.

.

vendredi 29 juin 2012

Fontaine Sainte-Avoye

A proximité de l'ancienne Porte du Temple de l'enceinte de Philippe-Auguste, se trouve la très discrète fontaine Sainte-Avoye. Bâtie une première fois au XII° siècle pour distribuer les eaux de Belleville, elle sera reconstruite par Jean de Beausire en 1682 puis déplacée et reconstruite à nouveau en 1840.
Malgré toutes ces péripéties et malgré un robinet cassé, elle est en eau ! Incroyable, non ?




Doit-on écrire Saint-Avoye ou Sainte-Avoye, ces deux orthographes étant utilisées indifféremment sur le site de la Ville de Paris, ou Sainte-Avoie comme l'écrit Jacques Hillairet dans son dictionnaire historique des rues de Paris ? Je n'en sais rien !


58 rue du Temple, Paris IV°.

mercredi 27 juin 2012

Passage de la Fonderie

Cette voie privée (ouverte au public) est une ancienne cour industrielle typique du XI° arrondissement, et dont le nom évoque l'origine. Rien de spectaculaire, mais comme une ambiance...



On ne fabrique plus de seringues comme naguère; c'est domage, car il y aurait une clientèle aujourd'hui, pourtant...






La sortie donnant sur la rue Saint-Maur (n°119) est généralement fermée.


Passage de la Fonderie, 72 rue Jean-Pierre Timbaud, Paris XI°.

mardi 26 juin 2012

Enseigne du sauvage - Maison du sans-culotte

Dans l'étroite et très touristique rue Grégoire-de-Tours, une ancienne sculpture attire l'attention.
Jacques Hillairet, dans son Dictionnaire historique des rues de Paris, nous en parle, donc je le cite:
Enseigne sculptée, du XVII° siècle, représentant un sauvage nu, vêtu d'une guirlande qui, pendant la Révolution, fit appeler cet immeuble la "maison du sans-culotte".





6 rue Grégoire de Tours, Paris VI°.

lundi 25 juin 2012

La table de porphyre du parc de Choisy

A priori ce parc, aménagé en 1935 à la place d'une ancienne usine à gaz, ne présente guère d'intérêt. Cependant, si l'on regarde bien à gauche de l'entrée de l'avenue de Choisy, un objet bizarre intrigue. Est-ce un gros champignon ? Non, il s'agit d'une table en porphyre donnée à la France par la Finlande à l'occasion de l'Exposition de 1937.     





Parc de Choisy, 128 avenue de Choisy, Paris XIII°.

jeudi 21 juin 2012

Jardin secret rue Pelleport

La rue Pelleport n'est sans doute pas la plus touristique de Paris ! Cependant, si vous poussez la porte du 159 et si vous traversez l'immeuble, vous vous retrouverez dans un autre monde. Des arbres, des fleurs, des oiseaux... et des poubelles !   







159 rue Pelleport, Paris XX°.

mercredi 20 juin 2012

Regard Saint Magloire

La rue Henri Barbusse s'appelait alors rue d'Enfer. Ce petit édifice que personne ne remarque est le regard Saint-Magloire, placé sur l'aqueduc Médicis. Le grand mur qui l'entoure est l'arrière de l’Institut National des Jeunes Sourds, qui à l'époque hébergait un séminaire. Bien que reconstruit en 1846 ainsi qu'indiqué, cette construction date bien du début du XVII° siècle.




Au niveau du 1 rue Henri Barbusse, Paris V°.

mardi 19 juin 2012

Passage Charles Albert

Près de la porte de Saint-Ouen, au milieu d'un quartier massacré par les bétonneuses municipales, le passage Charles Albert résiste et nous rappelle qu'il fut un temps où il faisait bon vivre dans ce petit coin de campagne.











Passage Charles Albert, Paris XVIII°.

lundi 18 juin 2012

Château de Saint-Ouen


Hors Paris

Construit en 1821 par Jean-Jacques-Marie Huvé à la demande de Louis XVIII pour y loger sa favorite Zoé du Cayla, ce deuxième château de Saint-Ouen (le premier n'existe plus) verra en 1881 un champ de courses établi dans son parc.
Repris par la commune de Saint-Ouen, le château sera un temps le musée d'histoire locale; il accueille aujourd'hui le conservatoire municipal de musique et de théâtre.









Quelques oeuvres subsistent de l'ancien musée




Ouvert lors d'expositions temporaires. Entre ces périodes, on peut demander à l'accueil la permission de visiter (en semaine, l'après-midi), elle vous sera généralement accordée.

12 rue Albert Dhalenne, Saint-Ouen (Seine Saint-Denis).

vendredi 15 juin 2012

Passage de Richelieu

Voici l'un des nombreux passages ouverts en 1787 pour donner accès au jardin du Palais-Royal; il s'est d'abord appelé passage de Bretagne. Sa particularité ? Il ne traverse plus ! Il donnait sur la rue de Richelieu au niveau du numéro 18 où plus rien ne le rappelle.

L'entrée côté rue de Montpensier, fermée par une solide grille: 



Côté rue de Richelieu en revanche, plus aucune trace:


Passage de Richelieu, 15 rue de Montpensier et 18 rue de Richelieu, Paris I°.