce volatile, et d'avoir confirmé la validité de nos doutes.

Anonyme a dit…

avec un peu de chance on pourrait retrouver l'arrière petit fils du peintre Steinlein ( mal orthographié) qui résoudrait l'énigme du pavillon de bavière

M. Weil-Curiel a dit…

bonjour
En parlant d'enseignes : au coin de la rue Marcadett et de celles des POissonniers il y avait cette enseigne (lien d'une carte postale colorisee et inversée) Je l'avais photographiee toujours vaillante il a quelques années (je vous donnerai volontiers ma photo a la volée) et en musardant sur Street View recemment j'ai vu qu'elle avait sauté sans doute pas pour tout le monde ....
http://www.cparama.com/forum/cartes2012c/1330720871-1329329215-EV2-Paris-Rue-des-Poissonniers.jpg

Habitante de la rue XP a dit…

Cette histoire de porte de commode est totalement fausse !

JPD a dit…

Pouvez-vous développer ?