.

.

vendredi 30 août 2013

Une verrière Art-nouveau bien assurée

Ce fier immeuble fait l'angle de la rue d'Amsterdam et de la rue Jules Lefebvre; il abrite aujourd'hui les bureaux d'"Axa Corporate Solutions".
Ce bâtiment ainsi que la rue Jules Lefebvre n'ont été construits qu'en 1912, pour abriter le siège social de la société d'assurances "La Séquanaise".
Avant de porter son nom actuel, cette rue s'est appelée "rue de la Séquanaise"; c'est à ma connaissance le seul exemple d'une voie publique ayant porté le nom d'une entreprise privée.


Sur ce petit montage, on voit à gauche la situation en 1910: la rue Jules Lefebvre n'existe pas.
A droite aujourd'hui, on remarque que la  petite cité Monthiers n'est plus traversante (elle débouchait au 72 bis rue d'Amsterdam).


 En 1954, La Séquanaise distribuait de bien jolis buvards:


Aujourd'hui, tous ces immeubles appartiennent à la société AXA.
 C'est l'architecte Charles Lefebvre (Le Claridge, les arcades du Lido, Hôtel Plaza-Athénée, etc...) qui réalisa cet immeuble tout en longueur. 


Heureusement, lorsqu'ils ont restructuré le bâtiment, les assureurs d'aujourd'hui ont su respecter le trésor laissé là par La Séquanaise:


Dans le hall d'accueil, une superbe verrière Art-nouveau tamise la lumière...



Ah, un dernier détail: pour être admis au sein de cet immeuble, il faut être quelqu'un de très important car, à moins d'être invité, ces bureaux ne sont pas ouverts au public.
(Qui a dit que je n'étais pas très important ?)


4 rue Jules Lefebvre, Paris IX°.

mercredi 28 août 2013

Le porche du "Bureau des Marchandes Lingères" - ou le porche baladeur...

Regardez ce beau porche du XVIII° siècle...


Dans un cartouche en marbre noir, on lit "Bureau des Mdes Lingères 1716.


Rappelons que jusqu'à la Révolution, les métiers étaient organisés en corporations. Ce porche donnait donc accès à leurs bureaux.


Le problème, c'est que la corporation des Marchandes Lingères (appelées aussi lavandières) avait son siège près de la place Sainte-Opportune, au 3 rue Courtalon. Et c'est bien à cette adresse que notre porche avait été édifié. Ci-dessous photo prise par Eugène Atget:
  

Lorsque l'immeuble de la rue Courtalon fut menacé de démolition, la Commission du Vieux Paris obtint que le porche au moins ne fût pas démoli. On décida de l'installer dans le square des Innocents, près de la fontaine, ce qui fut fait en 1902.
Le porche sans ses vantaux laisse entrevoir les Halles de Baltard:


En 1977, l'énorme chantier de la démolition des Halles et de la construction du forum occasionnèrent à nouveau le déplacement de notre porche. Celui-ci fut plaqué contre un mur sur la plateau de la Reynie (aujourd'hui place Edmond Michelet), à quelques mètres de son emplacement actuel.


Enfin, dans les années 80, le porche des Lingères trouva sa place (définitive ?) au pied d'un immeuble moderne de la rue Quincampoix.


22 rue de Quincampoix, Paris IV°.

lundi 26 août 2013

La tour de l'avenue Rapp

En passant avenue Rapp, je me suis toujours demandé ce qu'était cette sorte de beffroi qui dépassait des beaux immeubles haussmanniens.


Cette tour avec son gros chapeau et son horloge (arrêtée) me paraissait anachronique dans cet environnement tellement élégant... il me fallait savoir !


Nous parlons de la tour de gauche, pas celle de droite !


N'écoutant que mon courage, je décidai de franchir le porche (ouvert en semaine). Dans la cour, je saluai un joueur de flûte (et pan !)...



Vu de la cour, notre beffroi ressemble à un phare entouré d'immeubles... bizarre.





Quand on cherche, on trouve: En 1860, les Grands Magasins du Louvre édifient leur siège administratif au 20 avenue Rapp, ainsi que des entrepôts sur les terrains attenants entre les rues du général Camou et Montessuy. 
Le beffroi était l'emblème des grands magasins triomphants; son horloge éclairée la nuit était visible de loin.


