.

.

.

.

mercredi 25 février 2015

Destruction du patrimoine : on dépasse les bornes !

Nous avions déjà vu les deux bornes de l'avenue du général Leclerc ( Clic 1,  Clic 2,  Clic 3 ). Ces modestes témoignages de la deuxième république étaient laissés à l'abandon, la ville de Paris n'ayant que du mépris pour son petit patrimoine.
Et bien nous progressons !

Ces photos prises hier ( mardi 24 février 2015 ) nous montrent que la borne se trouvant devant le cinéma Gaumont Alésia ( ou ce qu'il en reste ) penche de plus en plus. Gageons que sous peu, un petit malin l'arrachera complètement afin de la revendre sur internet...

photo prise en décembre 2012

photo prise en février 2015
 Le cas de la borne se trouvant devant l'hôpital La Rochefoucauld ( 15 avenue du Général Leclerc ) semble avoir été réglé. La borne a disparu !

photo prise en décembre 2012

photo prise en février 2015



Ayant lu le panneau de la ville de Paris qui indiquait "Ici, nous rénovons cet espace", j'ai téléphoné au numéro de téléphone indiqué : la Direction de la voirie et des déplacements, maître d'oeuvre du chantier ( 01 44 87 43 00 ).
La personne qui décroche m'informe que le responsable de ce chantier, monsieur C.  est en vacances et qu'il me faut rappeler en mars.
A ma demande, cette personne m'informe ensuite que "grand" responsable de tous les chantiers n'est pas là ; il est en vacances...
A ma requête de parler au responsable des plannings-vacances, je m'entends répondre qu'il est lui aussi en vacances !!!
J'avoue m'être demandé si je ne participais pas à un sketch des Chevaliers du fiel sur les "municipaux"...


Alors, si jamais il reste du personnel à l'hôtel de ville, peut-être serait-il judicieux de rechercher cette borne pendant qu'il est encore temps !

Je tiens à remercier Thomas Dufresne, ardent protecteur du patrimoine, qui m'a alerté sur la disparition de cette borne. Allez donc voir son site "Secrets de Paris", vous y ferez des découvertes passionnantes !

5 commentaires:

charlie pierre a dit…

l'atteinte au petit patrimoine continue
la ville de paris est pathétique , les chevaliers du fiel sont beaucoup plus marrants

Anonyme a dit…

Je partage évidemment votre souhait de la conservation en bon état de ces bornes in situ.
Comme j’aurais aussi souhaité la même conservation, plus loin, dans le pays, de nos vieilles bornes kilométriques à chapeau rouge arrondi portant sans orgueil superflu le numéro de leur route. Elles aussi disparaissent au gré des travaux, élargissements, déviations ou autres…. Comme ont disparu, sauf quelques rares, ici ou là, les hautes bornes cylindriques à fleur de lys.
Ce petit patrimoine silencieux et modeste ne mérite pas cette indifférence. Il lui faudrait bcp de défenseurs et « on » les compte ces nostalgiques.
Otto.

JPD a dit…

Et pour un sujet aussi simple que celui-ci, j'en suis déjà à mon vingtième coup de fil et je n'ai toujours pas parlé à un responsable...

charlie pierre a dit…

Et en même temps le rapport de la cour des comptes révèle que fermé en 2005 le musée des arts et traditions populaires dans le bois de boulogne a conservé son personnel de 2005 à 2011 car l'Etat n'avait entrepris aucune discussion sur le devenir des gardiens
ne pas oublier que l'entretien de cette bâtisse vide coûte 396 millions par an
on ne se préoccupe pas du petit patrimoine et on fout l'argent par la fenêtre par ailleurs

Anonyme a dit…

Il semble que le cas de la seconde borne, devant le nouveau Gaumont Alésia a aussi été réglé... Je suis passé devant et elle n'y était plus...