.

.

mercredi 30 janvier 2013

Villa Seurat

Cette courte voie privée (mais ouverte au public) fut entièrement construite entre 1924 et 1926, d'où une certaine homogénéité. L'architecte André Lurçat construisit huit maisons dont une (n°3) pour son frère Jean. Les frères Perret vinrent aussi ici (n°7 bis) couler leur béton.


Du fait de la proximité avec Montparnasse, les habitants célèbres y furent légion, on ne les appelait pas encore des "pipole"... Franck Townshend, Edouard Georg, Marcel Gromaire, Jean Lurçat, Pierre Bertrand, Arnold Huggler, Chana Orloff, Henry Miller, Salvador Dali, Chaim Soutine, Anaïs Nin, etc, etc...


La deuxième maison, avec ses hautes portes vitrées rouges,  a été construite par les frères Perret pour le sculpteur russe Chana Orloff:




C'est au n°18 - la grande maison blanche - qu'Henry Miller écrivit "Tropique du cancer".





La villa Seurat s'ouvre au niveau du 101 rue de la Tombe Issoire, Paris XIV°.

mardi 29 janvier 2013

Eclairage public à huile

A la limite des 8 et 10 rue des Grands Augustins, une curieuse cavité a été creusée dans la pierre... Qu'est-ce ??? Un cendrier ? Un digicode médiéval ?


Il s'agit des vestiges de l'éclairage public parisien qui a précédé les becs-de-gaz: l'éclairage à huile qui fonctionnera de 1760 à 1830 environ.


Voici un schéma qui en explique le fonctionnement:


 On voit au-dessus de la cavité la rainure où la corde était gaînée afin d'être à l'abri de toute malveillance


La cavité était fermée par une porte à serrure; à l'intérieur, un cabestan permettait de faire descendre le réverbère à hauteur d'homme pour l'allumer.


Heureux hasard: Sous notre cavité, un repère de nivellement en état exceptionnel, comme neuf !



8 & 10 rue des Grands Augustins, Paris VI°.

Addendum 19/06/2013: Si vous voulez en voir un autre ---> Clic !

lundi 28 janvier 2013

La Tour Montmartre

Tout en haut de la rue Lepic existe une placette triangulaire nommée "Place Jean-Baptiste Clément", l'auteur du "Temps des Cerises".
Dominant cette place, un immeuble de quatre étages sur lequel figure un intrigant bas-relief:


"La Tour Montmartre", 114 rue de l'Empereur, est dans de nombreux guides confondue avec la Tour Solférino 



 Voici une des rares photographies de la Tour Montmartre, aimable guinguette où l'on pouvait jouer au billard et, moyennant finances, accéder au "Point-de-vue".


Une autre photographie de cette tour ---> Clic !

La tour Montmartre s'effondra, victime d'un fontis.
. Compte tenu de la fragilité du terrain, rien ne fut reconstruit à cet emplacement.


Quant au nom de "rue de l'Empereur", il s'agit de l'ancien nom porté par la rue Lepic entre 1852 et 1864; le numéro 114 se trouvait au milieu de la pelouse, au centre de la place actuelle.

Ne pas confondre cette tour avec la Tour Solférino ---> Clic !

Place Jean-Baptiste Clément, Paris XVIII°.

vendredi 25 janvier 2013

Le Foyer de la Madeleine

Vous voulez déjeuner place de la Madeleine ?
Vous avez le choix: Fauchon, Hédiard, La Maison de la Truffe, Caviar Kaspia, etc...
Ah, j'allais oublier... Vous avez aussi Le Foyer de la Madeleine !


Installé sous l'église de la Madeleine, ce restaurant associatif vous propose de déjeuner pour un prix extrêmement modique dans un cadre inhabituel, et de visiter les sous-sols. Si vous êtes claustrophobe, vous n'allez pas aimer du tout !


Pas de misérabilisme ici, le service est assuré par des dames du quartier et la clientèle travaille dans le quartier.