Sur ce plan de 1889, on lit: "Hôtel et ateliers des Magasins du Louvre".


Après le départ des Magasins du Louvre, l'immeuble haussmannien sera converti en appartements, cependant que les terrains des entrepôts seront lotis. On y voit aujourd'hui des immeubles de bureaux sans grâce. La tour, elle, fut convertie en réservoirs d'eau afin d'assurer aux appartements une pression d'eau constante (rare à l'époque).
Avec les progrès de la distribution d'eau, la fonction de réservoir de notre beffroi devint inutile et la tour resta vide pendant des années, ouverte à tous les vents...

Dans les années 80, une architecte suisse qui travaillait dans l'immeuble - Monica Donati - remarqua cette tour vide et abandonnée. Elle décida alors de transformer les derniers niveaux en un quadruplex de 143 mètres carrés et d'en faire son pied-à-terre.
Voyez les photographies provenant  du magazine Marie-Claire --> Clic !

Vous avez de la chance, il est à vendre !

20 avenue Rapp, Paris VII°.

samedi 24 août 2013

Jeu d'été 2013 (8)

Où se trouve cette dame ?
(et si Pierre trouve en cinq minutes, je mange mon chapeau !)


Bonne chance à tous !

Jeu d'été 2013 (7)

Qu'est-ce et où est-ce ?


Bonne chance à tous !

Addendum:

Vous l'avez vu, Pierre a trouvé en un temps record; il s'agissait bien du kiosque à musique situé place de Bitche, dans le XIX°.
La preuve en image:


Un grand bravo à Pierre !

vendredi 23 août 2013

Jeu d'été 2013 (6)

Dernier weekend d'effort pour vos neurones !

Où ai-je pris cette photographie ?


Bonne chance à tous !

jeudi 22 août 2013

Château de Champs-sur-Marne (13) - Suite & fin - Les communs

Hors Paris

Nous revenons aux abords du château pour découvrir au détour d'une allée ce petit pavillon. C'est "La Laiterie" qui permettait aux Cahen d'Anvers de se rafraîchir en consommant du bon lait frais produit sur place !


La Laiterie a conservé son décor mais n'est pas ouverte au public (photo prise au travers d'un carreau).


Adjacent à la laiterie, un corps de ferme...


... dans lequel j'ai pénétré par erreur, n'ayant pas vu le panneau "Interdit au public"...


Utilisée par les personnels du château et des jardins, cette ferme est restée dans son jus; même si les animaux ont disparu, la présence d'un tracteur agricole renforce cette impression.


Au centre de la cour, un superbe pigeonnier en état de marche !


De l'autre côté de l'allée d'honneur (à gauche en regardant le château), une partie des communs n'est pas accessible. Ces bâtiments hébergent le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques.


A travers une grille, nous remarquons une très belle fontaine à horloge, traitée dans le plus pur style "congélation".




Voilà, nous arrivons au terme de cette promenade que j'ai voulue aussi complète que possible. 
Si j'ai réussi à susciter votre intérêt pour le château de Champs, tant mieux ! Allez le visiter !
A l'heure où certains font fi du patrimoine et goudronnent la place de la République, d'autres utilisent l'argent public pour rendre l'histoire, la culture et la beauté accessibles à tous.

Pour préparer votre visite ---> Clic !

Dernier conseil: Si vous en avez la possibilité, organisez votre visite un jour de semaine et arrivez à l'ouverture (10h). Vous aurez alors le parc et le château pour vous tout seul (ou presque). 


Droit d'entrée: 7,50 €

Château de Champs, 31 rue de Paris, Champs-sur-Marne (Seine et Marne).

mercredi 21 août 2013

Château de Champs-sur-Marne (12) - L'orangerie & le jardin potager

Hors Paris

A l'ouest du domaine, changement d'ambiance: L'orangerie fait face au jardin potager et fleuriste, comme un jardin dans le jardin.


Une orangerie fait habituellement face au sud pour bénéficier des rayons du soleil; celle-ci est orientée à l'est afin de faire face à l'allée transversale. Le décor prime !




Un élégant pavillon est utilisé pour le logement du personnel.


Le potager est organisé autour d'un bassin circulaire.





Voici une leçon de natation proposée par une des grenouilles occupant le bassin:


à suivre...

31 rue de Paris, Champs-sur-Marne (Seine et Marne).
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...