.

.

mardi 30 novembre 2010

Chapelle de l'hôpital Saint-Joseph

Au beau milieu d'un hôpital sans grâce, une chapelle enserrée dans les autres bâtiments; on y accède par les couloirs de l'hôpital. Outre le calme du lieu, vous pourrez y voir une surprenante série de vitraux ainsi qu'un tableau de A.L. Dapoigny d'une folle gaîté...






















































Et un peu de joie de vivre pour terminer !










185 rue Raymond Losserand, Paris XIV°.

lundi 29 novembre 2010

La Tour de Jean sans Peur - 2

Les Ducs de Bourgogne avaient adossé leur palais parisien à la muraille de Philippe Auguste. Une maquette nous montre la disposition des constructions à l'époque.



Au rez-de-chaussée, le bureau du responsable est installé à l'intérieur d'une tour subsistante de la muraille de Philippe Auguste; serait-ce le bureau le mieux insonorisé de Paris ?



Du haut du Palais, à travers une vitre, la vieille tour s'inscrit encore dans le bati actuel.












Descendez au sous-sol où des expositions se tiennent, et vous pourrez toucher la base de la tour ainsi que la muraille; huit cents ans et toujours solide !



















Enfin, à l'extérieur, la tranche de la muraille est bien visible à la base du palais ducal. Un plan de situation est même gravé dans la pierre.













20 rue Etienne Marcel, Paris II°.

samedi 27 novembre 2010

Impasse de Mont-Louis

Une petite impasse en cours de boboïsation quelque-part dans le onzième... on y distingue encore sur un fronton "Robinetterie Générale". Et puis soudain, surprise: une imprimerie avec des gens qui travaillent ! Tout n'est donc pas perdu !





















Impasse de Mont-Louis, Paris XI°.

vendredi 26 novembre 2010

Musique place des Vosges

L'été, l'après-midi, sous les arcades de la place des Vosges, au coin de la rue de Béarn, soudain une musique...
.
Place des Vosges, Paris III°.

jeudi 25 novembre 2010

Les escaliers du métro Abbesses - On remonte !

A la demande (quasi) générale, voici le second escalier de la station Abbesses, celui réservé à la montée. (Le descendant est ici).
Lors de la rénovation de la station (2007), la RATP a commandé ces oeuvres à des membres de l'Association des artistes "Paris-Montmartre".
Allez, en avant, marche ! (même Antiqua !)







Eh oui ! Michou dans le métro ! au milieu de nos petits Poulbots.






































Je suis un petit peu fatigué,moi ! Je ne sais pas pourquoi...
Rassurez-vous, il y a des ascenseurs pour les moins courageux !
.
Métro Abbesses (ligne 12), Place des Abbesses, Paris XVIII°.

mercredi 24 novembre 2010

Heinrich Heine

Allemand, juif, athée mais surtout poète, Heinrich Heine est le Baudelaire allemand. Dès 1831, il s'installe à Montmartre où il aura une dizaine de domiciles. Depuis sa mort en 1856, il y repose toujours; sa tombe attire de nombreux admirateurs.





Cimetière de Montmartre, 27° section, avenue Rachel, Paris XVIII°.

mardi 23 novembre 2010

Le Salon Colonial de la mairie du XII°

En 1931, l'Exposition Coloniale Internationale de Paris se tint dans le bois de Vincennes, c'est-à-dire sur le territoire du XII° arrondissement parisien. La mairie, ne voulant pas être en reste, fit aménager par le fameux peintre africaniste Louis Jean Beaupuy, un extraordinaire "salon colonial" selon la terminologie de l'époque; aujourd'hui, on doit dire "Salon de la France d'outre-mer".
Ce salon existe toujours. Je vous laisse le regarder. Le regard du peintre sur nos colonies d'alors est... comment dire... parfois un peu daté !





















130 avenue Daumesnil, Paris XII°.

lundi 22 novembre 2010

La tombe de Napoléon à Sainte-Hélène

A l'ouest de l'église des Invalides, empruntez le "corridor de Nîmes" et trouvez la fenêtre qui a été transformée en baie vitrée. La tombe à peine cachée que vous voyez dans les arbustes est la première tombe de Napoléon, celle qui fut rapportée de Sainte-Hélène avec la dépouille de l'Empereur en 1840.










































Cette cour n'est pas accessible au public mais si vous allez jusqu'au bout du couloir, vous verrez un escalier; grimpez une volée de marches et vous aurez cette vue:






















Bon, d'accord, c'est moins spectaculaire que le majestueux tombeau de Visconti, mais c'est plus tranquille, non ?




Pour voir le blog du Conservateur des domaines français de Sainte-Hélène---> Clic !






.







Hôtel des Invalides, Paris VII°.