Accès par une petite porte côté est de l'église, derrière le marché aux fleurs.

mercredi 23 janvier 2013

La bijouterie Fouquet par Alphonse Mucha - Musée Carnavalet

L'Art nouveau - ou l'esthétique de la ligne courbe - a eu trois chefs de files: Hector Guimard (1867-1942), le tchèque Alphonse Mucha (1860-1939) et Jules Lavirotte (1864-1929).

Si le plus connu par les parisiens est Guimard (les fameuses bouches de métro), Alphonse Mucha mérite également notre admiration. En 1901, il conçut la bijouterie Fouquet au 6 rue Royale. Cette boutique, démontée en 1923, a été intégralement remontée au musée Carnavalet.


Peu de recul hélas pour admirer la superbe devanture





Les sculptures sont d'Auguste Seysses



Les vitraux sont de Léon Fargues



Comme pour toutes les collections permanentes du Musée Carnavalet,  l'accès est gratuit.


Musée Carnavalet, 23 rue de Sévigné, Paris III°.

mardi 22 janvier 2013

Château Rothschild - Boulogne-Billancourt

Hors Paris

Au bout de la grande pelouse du parc Edmond de Rothschild, protégé par une clôture et dissimulé par la verdure, une silhouette fantomatique se devine. Ce grand château fut Construit en 1855 par l'architecte Armand Berthelin pour James de Rothschild.


Il était doté d'un parc magnifique, aujourd'hui ouvert au public ---> Clic !


Pendant la deuxième guerre mondiale, le château sera occupé par les allemands puis par les américains qui, tous deux, le laisseront dans un triste état; les Rothschild le vendront  pour le franc symbolique à la mairie qui le revendra aussitôt cinquante millions à un richissime saoudien.

 


Laissé à l'abandon, le bâtiment se dégrade de plus en plus. Des négociations seraient en cours pour envisager des travaux...


Accès au parc E. de Rothschild: 3 Rue des victoires, Boulogne-Billancourt (Hauts de Seine). Le château ne se visite pas.

lundi 21 janvier 2013

La cour du mûrier - Couvent des Petits Augustins

Petit coin de paradis inconnu de la plupart des parisiens, la cour du mûrier se cache au sein de l'Ecole des Beaux Arts, derrière le bâtiment du mûrier.


Cette cour carrée ainsi que la chapelle adjacente (fermée lors de mes visites) sont les (beaux) restes du couvent des Petits-Augustins, fondé en 1609 par Marguerite de Navarre, la Reine Margot.


Une fois les religieux expulsés après la Révolution, le couvent servit de dépôt pour les statues et les tombeaux provenant des anciens couvents de la région.

 
On y trouve le monument aux morts de l'école:


Ces galeries sont celles de l'ancien cloître; on y voit des moulages de frises. Quelques travaux de peinture seraient les bienvenus...



Aux jours et heures d'ouverture de l'école, l'entrée par la rue Bonaparte est plutôt libre à condition toutefois de ne pas oublier que des gens travaillent ici.

Ecole des Beaux-Arts, 14 rue Bonaparte, Paris VI°.

vendredi 18 janvier 2013

Château de la Reine Blanche

On vous dira que c'est ici qu'eut lieu le bal des ardents... n'en croyez rien !
Pour tout savoir sur le Château de la Reine Blanche, je ne saurais trop vous conseiller de lire l'excellent article Du Piéton de Paris, c'est par là ---> Clic !


Récemment rénovée (trop ?), cette  maison est aujourd'hui un immeuble d'habitation divisé en appartements. Les seuls vestiges de sa splendeur sont visibles de l'extérieur (fenêtres à meneaux, tourelle).





Le puits est factice...



Magnifique vis en chêne taillée en hélice dans l'escalier:



Les visites ne sont possibles qu'en juillet et août, ainsi que lors des journées du patrimoine (vers le 20 septembre). Ces visites sont gratuites, organisées par des étudiants bénévoles.


Rue Gustave Geffroy, Paris XIII°.